Accueil> Romain Fustier, Terre — mer

Romain Fustier, Terre — mer

Par |2022-11-06T21:46:49+01:00 28 octobre 2022|Catégories : Poèmes, Romain Fustier|

le vent sin­istre dans les peu­pli­ers – elle

asso­cie depuis tou­jours ce bruit à un
mal­heur, quelque cat­a­stro­phe qu’il présage

– mon poème aux pavil­lons d’oreilles fines
saisit cette men­ace, cette inquiétude

longeant le canal : les éclus­es retiennent
l’eau, les sons qui se com­bi­nent – ça sent le

bois pour­ri, le feu de bois dans la forêt
qu’elle imag­ine – nous enten­dons au loin

des chiens de chas­seurs, puis la mélancolie
arrive sur nous par bouf­fées, intervalles

– elle paraît s’échapper de la bouche même
des arbres que je chausse de bas­kets, à

qui j’enfile son blou­son pour cheminer

                                                                 ] Vaux

un joli petit bruit – nous rebrous­sons tous

chemin creux devant ce qu’elle a pris pour une
source, qui s’avère rétrospectivement

un reste de ruis­seau se per­dant parmi
la prairie – avons cro­qué dans la galette

du cré­pus­cule un ou deux quarts d’heure plus
tard : le ciel émi­et­tait sa lumière sur

la cime crénelée des arbres, marchait
sur les forêts – tout était sauvagerie

calme autour, tran­quil­lité irra­di­ant cette
terre qu’aucune métaphore ne par-

vient à cro­quer – il n’en est guère resté
la nuit tombée – ces sou­venirs secrets, quelques

cupules, et des glands au fond d’une poche

                                                                          ] Beissat

les oiseaux qui vont boire par­tent pour la

baig­nade – ma petite a lâché la phrase
précé­dente, ou un pro­pos y ressem­blant de-

puis la voiture, lev­ant les yeux au ciel
dont un menu morceau a émergé entre

les immeubles, der­rière le pare-brise
– elle a remar­qué que les freux chaque soir

descen­dent à la riv­ière, à la brune en
ville, venus des côtes qui la surplombent

où ils retourneront – les berges deviennent
la bouche du monde s’abreuvant d’eau : quel

pays mer­veilleux s’est ouvert entre les
deux lèvres de ma fil­lette – elle en étrenne

l’histoire, éteignant ces néons clignotants

                                                                           ] Montluçon

nous serons allés, nous croiri­ons à la mer

pour un peu – les lumières du port sur la
berge opposée sont celles du park­ing de

l’étang, pas les reflets de celles de la
sta­tion bal­néaire que nous fantasmions

– nous lon­geons la berge, nous la lon­geons : j’en
suis longé à mon tour, pour­suiv­ant tout droit

pour gag­n­er le pont de bois fran­chissant le
ruis­seau – les bor­ds sont des lim­ites dont nous

ne con­nais­sons pas la lim­ite : l’eau re-
prend son cours telle la vie après la digue

dont l’éclusier a ouvert les vannes – je
reviens près de l’école de voile où j’a-

vais ren­dez-vous, plein de cet écoulement

                                                                          ] Étang de Sault

des bouts de neige sur le pré, restes de

chutes de la semaine – j’écris depuis
l’intérieur de mon vécu sans que je sois

en capac­ité de faire autrement, fuir
mon tem­péra­ment – ces reli­quats sur le

sol en haut de la côte réveil­lent quelles
rêver­ies, sont les débris de quels instants

dont je croise les ruines, j’exhume les
ves­tiges, virant à gauche – l’eau de fonte

s’écoule dans l’herbe qui servi­ra de
nour­ri­t­ure au bétail : les vach­es dans le

pâturage s’en gorg­eront jusqu’aux sexes
– ça sen­tait la bet­ter­ave fourragère

tout à l’heure – la vie respire, charnelle

                                                                       ] Les Réaux

Présentation de l’auteur

Romain Fustier

Textes

© Crédits pho­tos (sup­primer si inutile)

Poèmes choi­sis

Autres lec­tures

Romain Fusti­er est né en 1977 à Cler­­mont-Fer­­rand. Il a passé son enfance et son ado­les­cence à Gerzat, dans la ban­lieue ouvrière de cette ville. Après l’obtention de son bac­calau­réat, il entre­prend des études de let­tres en classe pré­para­toire puis à la fac­ulté de Cler­­mont-Fer­­rand, où il ren­con­tre Aman­dine Marem­bert, qui devient sa com­pagne. Ils fonderont ensem­ble, au cours de leurs années étu­di­antes, la revue et les édi­tions Contre-allées.

Romain Fusti­er vit aujourd’hui à Montluçon.

Bibliographie 

Le vol­ume de nos exis­tences. Décharge & Gros textes, 2006.
Négatif pho­to de la muse. Le Chat qui tou­sse, 2007.
Une ville allongée sous l’épiderme. Édi­tions Hen­ry & Écrits des Forges, 2008. (Prix des Trou­vères, 2007)
Boîte automa­tique du crâne. E‑book. Publie.net, 2009. 
Les yeux assis sur la plage. Édi­tions de l’Atlantique, 2010.
Habil­lé de son corps. Rafael de Sur­tis, 2010.
Des fois des regrets comme. Édi­tions des États civils, 2011.
Dans nos intérieurs. In Antholo­gie Triages. Tara­buste, 2011.
Mal de tra­vers. Clarisse, 2012.
Rem­bobi­nant l’extérieur. Édi­tions du Cygne, 2012.
Mon con­tre toi. Édi­tions de l’Atlantique, 2012.
Infi­ni de poche. Édi­tions Hen­ry, 2013.
Bois de peu de poids (été-automne). Lan­sk­ine, 2016.
Bois de peu de poids (hiv­er-print­­emps). Lan­sk­ine, 2017.
Dans la cham­bre tes bras. Musi­mot, 2019.

Ric­o­chet. Pein­tures de Daniel Bam­ba­gioni. Poïein, 2019.
Panoramiques. E‑book. Édi­tions Qazaq, 2020.
Jusqu’à très loin. Publie.net, 2021.

Un même pays potager. Ate­lier de Grou­tel, 2022.

Poèmes choi­sis

Autres lec­tures

Roman d’amour par Romain Fustier

Il dis­ait : elle s’en est allée dans le soleil fraîche légère avec son vélo qui va   Romain Fusti­er, Dans la cham­bre tes bras, Edi­tions Musi­mot. 10€. musimot.43@orange.fr        […]

image_pdfimage_print
Aller en haut