Béatrice Marchal, Au pied de la cascade

Par |2020-05-21T06:35:09+02:00 21 mai 2020|Catégories : Béatrice Marchal, Critiques|

Requiem ne s’écrit pas au pluriel, / à chaque mort un monde s’évanouit…

Béa­trice Mar­chal va dress­er deux tombeaux dans ce recueil où douleurs et deuils se suiv­ent, sem­blables et différents.

« Tombeau de l’amie », de la sœur, d’abord, « tombeau de la mère » ensuite. C’est toute une vie de sen­ti­ments, d’affection, d’amour  qui se déroule à nou­veau au chevet des mori­bonds, des mourants, des morts.

 

On apprend au fil des ans à con­naître 
l’autre, empathie, patience,…

 

 

Béa­trice Mar­chal, Au pied de la cas­cade, L’Herbe qui trem­ble, 13 €.

Il reste de la pre­mière une lumière, évo­quée par trois fois : où l’étrange per­sis­tant éclat de la lune / se fait rap­pel d’une présence sin­gulière. Plus loin, il est ques­tion d’une unique étoile et encore : un noy­au de lumière

Pour la sec­onde, l’auteure ques­tionne : un même mys­tère inter­roge le temps. / Quels fruits laisse-t-il mûrir dans l’ombre / d’un corps d’un esprit vain­cus ? Il y a l’accompagnement final dans la tristesse, la mis­ère et l’horreur de la fin : Der­rière les portes meurent de vieilles femmes / éden­tées… et l’inconvenance superbe des petits-enfants dans leur splen­dide insouciance.

Béa­trice Mar­chal, même si elle par­le d’un monde de sanie, sait rap­porter aux gens qu’elle aime toutes sortes de fleurs et de plantes qui ten­dent à méta­mor­phoser les êtres qui dis­parais­sent. Et c’est la métaphore aqua­tique qui achève le recueil. Il ne s’agit pas de crain­dre la noy­ade dans cette tra­ver­sée dif­fi­cile du temps, au con­traire, c’est la cas­cade qui vient de si loin en amont et qui va si loin, avec son cours tumultueux qui nous dépasse et qui rap­pelle la vie et nous rap­pelle à la vie…

 

Ceux qui sont par­tis  après beau­coup d’amour on les retrouve 
en soi…

 

Présentation de l’auteur

Béatrice Marchal

Béa­trice Mar­chal, née en 1956, a passé sa jeunesse dans les Vos­ges, qui ont mar­qué son imag­i­naire. Etudes de let­tres, qu’elle a enseignées jusqu’en 2011, du col­lège aux class­es pré­para­toires. Ses recherch­es sur Cécile Sauvage, la mère d’Olivier Mes­si­aen, l’ont resti­tuée dans sa vérité de femme et de poète.

Auteure de nom­breux arti­cles, elle col­la­bore à dif­férentes revues (Diérèse, Frich­es, Arpa, le Jour­nal des poètes) et a rédigé plusieurs pré­faces, dont celle du Poésie/Gallimard con­sacré, en 2015, à Richard Rognet.

Elle est prési­dente du Cer­cle Aliénor depuis jan­vi­er 2013.

 

 

Œuvre poé­tique :

Aux édi­tions Les Lieux-Dits, Cahiers du Loup bleu, Inquié­tude de l’autre et des mots, 2020
Aux édi­tions Al Man­ar, L’ombre pour berceau, 2020
Aux édi­tions Le silence qui roule, Élargir le présent, suivi de Rue de la source, 2020
Aux édi­tions L’herbe qui trem­ble, Au pied de la cas­cade, 2019 ; Un jour  enfin  l’accès suivi de Pro­gres­sion jusqu’au coeur, 2018 (Prix Louise Labé 2019) ; Réso­lu­tion des rêves, 2016, Aux édi­tions Dela­tour France, D’Absence et de lumière, 2016
Aux Cahiers de Poésie Verte, La Cloche de tour­mente, (Prix Trou­ba­dours 2014)
Aux édi­tions Edit­in­ter, Équili­bre du présent, 2013
Aux Edi­tions de l’Atlantique, Une Voix longtemps cher­chée, 2011, La Remon­tée du courant, 2010, L’Epreuve des lim­ites, 2010
Aux Edi­tions La Porte, La Baguette de coudri­er (2010), Tant va le regard  (2007)

 

Livres d’artiste : 

Un poème extrait  D’Absence et de lumière, illus­tré par cinq gravures sur bois d’ Eva Gallizzi,
Buchgestal­tung, Holzschnitte und Kün­st­lerisches Konzept : Eva Gal­lizzi, Zürich 2010.
Où va la route, illus­tré par qua­tre gravures de Dominique Pen­loup, Le Galet bleu, décem­bre 2013.
La neige comme un appel, livre pau­vre Béa­trice Marchal/Dominique Penloup
Ban­nières de mai, Béa­trice Marchal/ Dominique Penloup
Insai­siss­ables mes­sages, Béa­trice Marchal/ Agnès Delat­te, Revue Ce qui reste, jan­vi­er 2017
Quelque chose d’enfoui, Béa­trice Marchal/ Sarah Wiame (éd. Céphéides, mai 2017)
Tout un monde, Béa­trice Marchal/ Maria Desmée (octo­bre 2017)
Lumière préservée, Béa­trice Marchal/ Dominique Pen­loup (éd. du Galet bleu, 2018)
Oser la chute, Béa­trice Marchal/ Dan Stef­fan (Ban­des d’artistes, Les Lieux-Dits, 2018)

 

Poèmes choi­sis

Autres lec­tures

mm

Jacques Morin

Jacques Morin, né en 1950 à Paris. Etudes au Lycée Voltaire et à la Sor­bonne. Pro­fesseur en Lycée Pro­fes­sion­nel et retraité. S’occupe de la revue Le Cray­on noir entre 1973 et 1981, puis Le Dés­espoir, Pré­cisé­ment (1979–1980), avant de fonder Décharge en 1981, qui en est à son n° 184. A pub­lié une trentaine de recueils (poèmes, chroniques, fic­tions, antholo­gies). Derniers titres parus : J’écris, Rhubarbe, 2016 Petit car­net d’un revuiste de poche, Les Car­nets du dessert de lune, 2016 Le bord du paysage, La Renarde rouge, 2016 L’éternité et des pous­sières, Hen­ry, 2017 Trois saisons et demie, Ate­lier de Grou­tel, 2017 À peine six semaines, gravures d’Angèle Spérius, Cahi­er des Passerelles n° 41, 2019 Pho­to : Isabelle Huberdeau-Houé
Aller en haut