Accueil> Maurice Mourier, Behr le Bugnon

Maurice Mourier, Behr le Bugnon

Par |2021-02-06T10:40:04+01:00 6 février 2021|Catégories : Critiques, Maurice Mourier|

Les sor­ti­lèges du désir

Nous connais­sions Maurice Mourier pour ses cri­tiques ciné­ma­to­gra­phiques et lit­té­raires, ses articles, ses romans, sa poé­sie. C’est avec des nou­velles qu’il nous arrive en cette fin d’année moins mira­cu­leuse que mira­cu­lée. On y retrouve son sens aigu de la langue fami­lière et savante au ser­vice des mys­tères des corps vivants.

Les six textes qui com­posent ce recueil s’annoncent comme des nou­velles maillées. Notre lec­ture les envi­sa­ge­rait davan­tage comme six longs poèmes en prose, d’ampleur inégale, com­po­sant un chant hyp­no­tique aux har­mo­niques den­sé­ment dif­frac­tés. De fait, une dis­po­si­tion en vers n’eût point été impen­sable, tant cadence et pro­so­die y œuvrent inten­sé­ment. Nulle fic­tion nar­ra­tive à pro­pre­ment par­ler, sinon sou­ter­raine, sous les espèces d’éclats de rêves sub­ti­le­ment tui­lés et confon­dus, avec leurs motifs récur­rents, maillés en effet, for­mant un vaste filet flot­tant, tra­ver­sé de frag­ments de mémoire, de visions sur­réelles, de fan­tasmes.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                          

Chacun des textes reflète des figures fémi­nines – étu­diante, pros­ti­tuées, fillettes, lavan­dière, ondines – que l’approche par le désir éloigne dou­lou­reu­se­ment en un miroi­te­ment sans fin. Leur peau, leurs seins tou­jours au bord du bas­cu­le­ment, leur che­veux embra­sés ou man­gés d’ombre, leurs cuisses gar­diennes de leur déduit comme d’un dédale, semblent les bla­sons d’un temps per­du à jamais.

Maurice Mourier, Behr le Bugnon, 
PhB édi­tions, 160 pages, 12€.

Elles sont des dryades inter­ces­seuses entre un monde obs­cur, incer­tain, lent, gluant presque et un monde miroi­tant, de source vive mais pudique. Face à cette iné­luc­ta­bi­li­té d’un réel que l’écriture tâche à rendre insai­sis­sable, nous avons son­gé, plus qu’aux des­crip­tions délé­tères mais com­bien flam­boyantes d’un Huysmans, aux sor­ti­lèges des Filles du feu de Gérard de Nerval, à ces spectres du désir et de son objet. Les visages s’attirent, se mêlent se confondent, se super­posent en un por­trait mou­vant, ana­mor­phique. Le désir lui-même absorbe le monde dont il s’imprègne, s’y décline en un dérè­gle­ment sub­til de tous les sens, l’érotise en ses moindres anfrac­tuo­si­tés, jusqu’en ses moindres pores. Les phrases-grappes, aux grains ser­rés, grâce à leur pour­ri­ture noble, nous offrent cette langue sur­mû­rie et satu­rée de sucs, qui a ten­dance à déser­ter cer­taine lit­té­ra­ture contem­po­raine et pro­mue, éprise d’éphémère et de kit jetable.

A l’instance nar­ra­trice aus­si de se déré­gler, de se démul­ti­plier en ce flux de conscience que le nou­veau roman, au siècle der­nier, a déployé dans ses des­crip­tions hyper­réa­listes au ser­vice, para­doxa­le­ment, d’effets d’irréel, de touches impres­sion­nistes qui déplacent inces­sam­ment le regard et la pen­sée du lec­teur. Le « je » se ren­verse en « tu » dans les pas­sages en ita­liques – lettres en abyme dans le texte, ou dia­logues (encore le lec­teur ne sait-il pas tou­jours qui s’énonce !) – ; le « tu » s’échange avec un « il », une ou des « elle(s) » ; il n’est jusqu’au « on » ou au « nous » (nul­le­ment de majes­té !) per­son­nels qui n’embarquent ano­ny­me­ment le nar­ra­teur, et donc le lec­teur, dans une nef dont proue et poupe font volte-face. Il ne lui reste, au lec­teur, qu’à contem­pler la fan­tas­ma­go­rie lit­té­raire de ces vols d’étourneaux dont la géo­mé­trie mou­vante recèle des com­bi­nai­sons secrètes qu’il ne sié­rait de déce­ler au risque d’en voir s’évanouir le charme.

