> Baptiste Pizzinat, Ce grand théâtre de fous

Baptiste Pizzinat, Ce grand théâtre de fous

Par |2019-06-04T17:34:20+02:00 4 juin 2019|Catégories : Baptiste Pizzinat, Poèmes|

CE GRAND THÉÂTRE DE FOUS

 

Jacob, mon ami
où te caches-tu ?

aurais-tu donc per­du la foi ?

toi qui sers de prête-nom au pays déchi­ré
de cache misère sur la bande de Gaza

com­bien de tes frères pales­ti­niens condam­nés à l’exil ?

com­bien d’amants pri­vés d’eau et de soleil
entre les murs de Bethléem

sur cette terre pro­mise
où plus rien ne pousse
que la vio­lence et la haine

nos cœurs seraient-ils condam­nés à n’être que des cime­tières ?

Jacob, mon ami
dis-moi
où es-tu ?

nous sommes fati­gués
fati­gués de prier Dieu dans la pous­sière et l’humiliation
fati­gués de vieillir dans les ruines de l’histoire

fati­gués de ces murs
qui nous écrasent
comme des insectes
nous regardent
comme du bétail

fati­gués des lamen­ta­tions

mais tu sais, nous ne vou­lons pas bais­ser les bras

il y a encore de l’espoir ici
der­rière nos visages

même écra­sés par trop de cha­grin
même humi­liés par l’ignorance de nos frères
nous ouvri­rons nos mai­sons
ou ce qu’il en reste
et nos enfants cour­ront vers toi
les poches pleines d’étoiles ramas­sées dans le ciel
pour te deman­der par­don

par­don pour tous ces anges
des jours ordi­naires
lais­sés pour morts sans sépul­ture

par­don pour le sang ver­sé
sur la mémoire de nos ancêtres

par­don pour cette tra­gé­die

ce grand théâtre de fous

ain­si nom­mé
comme au pre­mier jour

Israël.

 

 

 

Présentation de l’auteur

Baptiste Pizzinat

Baptiste Pizzinat est né à Agen en 1982. Il est l’auteur de Les Mots rouges (Fédérop, coll. « Paul Froment », 2016), un recueil de poèmes ins­pi­ré de l’enfance et écrit en hom­mage à une sœur. Il a publié dans Le Journal des Poètes (1/​​2018, 87e année, p. 62-65) « Une pioche à la place du cœur », poème tiré d’une rési­dence de créa­tion théâ­trale autour de l’œuvre de Jean Genet. Il écrit aus­si régu­liè­re­ment sur son blog : bap​tis​te​piz​zi​nat​.blog​spot​.com.

 

Autres lec­tures

Baptiste Pizzinat, Les mots rouges

Il faut qu’un recueil reste long­temps posé sur le bureau, près de soi. Il s’y ins­talle dans l’immobilité confor­table de sa cou­ver­ture, de sa typo­gra­phie, du gram­mage de papier, du nom de son auteur, [...]

X