CeeJay, 691 Le passé reste à venir

2018-01-27T10:25:43+01:00

Me sec­oue le ressac des mers anciennes
J’en­tends Homère dire ses immor­tels vers
Vrai­ment écrire laisse des traces indélébiles
Bal­ayées par les fais­ceaux du phare d’Alexandrie.
Cette mer de poésie sub­merge les âges 
Et les monts de la terre sans cesse labourés
Par quelques mil­lé­naires géologiques.
Les bais­ers de Pla­ton effleurent mes deux tempes
Les lau­ri­ers de Sopho­cle vien­nent me cein­dre le front
Ces vis­ites ont sur moi l’ef­fet d’un chant de sirène 
Sym­bole de l’âme des morts 
Fille d’Achéloos qui a ten­té Ulysse
Et je suis moi aus­si aspiré par ce trou dans le temps
En dan­ger de suc­comber à la mélopée du poème
D’en rester pris­on­nier à jamais sans plus écrire un mot 
Dans ce passé du temps qui reste à venir.

Présentation de l’auteur

CeeJay

Jean-claude Crom­me­lynck dit Cee­Jay (1946-novem­bre 2020)

Né à Brux­elles en1946, pub­lié dans plusieurs revues de poésie en Europe, au Maroc et aux USA, traduit en français, russe et en anglais.

Édi­tion en 2014 chez Mael­ström Révo­lu­tion d’un pre­mier recueil de poésie, Bombe voy­age bombe voy­age . En 2015 Poèmes traduit en anglais dans un n° spé­cial qui lui est con­sacré: MGV2 Issue 81, Irlande. 2017

Suiv­ent Le Prophète du Néant recueil de poésie soufi pour réc­on­cili­er l’Orient et l’Occident avec 13 tra­duc­tions en arabe chez Mael­ström, 2019,  Der­rière les paupières…L’immensité aux édi­tions de l’arbre à Paroles d’ Amay, et le recueil L’Ar­bre de vie  en févri­er 2020 aux édi­tions du Coudrier.

 

CeeJay
Aller en haut