Baptiste Pizzinat, Ce grand théâtre de fous

Par |2019-06-04T17:34:20+02:00 4 juin 2019|Catégories : Baptiste Pizzinat, Poèmes|

CE GRAND THÉÂTRE DE FOUS

 

Jacob, mon ami
où te caches-tu ?

aurais-tu donc per­du la foi ?

toi qui sers de prête-nom au pays déchiré
de cache mis­ère sur la bande de Gaza

com­bi­en de tes frères pales­tiniens con­damnés à l’exil ?

com­bi­en d’amants privés d’eau et de soleil
entre les murs de Bethléem

sur cette terre promise
où plus rien ne pousse
que la vio­lence et la haine

nos cœurs seraient-ils con­damnés à n’être que des cimetières ?

Jacob, mon ami
dis-moi
où es-tu ?

nous sommes fatigués
fatigués de prier Dieu dans la pous­sière et l’humiliation
fatigués de vieil­lir dans les ruines de l’histoire

fatigués de ces murs
qui nous écrasent
comme des insectes
nous regardent
comme du bétail

fatigués des lamentations

mais tu sais, nous ne voulons pas baiss­er les bras

il y a encore de l’espoir ici
der­rière nos visages

même écrasés par trop de chagrin
même humil­iés par l’ignorance de nos frères
nous ouvrirons nos maisons
ou ce qu’il en reste
et nos enfants cour­ront vers toi
les poches pleines d’étoiles ramassées dans le ciel
pour te deman­der pardon

par­don pour tous ces anges
des jours ordinaires
lais­sés pour morts sans sépulture

par­don pour le sang versé
sur la mémoire de nos ancêtres

par­don pour cette tragédie

ce grand théâtre de fous

ain­si nommé
comme au pre­mier jour

Israël.

 

 

 

Présentation de l’auteur

Baptiste Pizzinat

Bap­tiste Pizzi­nat est né à Agen en 1982. Il est l’auteur de Les Mots rouges (Fédérop, coll. « Paul Fro­ment », 2016), un recueil de poèmes inspiré de l’enfance et écrit en hom­mage à une sœur. Il a pub­lié dans Le Jour­nal des Poètes (1/2018, 87e année, p. 62–65) « Une pioche à la place du cœur », poème tiré d’une rési­dence de créa­tion théâ­trale autour de l’œuvre de Jean Genet. Il écrit aus­si régulière­ment sur son blog : baptistepizzinat.blogspot.com.

 

Autres lec­tures

Baptiste Pizzinat, Les mots rouges

Il faut qu’un recueil reste longtemps posé sur le bureau, près de soi. Il s’y installe dans l’immobilité con­fort­able de sa cou­ver­ture, de sa typogra­phie, du gram­mage de papi­er, du nom de son auteur, […]

Aller en haut