Oui, et la grande ombre, dis­soute sera exor­ci­sée. J’y rêve­rai enfin sur elles, sur elles toutes, dans un lan­gage nou­veau, rien que pour vous, si vous vou­lez, fait pour la mi-voix, pour le coin des lèvres, un peu trop fon­dant, four­ré d’adjectifs impres­sion­nistes, avec une pointe de miè­vre­rie cachée. Un de ces lan­gages qu’on invente en mar­chant très vite, par les soi­rées inutiles où se consument les villes, d’un bout à l’autre de quais cent fois par­cou­rus, tou­jours les mêmes, où l’on a ses voltes et ses rites. Peut-être alors que je pour­rai vous prendre, vous sai­sir toutes, faire une gerbe des choses dési­rées, faire mon paquet, disparaître.

Débarrassé du guide nar­ra­teur, le lec­teur, sans avi­rons appa­rents, n’a plus qu’à se lais­ser por­ter par la houle lan­ci­nante, capri­cieuse, ver­ti­gi­neuse d’un phra­sé auquel il s’accroche pour ne perdre le fil du rêve en train de se tis­ser, vague après vague, comme sui gene­ris. Il plonge dans le miroir de cette langue ultra qua­li­fiante et touf­fue, qui s’offre à lui et le force à la regar­der dans ses moindres attraits.  Ah, exi­gence du désir dont l’objet et le sujet s’incorporent ! La sen­sua­li­té des mots agit comme une myriade de pièges où la mémoire – cet écran lui aus­si réver­sible – se déchire et se perd. L’univers de Maurice Mourier est laby­rin­thique autant que kaléi­do­sco­pique et le deuxième texte, inti­tu­lé Filles, nous a rap­pe­lé celui du cinéaste polo­nais Wojciech Has, dans La Clepsydre, par exemple, oni­rique et trouble, baroque, sur­réa­liste et pro­fon­dé­ment mélan­co­lique. En effet, les motifs s’emboitent, les temps glissent les uns dans les autres ; ruelles, pas­sages, esta­mi­nets s’ouvrent et se ferment, s’enfument et s’éclairent. La folie rôde, comme la mort.

nous qui renon­çons, que l’on tient en laisse, qui vieillis­sons ain­si jour après jour, tour­nant vers les loin­tains divers des regards d’au-delà du fleuve, quel visage aurons-nous, là-bas, plus tard, en d’autres temps ? 

Mémoire-écran, ruban du rêve ciné­ma­to­gra­phique, plaque argen­tique où nous floue le temps, toile pic­tu­rale où se perdre en pig­ments de chair, neige, pol­len, tous ces voiles pou­dreux et insai­sis­sables qui enva­hissent le livre, tous ces lin­ceuls inquié­tants offusquent et révèlent, des­sinent sous le drap de la page le corps d’un grand poème dési­rable. 

Celui-là, il semble que ce soit Behr le Bugnon, per­son­nage épo­nyme – ce bûche­ron une seule fois nom­mé dans la der­nière nou­velle maillée, – qui le façonne dans sa rus­tre­rie déli­cate. Il apert qu’il est l’instance ogresque et syl­vestre à l’œuvre dans l’ensemble des textes : une pul­sion sau­vage, pré­da­trice, rete­nue par les courbes de la lit­té­ra­ture, icelle à nous offerte pour médi­ter, une fois l’ouvrage refer­mé, sur les arcanes de la vie en péril de son passé :

dans le plus reti­ré de la ruche, sur lequel le plein de l’alvéole ache­vé, l’opercule est join­toyé, bien clos.

