> PREMIER CONTINENT

PREMIER CONTINENT

Par | 2018-02-23T13:24:49+00:00 13 janvier 2013|Catégories : Blog|

 

Il n’y avait per­sonne encore.

La Pangée sor­tait à peine de l’océan, des sacs de nuit pen­dus à ses flancs. Il ne se peut pas que nous en ayons sou­ve­nir. Que nous retrou­vions l’éclat sur la pierre du pre­mier rayon de soleil.

Nous le cher­chons pour­tant. Il nous manque cer­tains matins où, dans les remous de la mémoire, les anneaux des mondes per­dus glissent les uns sur les autres. Nous pre­nons notre res­pi­ra­tion pro­fon­dé­ment, comme si à notre tour nous sor­tions des eaux. (Quelqu’un ricane : l’air en ce temps-là n’était pas res­pi­rable).

Nous nous écar­tons de nos ténèbres, de nos années révo­lues, de nos vies anté­rieures, nous ten­tons de remon­ter jusque là où il n’y avait pas de vie.

Pourtant, il y eut émer­gence, il eut sépa­ra­tion. Il y eut rivage, il y eut tra­cé d’un des­sin à la sur­face du globe.

Il y eut le jour et la nuit sur un conti­nent aveugle. Etait-il tra­pu, com­pact, ou déjà tra­ver­sé de failles ?

Et quand le pre­mier caillou s’est-il déta­ché ?

 

poème extrait de CAILLOUX