Accueil> Giovanna Iorio et la magie des voix

Giovanna Iorio et la magie des voix

Par |2020-07-18T11:40:52+02:00 18 juillet 2020|Catégories : Giovanna Iorio, Giovanna Lorio, Poèmes|

ACQUA PIOVANA

 

Oggi non ave­vo voglia
di essere me
allo­ra ho cam­mi­na­to
a lun­go die­tro a
ombrel­li aper­ti
ho cer­ca­to un tet­to
un canale rot­to
oggi sono sta­ta
un sec­chio
d’acqua pio­va­na. 

EAU DE PLUIE

 

Aujourd’hui je ne sou­hai­tais pas
être moi-même
alors j’ai long­temps
mar­ché der­rière des
para­pluies déployés
j’ai cher­ché un toit
une gout­tière bri­sée
aujourd’hui j’ai été
un seau
d’eau de pluie.

 

Traduction Marilyne Bertoncini

                        1.

Ti guar­do mentre ti spo­gli 
E il vuo­to si riem­pie di foglie
Te ne stai silen­zio­so in mez­zo alla luce
Osservi il mio stu­pore muto.

Je te regarde quand tu te dépouilles
Et le vide se rem­plit de feuilles
Tu te tiens en silence dans la lumière
Tu observes ma muette stu­peur.

                        2.

Oggi curo i tuoi rami
Anche quel­lo spez­za­to
Che ha den­tro anco­ra la lin­fa.
Lo avvol­go in una ben­da
Come un arto mala­to
Ecco la tua mano, nell’aria, feri­ta.

Aujourd’hui je soigne tes branches
Même la cas­sée
Où coule encore la sève.
Je l’entoure d’un ban­dage
Comme un bras malade
Voici ta main, dans l’air, bles­sée.

 

 

                        3.

Oggi abbrac­cio un albe­ro
E il sole  sul­la  cor­tec­cia
Tra pochi istan­ti il nero
Scomparirà. La luce farà brec­cia.

 

Aujourd’hui, j’embrasse un arbre
Et le soleil sur l’écorce
Sous peu le noir
Disparaîtra. La lumière gagne­ra.

                        4.

Eri sve­glio anche tu.
Ti ho sen­ti­to res­pi­rare.
Avevi la luna  tra i rami
Come una lan­ter­na acce­sa
E nidi vuo­ti da cullare
Per tut­ta la notte.

Tu étais toi aus­si réveillé.
Je t’ai enten­du res­pi­rer.
Tu por­tais la lune entre tes branches
Comme une lan­terne allu­mée
Et des nids vides à ber­cer
Pour toute la nuit.

                        5.

Sogniamolo insieme il mare.
Se vuoi sal­go in cima al tuo ramo
Più alto. Si vede da lassù
In fon­do brillare ? E se anco­ra
Fosse lon­ta­no, scen­derò
Proverò a dar­ti la mano.
A cam­mi­nare nel­la tua ombra.
Avanzare.

 

Nous rêvons ensemble de mer.
Si tu veux je monte au som­met de tes branches
tout en haut. De là-haut, est-ce qu’on voit
briller le fond ? Et si c’était encore
loin, je des­cen­drai
J’essaierai de te ser­rer la main.
De mar­cher dans ton ombre.
D’avancer.

                       

                        6.

Somiglia alla mera­vi­glia del cie­lo
Il tuo intrec­cio com­pli­ca­to
Di rami stor­ti e nidi vuo­ti
Il silen­zio è tor­na­to
Si sente in alto solo un res­pi­ro
Il tuo pen­sie­ro ala­to.

On dirait la mer­veille du ciel
L’entrelacement com­plexe
De branches tortes et de nids vides
Le silence est reve­nu
On n’entend en haut qu’un souffle
Ta pen­sée ailée.

 

                    7.

Tra var­chi di foglie secche
Si vede un cie­lo mala­to
E una nuvo­la bian­ca come la neve
S’appoggia già lieve
A un ramo pie­ga­to
L’inverno pas­sa ogni gior­no
A far­ti un salu­to
Un vec­chio ami­co.

A tra­vers les brèches de feuilles sèches
On voit un ciel malade
Et un nuage blanc comme neige
S’appuie déjà dou­ce­ment
A une branche pliée
L’hiver passe chaque jour
Te saluer comme
Un vieil ami.

    

                        8.

Voglio abi­tare una casa che ti somi­gli
Le stanze ver­ti­ca­li le foglie
Il let­to nel ramo più cavo
Una coper­ta che sus­sur­ri parole
Felici di gio­va­ni tigli

E voglio ospi­tare crea­ture
Anche quelle ran­da­gie e ramin­ghe
I rapa­ci e le fiere
Tenerle tutte con me per un poco
Giocare pri­ma di andare a dor­mire
Osare qualche fiam­ma
Accendere per­fi­no un pic­co­lo fuo­co
Che non bru­ci. Solo un fuo­co che brilli.

Je veux habi­ter une mai­son qui te res­semble
Les pièces ver­ti­cales le feuilles
Le lit dans la branche la plus creuse
Une cou­ver­ture mur­mu­rant des mots
Heureux de jeunes tilleuls

Et  je veux abri­ter des créa­tures
Même errantes et per­dues
Les rapaces les bêtes sau­vages
Les gar­der un peu avec moi
Jouer avant de dor­mir
Oser quelque flamme
Allumer même un petit feu
Qui ne brûle pas. Qui brille seule­ment.

                        9.

Vorrei che mi rac­con­tas­si qual­co­sa
Provo a pog­giare l’orecchio sul tron­co
ques­to nodo che hai in gola
ti tiene lega­ta la voce ?