Lire et ache­ter ce livre, élé­gam­ment édi­té par Philippe Barrot et illus­tré sur sa cou­ver­ture par une très belle aqua­relle de Pascaline Mourier-Casile, pour­raient bien être un acte de résis­tance contre l’ensevelissement de la pensée.

 

Maurice Mourier, Behr le Bugnon, pré­sen­té par Philippe Barrot, direc­teur des édi­tions PhB.

Présentation de l’auteur

Maurice Mourier

Maurice Mourier est un auteur, cri­tique, édi­teur scé­na­riste et co-réa­­li­­sa­­teur fran­çais, auteur du pre­mier livre fran­çais publié en japo­nais sur Mizoguchi (Seghers 1965). Attaché cultu­rel à l’Ambassade de France à Tôkyô, pro­fes­seur à l’Université de Damas, atta­ché cultu­rel à l’Ambassade de France à Madrid, maître-assis­­tant à l’Université de Lyon II en Littérature Comparée, puis maître de confé­rences à l’Université de Paris-X à Nanterre en Littérature Française (spé­cia­li­tés : roman, poé­sie), il est éga­le­ment cri­tique de ciné­ma sous le pseu­do­nyme de Michel MESNIL à la revue Esprit, où il a signé envi­ron cinq-cents articles publiés depuis 1958.

A par­tir de 1979 et jusqu’en 1996 pro­fes­seur de lit­té­ra­ture fran­çaise au cours des ses­sions d’été de l’université de Middlebury College (Vermont, Etats-Unis). Nombreuses mis­sions de confé­rences à l’étranger depuis 1977. Il est actuel­le­ment membre des Comités de rédac­tion des revues Diasporiques et La Nouvelle Quinzaine lit­té­raire, et contri­bu­teur régu­lier à La Quinzaine lit­té­raire de Maurice Nadeau, depuis 1994).

© Crédits pho­tos Radio France

Bibliographie

Le Miroir mité, roman, Gallimard, 1972
Godilande ou Journal d’un mort, Gallimard, 1974
Parcs de mémoire, roman, Denoël, 1985
Comment vivre avec l’image, Nouvelle Encyclopédie Diderot, direc­teur de l’ouvrage et contri­bu­teur, PUF, 1989
Les Nuits de Narra, EST-Samuel Tastet, 2006
Ajoupa-Bouillon, EST-Samuel Tastet, 2009
On se sent moins jeune par temps plu­vieux, recueil de poèmes, Editions Caractères, 2009
L’ivre de bords, Editions Caractères, 2013

Auteur du pre­mier livre fran­çais publié en japo­nais sur Mizoguchi (Seghers 1965),
Kurosawa (Seghers, 1973) ;
Le Parfum de la salle en noir, essai sur le ciné­ma (PUF, 1985) :
Fritz Lang, le juge­ment, Michalon, 1996)
Critique et essayiste ( lit­té­ra­ture, rap­ports du ciné­ma et de la lit­té­ra­ture) : dizaines d’articles dans des revues ciné­ma­to­gra­phiques ou universitaires.

Editeur de nom­breux titres chez Presses-Pocket (col­lec­tion « Lire et Voir les Classiques ») et au Livre de Poche

Créateur de la série « Mondialisation et Santé », scé­na­riste et co-réa­­li­­sa­­teur de trois 52’, à par­tir de 2001, pour France 5 

Poèmes choi­sis

Autres lec­tures

Maurice Mourier, Behr le Bugnon

Les sor­ti­lèges du désir Nous connais­sions Maurice Mourier pour ses cri­tiques ciné­ma­to­gra­phiques et lit­té­raires, ses articles, ses romans, sa poé­sie. C’est avec des nou­velles qu’il nous arrive en cette fin d’année moins miraculeuse [...]

