Roman d’amour par Romain Fustier

Par |2019-10-17T11:06:53+02:00 15 octobre 2019|Catégories : Critiques, Romain Fustier|

Il dis­ait :

elle s’en est allée
dans le soleil fraîche légère
avec son vélo qui va

 

Romain Fusti­er, Dans la cham­bre tes bras, Edi­tions Musi­mot. 10€. musimot.43@orange.fr   

 

 

& qui vient avec elle
robe à fleurs d’été
sur les pédales ses sandales
où mouli­nent à vent tiède
Ses ronds mol­lets qu’elle

au mitan de sep­tem­bre a
encore hâlés  quand elle ainsi
monte à bicy­clette & roule
en cipède par les rues
que dore blondes la lumière
de ses jambes ad hoc

 

Une célébra­tion dans le recueil : Des fois des regrets comme. En 2011.

Ce poète écrit dans la joie du vivre, des aubes belles, des voix d’enfants comme venues du jardin, des corps cachés dans l’herbe. Regain que sa poésie qui pousse sur un monde malade mais dont il n’est pas dupe, sachant  s’arrêter sur la beauté des choses.

Romain Fusti­er c’est un moineau venu se pos­er sur votre épaule, si léger qu’on ne le remar­que pas, habitués que l’on est à son manège et puis, peut-être plus léger encore que le moineau s’impose le petit livre sur la table de la cui­sine, qu’il vient de dépos­er, aux pages brèves, aux mots bru­lants, sup­plique à l’amante, la maitresse, sa pas­sion, sa vie.

Il sait dire l’essentiel de l’homme et l’odeur du gravier mouil­lé après la pluie. Sa foi en l’autre se déverse avec déli­catesse dans cha­cun de ses livres.

Il est temps de s’en ren­dre compte !

Dans la cham­bre tes bras : l’être aimée est au cœur de la mai­son, tout autant désirée. Si petit nou­veau livre, plein de bais­ers, cuiss­es, hanch­es, plein du corps de l’aimée dans la légèreté du poème, entrou­vert sur le vide qui nous sépare des amants réu­nis, dans la lumière aus­si, pré­cieuse, abon­dante, vers les lacs, les sources, là-bas…

Dans la cham­bre tes bras : ce texte est un mur­mure, un soupir, un plein d’amour.

 Ce dont nous par­le l’auteur, c’est le monde de sa vie, oui, de cela, son quo­ti­di­en comme l’aboutissement de la nuit, de son temps sur la terre, le temps de sa pas­sion comme objet d’une autre vie qu’il ne nous est pas don­née de con­naitre, juste ces quelques mots offerts.

Pour le poète l’essentiel est ailleurs : au cœur de la cham­bre, là où l’amante désirée attend dans l’indifférence du plaisir : elle sait sa venue, elle con­nait son désir.

Et cela sera riche :

 

ton estive au cœur de nos hivers 

 

Romain Fusti­er nous pro­pose un équipement de survie. C’est comme ça le monde, ton corps, ton sexe, mon voyage.

 

dans la cham­bre tes bras 

 

il nous dit :

 

 ton vis­age qui s’ouvre

 

il nous dit :

 

les labours que tu es 

 

et dit :

 

tu es abon­dance en toi 

 

Cette adresse ne peut qu’être brève (une trentaine de pages), plus longue elle fût indé­cente : la fièvre est tou­jours pas­sagère sinon elle nous emporte. La vie des autres décon­certe tou­jours : là, je sais qu’il ne faut pas des heures pour dire l’essentiel à l’être aimé.

L’auteur ne nous laisse pas sur notre faim, juste, il nous fait un petit signe : vers sa lumière.

 

 

Présentation de l’auteur

Romain Fustier

Romain Fusti­er est né en 1977 à Cler­­mont-Fer­­rand. Il a fait des études de let­tres. Il habite désor­mais à Montluçon. 

Poèmes choi­sis

Autres lec­tures

Roman d’amour par Romain Fustier

Il dis­ait : elle s’en est allée dans le soleil fraîche légère avec son vélo qui va   Romain Fusti­er, Dans la cham­bre tes bras, Edi­tions Musi­mot. 10€. musimot.43@orange.fr        […]

mm

Alain Brissiaud

Né à Paris en 1949. Librairie et édi­teur depuis 1973. Vit entre le Vau­cluse et Paris. Le temps qui lui est aujourd’hui don­né est partagé entre l’écriture et la vie.
Aller en haut