Tu che hai vis­to ogni alba e tra­mon­to
Cosa ti ha las­cia­to la luce che muore ?
Un suo­no ? Un colore ?
Posso tras­for­mare la luce
in parole ?

Ma sen­to ribol­lire la lin­fa.
Ridi, ris­pon­di, t’adire ?
Né l’uno né l’altro
Un ramo in dinie­go nel ven­to.
Nel tuo silen­zio nas­con­di
i segre­ti più veri.

Je vou­drais que tu me dises quelque chose
Je tente de poser l’oreille sur le tronc
Ce noeud que tu as dans la gorge
Te noue la voix ?

Toi qui as vu toutes les aubes et les cou­chants
Que t’as lais­sé la lumière qui meurt ?
Un son ? Une cou­leur ?
Je peux trans­for­mer la lumière
en parole ?

Mais je sens bouillon­ner la sève.
Tu ris, tu réponds, tu te fâches
Ni l’un ni l’autre
Une branche le nie dans le vent.
Dans ton silence tu caches
Les secrets les plus vrais.

                        10.

Guardo le tue vena­ture
Le mac­chie por­po­ra pronte a brillare
Quando il sole ti viene a sfio­rare.
Non c’è dolore nelle foglie cadute
Solo una leg­ge­ra ras­se­gna­zione
Che res­ta a flut­tuare nell’aria
Per ore, o forse per tut­ta la vita.

Lasciano un segno lieve
sono sull’asfalto una for­ma
appe­na intui­ta.
Come la sto­ria sul­la nos­tra pelle
Che il tem­po trac­cia a mati­ta.

 

J’observe tes veines
Les taches pourpres prêtes à briller
Quand t’effleure le soleil.
Pas de dou­leur dans les feuilles tom­bées
Seule une légère rési­gna­tion
Qui fluc­tue et reste dans l’air
Pendant des heures, ou peut-être toute la vie.

Elles laissent un signe léger.
Sur l’asphalte c’est une forme
qu’on devine à peine.
Comme l’histoire sur notre peau
tra­cée au crayon par le temps.

 

Présentation de l’auteur

Giovanna Iorio

Giovanna Iorio vive a Londra. Ha pub­bli­ca­to diverse rac­colte di poe­sia ; le più recen­ti “Ora ris­chia­ra” (EscaMontage, 2019) e Poesie d’amore per un albe­ro (Albeggi,2017), Succede nei pae­si  (Fara 2017) La neve è altrove (Fara, 2017)  rosa opere fina­liste al Premio Camaiore 2017), Haiku dell’Inquietudine (Fusibilia,2016), Frammenti di un pro­fi­lo (Pellicano, 2015, Premio Sassari e Premio Civetta-Minerva ). Molte delle sue poe­sie si tro­va­no in anto­lo­gia : Cuore di pre­da (CFR),  SignorNò (SEAM), Ifigenia sia­mo noi (L’Arca Felice). Ha scrit­to una rac­col­ta di rac­con­ti (Dormiveglia, Fara, 2018) e sempre con Fara ha pub­bli­ca­to Succede nei pae­si (ottobre 2017).

Altre pub­bli­ca­zio­ni inclu­do­no sto­rie per bam­bi­ni (Cento sto­rie per quan­do è trop­po tar­di, Feltrinelli 2013, Cento sto­rie per quan­do è vera­mente trop­po tar­di, Feltrinelli 2014, Le sto­rie invi­si­bi­li -Radiolibriamoci web). Per il Cantiere di Rai 3 e Radiolibriamoci web ha scrit­to radio­dram­mi (Con le musiche ori­gi­na­li del Notturno Concertante e la voce di Dario Albertini. Collabora con le riviste : Roma&RomaDiarioRomanoErodoto 108 e L’EstroVerso.  

Tra le atti­vi­tà la crea­zione di Little Free Library Italia e Poetry Sound Library.

 

∗∗∗

 

Giovanna Iorio vit à Londres. Elle a publié plu­sieurs recueils de poé­sie ; les plus récents “Ora ris­chia­ra” (EscaMontage, 2019) et Poèmes d’amour pour un arbre (Albeggi, 2017), Succede nei pae­si (Fara 2017), La neve è altrove (Fara, 2017) fina­liste au Camaiore Award 2017 ), Haiku dell’Inquietudine (Fusibilia, 2016), Frammenti di un pro­fi­lo (Pellicano, 2015, Sassari Award et Civetta-Minerva Award). Beaucoup de ses poèmes se trouvent dans l’anthologie : Cuore di pre­da (CFR), SignorNò (SEAM), Iphigenia sia­mo noi (The Happy Ark). Elle a écrit un recueil de nou­velles (Dormiveglia, Fara, 2018) et tou­jours avec Fara  a publié Succede in paese (octobre 2017).

D’autres publi­ca­tions incluent des his­toires pour enfants (Cent his­toires pour quand il est trop tard, Feltrinelli 2013, Cent his­toires pour quand il est vrai­ment trop tard, Feltrinelli 2014, Les his­toires invi­sibles -Radiolibriamoci web). Pour Cantiere di Rai 3 et Radiolibriamoci web, elle  a écrit des pièces radio­pho­niques (Avec la musique ori­gi­nale de Notturno Concertante et la voix de Dario Albertini.  Elle col­la­bore éga­le­ment avec les maga­zines : Roma & Roma, DiarioRomano, Erodoto 108 et L’EstroVerso.

 

Parmi ses acti­vi­tés, on compte la créa­tion de Little Free Library Italy et de Poetry Sound Library.

Autres lec­tures

Giovanna Iorio et la magie des voix

 Poète et artiste sonore rési­dant à Londres, Giovanna Ioro  est la créa­trice et l'animatrice de la World Poetry Sound Map , pro­jet auquel nous sommes asso­ciés ((voir en page de une et pour [...]