> Sandra Lillo, Les Bancs des parcs sont vides en mars

Sandra Lillo, Les Bancs des parcs sont vides en mars

Par |2018-01-06T10:36:23+00:00 25 octobre 2017|Catégories : Critiques, Sandra Lillo|

Extraordinaire ! Vraiment… J’ai fait là une ren­contre avec une écri­ture superbe, simple et pro­fonde, authen­tique et douée d’empathie pour la vraie vie mal­gré les dif­fi­cul­tés de cha­cun pour la vivre, et usant d’un éton­nant “tour de passe passe” sty­lis­tique pour le décrire !..

Poèmes et vers s’étalent (s’étagent) dans toute la hau­teur de chaque page (on y res­pire), mul­ti­tudes d’impressions qui nous rejoignent et dites (en appa­rence) sans le détour, la “com­pli­ca­tion-média­tion” de la pen­sée, comme direc­te­ment “sur­gies” du cœur, avec des rac­cour­cis éton­nants qui ”ful­gurent” l’expérience décrite dans laquelle nous nous recon­nais­sons tous si bien : vie, nuit, jour, fenêtre, perte, absence de l’être aimé (est-ce une sépa­ra­tion ? Un deuil?), éton­ne­ment, le chat, les enfants, le désir – un désir énorme – niché dans notre quo­ti­dien quand il est à la fois si riche et si limi­té !..

Sandra Lillo,  Les Bancs des parcs sont vides en mars, Éditions La Centaurée
Valérie Ghévart 211 rue de Vern, Apt 405, 35200 Rennes

Je dis très mal toute ma recon­nais­sance pour la force de ces poèmes et leur style très agréable, le tout pro­vo­quant une ren­contre du lec­teur avec lui-même, avec ses attentes les plus pro­fondes et la ques­tion (omni­pré­sente) du sens de toute vie…

« Il y aura la mer der­rière les rideaux
les murs
les mes­sages du vent dans le bec
des oiseaux
la nuit se per­dra dans le silence mater­nel de l’aube
On se racon­te­ra l’ordinaire et le champ
de bataille à l’intérieur
tout ce qu’il a fal­lu détruire pour conti­nuer »

Présentation de l’auteur

Sandra Lillo

Sandra Lillo est ori­gi­naire de Nantes où elle vit tou­jours. Sortie très vite d’une for­ma­tion com­mer­ciale, elle publie un recueil de poèmes « Un peu de vent, de l’encre » chez Mb édi­tions.

Elle fait par­tie des dix lau­réates du concours orga­ni­sé par les Éditions Omnibus il y 3 ans autour du thème des sou­ve­nirs d’école.

Deux de ses textes Partir et  J’habite un pays paraissent sur le site d’Eric Dubois, Le capi­tal des mots et bien­tôt dans La cause Littéraire.

 

Sandra Lillo

Autres lec­tures

Sandra Lillo, Les Bancs des parcs sont vides en mars

Extraordinaire ! Vraiment... J'ai fait là une ren­contre avec une écri­ture superbe, simple et pro­fonde, authen­tique et douée d'empathie pour la vraie vie mal­gré les dif­fi­cul­tés de cha­cun pour la vivre, et usant [...]

mm

Bernard Perroy

Bernard Perroy est né en 1960. Depuis 1988, il pour­suit sa double voca­tion de poète et de frère consa­cré, et vit en Sologne. Bernard Perroy a publié une dizaine de recueils (Sac à mots, Al Manar, Petit Pavé, Ad Solem…) et des poèmes en revues (Arpa, Friches, 7 à dire, Les Cahiers du Sens…).

X