mm

Tristan Felix

Tristan Felix est née au Sénégal et demeure à Saint-Denis. Poète poly­phrène et poly­morphe, elle décline la poé­sie sur tous les fronts. Elle publie en vers comme en prose, chro­nique et, pen­dant douze ans, a codi­ri­gé avec Philippe Blondeau La Passe, une revue des langues poé­tiques. Elle est aus­si des­si­na­trice, pho­to­graphe, marion­net­tiste (Le Petit Théâtre des Pendus), conteuse en langues ima­gi­naires et clown trash (Gove de Crustace). Elle donne des spec­tacles dans des théâtres, des gale­ries-musées, des média­thèques, salons, ins­ti­tuts cultu­rels ou sco­laires, fes­ti­vals. Elle expose ses des­sins et pho­to­gra­phies. Elle orga­nise des lec­tures-prouesses sur scène ou à la radio, des Troquets Sauvages, des ate­liers de cal­li­gra­phie et des confé­rences ani­mées sur la mani­pu­la­tion, à Paris comme en pro­vince. Elle enseigne paral­lè­le­ment les lettres, à sa façon, au pied de la Goutte d’Or, à Paris. En 2008, elle fonde avec le musi­cien com­po­si­teur Laurent Noël L’Usine à Muses, pour la pro­mo­tion des arts vifs et de la poé­sie, et fabrique des courts-métrages avec son com­plice nicAmy, came­ra­man. Elle cultive l’échange, l’étrange, le brut et le cise­lé. Ses créa­tures venues d’ailleurs tentent de gué­rir qui s’y frotte. Son uni­vers oni­rique est inquié­tant et jubi­la­toire, entre théâtre de rue inté­rieure, cabi­net de curio­si­tés et cirque poé­tique. Recueils - Heurs, Dumerchez, 2002. - Franchises, avec Philippe Blondeau, L’Arbre, 2005. - À l’Ombre des Animaux (poèmes et pho­to­gra­phies), L’Arbre, 2006. - Coup Double, (poèmes et pho­to­gra­phies), avec Ph. Blondeau, Corps Puce,  2009. - Ovaine (conte­lets et des­sins), Hermaphrodite, 2009. Gravure, V.Rougier éd. 2011 (pour Pile de Proverbes de C. Kaïteris) - Journal d’Ovaine, L’Atelier de l’Agneau, 2011. - Triptyque des Abysses (des­sins) ; Quatuor à fils (dessins/​poèmes), L’Atelier de l’Agneau, 2011. - Volée de Plumes (des­sins à 2 plumes avec Gabrielle B. Peslier), L’Atelier de l’Agneau, 2013. - Trois ouvrages col­lec­tifs chez Corps Puce. - Aphonismes et Avis de Recherche, Flammarion, 2013, 2015 (col­lec­tifs). - Les Farces du Squelette (textes et des­sins), Venus d’Ailleurs, 2014. - L’Ivre de Bords (textes de M. Mourier, des­sins de T. Felix), Caractères, 2014. - Sorts, poèmes, Henry, 2014. - Bruts de Volière (textes et des­sins, avec M. Mourier), L’Improviste, 2015. - Zinzin de Zen (textes et pho­to­gra­phies), Corps Puce, 2016. - Pensée en herbe du XXIe siècle (apho­rismes de col­lé­giens), Corps Puce, 2016. - Observatoire des extré­mi­tés du vivant (textes et pho­to­gra­phies), Tinbad, 2017. - Alphabête, (des­sins, poèmes et col­lages, avec Laure Missir), Les deux Corps, 2017. - Aphonismes (textes et des­sins), Venus d’Ailleurs, 2017. Revues La Passe, Diasporiques, Diérèse, Dissonances, Sarrazine, Traction-Brabant, Comme en Poésie, Poésie Première, Contre-allée, Décharge, Le Grognard, Empreintes, L’Igloo, L’Intranquille, Ecrits du Nord, Arcane 18, L’Ampoule, Tinbad…
Aller en haut