Lorsque je quitte mes mots

 

 

 

Il est des silences ligneux
Qui font racines
Je ne veux pas être femme-tronc
Ligaturée
Dans le grand sol  ma bouche bée

Ainsi sourd ma sève inféconde

 

________

 

La trace balbutiée de ton aube
Se révèle pas à pas              
De retour en retour
De limon en  granit
Chemins arômes
Apre remontée
Clandestine
Bouche gourmande et mains tendues
A saisir  les racines
A renouer le fil
Rebrousse délivrance                                                  
Coule-toi enfin au ventre des arcanes                
Nourriciers

Où étais-tu
Avant d’ici
De quel désir                                            
Intimé                                                                              
Avant que
Fendre les entrailles
Qui étais-tu
Avant d’être
Hasard d’une autre ronde
Quelques grains d’alluvion
De quelle chair chimère
Et de quel abandon
Es-tu venu

Toi mon souffle
Enfanté

 

________

 

 

Ne le touchez pas
Il est prématuré
Pas de chair sur ses mots
Brut et nerfs
Aigu

A devenir
Poème Nu

 

________

 

 

Je t’écris
A la lisière de tes paupières closes
Je t’écris

Je t’écris quand les nuits enserrent la pierre
Au drap qui blanchit ton corps
Et rugit ton souffle

Je t’écris le silence de mes tumultes
Invisible effaré
Tu n’entends pas ce que j’écris

J’écris à ta peau
Les contours de notes bleues
J’inscris le temps à nous chercher

Et toutes ces écritures
Portent l’ombre
Sur les épaules du matin

 

 

________

 

 

Lorsque je quitte mes mots
N’est-ce pas eux qui me quittent ?
Assaillie par le doute

Je défaille

Je deviens orpheline des dires portant
Les absences s'engouffrent
Ne plus être au faîte d'une pensée bafouillée