> CeeJay, New world, extraits

CeeJay, New world, extraits

Par |2019-11-19T16:38:31+01:00 6 novembre 2019|Catégories : CeeJay, Poèmes|

1032 New world III                 (Repos du maquis)

 

Sombres jours amné­siques de rêves cen­su­rés
forêts où nous pas­sons
où nos aïeux sont eux-mêmes pas­sés
où nos enfants  et leurs enfants
eussent aus­si dû pas­ser
en passe de deve­nir sou­ve­nirs
irréels, fabu­leux et mythiques.

Un pied dans le songe
le funam­bule sur le faîte du toit
en équi­libre déam­bule
l’autre pied dans la tombe 
bras ten­dus
vers l’infini
ce tun­nel de rêve éveillé
où il se sent tom­ber
avec au cœur un ver­tige d’enfant
puis, s’en revient à la vie oubliée.

 

 

∗∗∗

1033 New world IV                (Les misérables)

 

Sans reve­nir à la vie oubliée.
libre se pense le pri­son­nier qui dort.
La pous­sière étanche sa soif
du sang de l’innocent ver­sé jour après jour
par les houles de haine.
Enchevêtrement des mondes
les uns à tra­vers d’autres
pas­sés, à venir et si peu pré­sents.
Sans domi­ciles et ambu­lants
confon­dus dans une même misère.
Sans famille du jour à des années lumières
du roman­tisme misé­rable de Hugo.
Enfants errant seuls dans les mondes hos­tiles
et incon­nus où ils sont proies de la chasse.
Vieux oubliés jetés aux mou­roirs
ou finis­sant sur les trot­toirs
immo­biles, aux mai­sons, affais­sés

∗∗∗

1034 New world V                (Veni Venise Vici)

 

Sérénissime aux mai­sons affais­sées
que le canal gon­dole
our­lant ses vagues
aux pas­sages des « palaces » flot­tant
hauts de cin­quante étages.
Lagune qui sou­pire sous les ponts
où pour­rissent les mots
sous le ciel de nuit
tel sur­face océane où l’on sur­nage
avec sa bijou­te­rie scin­tillante
qui ajoute au charme
comme une pub à la télé.

Se baladent nos corps peu glo­rieux
faits d’épouvante et de faits d’armes
dans les étroits coupe-gorges
des garages à gon­doles.
Flambe Venise s’enfonçant aux abysses
La seule barque qui reste est celle de Charon.
Entre deux eaux
le Canaletto char­rie les noyés dis­lo­qués
aux membres d’algues longues
qui s’enroulent aux piliers
enla­cés par les bras du cou­rant.

 

∗∗∗

1035 New world VI                (Génocide)

 

Dans les bras des cou­rants troubles
emme­né le monde est un théâtre
où le temps se déroule à l’envers
par le trou du souf­fleur
il nous dicte ce qu’il ne faut pas faire.
La mort en nous se dis­si­mule
et comme un fan­tôme
s’écrit avec le sang de ses vic­times
en gui­pure qui couvre le monde.
À fouiller le silence
on s’aperçoit qu’il est assour­dis­sant.
Déboulent les bou­cliers
armures robo­tiques
balles qui éborgnent
mains arra­chées
corps pié­ti­nés
afin que notre frousse en une autre se change.
La paix se nomme la peur désor­mais
tous nous rêvons de refuges
quelque part dans l’infini
sachant qu’ici il n’y en a plus.
Le vent des ordres noirs
se glisse sous nos portes d’insurgés
der­rière les­quelles  
nous attend le géno­cide final.

 

 

∗∗∗

1035 New world VII                (Requiem)

 

Nous attend le final oubli
notre pas­sé est confi­né
au gre­nier de nos mémoires
entoi­lé d’araignées
au venin d’oubli.

L‘antérieur a fini par se nier
le sel de l’horreur
fait pleu­rer nos yeux.
Ballent des corps
cra­va­tés de chanvre
par-des­sus les man­dra­gores
fruits étranges des potences.

Mains ser­rées sur l’obole
qui paye­ra le pas­sage.
Requiem signé d’une plume
d’ange chu
pour adou­cir l’horreur.

 

Présentation de l’auteur

CeeJay

Jean-claude Crommelynck dit CeeJay. Né à Bruxelles en1946, publié dans plu­sieurs revues de poé­sie en Europe, au Maroc et aux USA tra­duit en fran­çais, russe et en anglais. Édition en 2014 chez Maelström Réévolution d’un pre­mier recueil de poé­sie « Bombe voyage bombe voyage ». 2015 Poèmes tra­duit en anglais dans un n° spé­cial qui lui est consa­cré : MGV2 Issue 81, Irlande. 2017 Le Prophète du Néant recueil de poé­sie sou­fi pour récon­ci­lier l’orient et l’occident avec 13 tra­duc­tions en arabe chez Maelström, 2019 Derrière les paupières…L’immensité aux édi­tions de l’arbre à Paroles de Amay…Un recueil à paraître en février 2020 aux édi­tions du Coudrier : L’Arbre de Vie 

 

CeeJay