> Serge Núñez Tolin, Langue qui se distribue

Serge Núñez Tolin, Langue qui se distribue

2018-01-17T16:53:21+00:00

Langue qui se dis­tri­bue comme une géo­gra­phie, com­mune éten­due limi­tée dans un monde sans fin.

Je m’arrête sans malice auprès de ces mots que j’ai crus contraindre à être les des­ser­vants de mon silence. J’y vois un appa­reil dans lequel, hier je m’en fus, aus­si vain que je m’y vois décon­ve­nu, aujourd’hui.

Ainsi, conduire ses mots dans ce qui ne se pense pas, c’est s’approcher de ce brin d’herbe que l’immobilité envi­ronne, pro­non­cer le mot rien dans l’état que réclame sa contem­pla­tion.

Extrait de L’immobilité et un brin d’herbe
22 .12. 05 – 27. 07. 06

Présentation de l’auteur

Serge Núñez Tolin

 Né à Bruxelles en 1961 où ses parents sont arri­vés d’Espagne dix ans plus tôt. Sept livres parus. A par­tir de 2001, quatre ouvrages ont paru sous le titre unique de Silo et un cin­quième, en 2006, L’interminable évi­dence de se taire : les cinq aux Éditions Le Cormier (Belgique).

En France, paru­tion de L’ardent silence chez Rougerie (2010) et Nœud noué par per­sonne (2012), Rougerie édi­teur.

Dernières col­la­bo­ra­tions aux revues en Belgique et en France (2010-2013) : Traversées (Arlon),  N4728 (Angers), NUNC (Clichy).

Une émis­sion radio dif­fu­sée sur la RTB-F La Première en 2010. Des articles de presse sur l’Internet et dans les revues N4728 et EUROPE en 2013.

 

Serge Núñez Tolin

Autres lec­tures

Serge Núñez Tolin La vie où vivre

Dès la pre­mière page, le lec­teur est sur­pris : s’agissant d’un livre de poé­sie, il est divi­sé en cha­pitres comme un roman. Cela semble annon­cer une habi­tude que le poème limi­naire annonce : [...]

X