À l’heure actuelle, il n’existe pas sur le web français de site spé­cial­isé qui fasse con­naître la poésie turque con­tem­po­raine. Le pub­lic français a de plus en plus d’intérêt pour les romans turcs, l’augmentation du nom­bres de romans traduits en français le mon­tre, mais il ne dis­pose pas de suff­isam­ment d’ouvrages pour avoir un aperçu de la créa­tion poé­tique turque.

Ayna sig­ni­fie miroir en en  turc. La revue se veut en effet le miroir de la poésie turque en direc­tion du pub­lic fran­coph­o­ne. Le fait que la revue Ayna soit  en ver­sion bilingue fran­co-turque et qu’elle présente les textes en langue orig­i­nale lui donne égale­ment la voca­tion d’être un lieu miroir entre les langues et les cul­tures.

 

Ayna est une revue qui per­met à tous, fran­coph­o­nes ou tur­coph­o­nes, d’avoir accès à un pan­el de poètes con­tem­po­rains recon­nus. Elle a été créée en 2013 par Claire Lajus, tra­duc­trice et poète.

Cette revue numérique est gra­tu­ite et met en ligne des poèmes orig­in­aux, leurs tra­duc­tions, leurs enreg­istrements sonores et des entre­tiens avec les poètes. Elle met égale­ment à dis­po­si­tion du pub­lic l’actualité des événe­ments poé­tiques en Turquie et donne des focus sur cer­tains poètes ou ouvrages.

Vingt  poètes sont actuelle­ment présen­tés dans la revue. Des lec­tures publiques sont aus­si organ­isées pour apporter la parole des poètes au plus près des gens.

Ayna a pour objec­tif à moyen terme de présen­ter une base de don­nées suff­isam­ment impor­tante pour con­stituer un espace de référence pour toutes les per­son­nes intéressées par la poésie turque.

 

mm

Claire Lajus

Grandie dans le ter­ri­toire girondin et après des études de Let­tres mod­ernes, Claire Lajus a enseigné le français cinq ans en Turquie. Pas­sion­née depuis par la langue turque, elle traduit des poètes turcs et a créé à son retour en France une revue en ligne (www.revueayna.com) Dans ce cadre, elle inter­vient ponctuelle­ment à des lec­tures publiques. Elle a pub­lié ses poèmes dans divers­es revues (Nou­veaux Dél­its, Soleils&Cendre, Trac­tion-Bra­bant, A L’index, La Main mil­lé­naire…) et dans l’Anthologie de la poésie française de Jacques Basse. Elle a par­ticipé au Fes­ti­val Inter­na­tion­al de poésie d’Eskisehir, Turquie, en 2015. Elle enseigne actuelle­ment le français à Bor­deaux. Son pre­mier recueil, L’Ombre remue, va paraître aux édi­tions La Crypte fin jan­vi­er 2018.

Tra­duc­tions

Essai :

2017 (à paraître) : La Turquie : entre égare­ment et nos­tal­gie,Ece Temelku­ran

Poésie en recueil:

2016:Ain­si dis­ent-ils, Müess­er Yeni­ay, éd.Bruno Doucey
2015 : Août 1936-Dernier mois dans le ven­tre de ma mère, Özdemir Ince, coll.Le Tire-Langue, A L’Index
2015 : Grenade ou Nar, Hay­dar Ergülen, L’Harmattan, coll. Lev­ée d’ancre
2014 : Vis­ages de poésie, 91 Vis­ages d’une république, Poésie turque, Antholo­gie dirigée par J.Basse, ed. CapBéar
2013 :L’intranquilité du quo­ti­di­en, Metin Celal, Al Manar,France
2012 :Car­net Intime, Hay­dar Ergülen, Al Manar,France
2010 :« Au sujet d’Ömer Kaleşi », poèmes d’Özdemir İnce,in Le Verbe des Ömériques, Ömer Kaleşi, édité à Skop­je, édi­tion Ikon