> Serge Núñez Tolin, L’étendue de recul

Serge Núñez Tolin, L’étendue de recul

2018-01-17T16:52:21+00:00

 

 

L’étendue de recul où l’obstination nous entraîne dégage à perte de vue l’horizon d’une pen­sée impos­sible à cir­con­ve­nir.

Mots inca­pables de poser l’île inté­rieure dehors, quand bien même celle-ci ne serait que la recon­nais­sance de notre rien.

Se rap­pro­cher du monde, atteindre cette trans­pa­rence qui ouvre dans l’air leur place aux choses, être l’amorce qui déclenche dans un lieu la stu­peur du regard, trou­ver dans l’immobilité un asile agis­sant.

Cette source embra­sée des lieux, éma­nant des choses –et des plus pauvres, des plus dis­crètes, insi­gni­fiantes– creuse à par­tir d’elles, un loge­ment aux pré­sences.

Extrait de L’immobilité et un brin d’herbe
22 .12. 05 – 27. 07. 06

 

Présentation de l’auteur

Serge Núñez Tolin

 Né à Bruxelles en 1961 où ses parents sont arri­vés d’Espagne dix ans plus tôt. Sept livres parus. A par­tir de 2001, quatre ouvrages ont paru sous le titre unique de Silo et un cin­quième, en 2006, L’interminable évi­dence de se taire : les cinq aux Éditions Le Cormier (Belgique).

En France, paru­tion de L’ardent silence chez Rougerie (2010) et Nœud noué par per­sonne (2012), Rougerie édi­teur.

Dernières col­la­bo­ra­tions aux revues en Belgique et en France (2010-2013) : Traversées (Arlon),  N4728 (Angers), NUNC (Clichy).

Une émis­sion radio dif­fu­sée sur la RTB-F La Première en 2010. Des articles de presse sur l’Internet et dans les revues N4728 et EUROPE en 2013.

 

Serge Núñez Tolin

Autres lec­tures

Serge Núñez Tolin La vie où vivre

Dès la pre­mière page, le lec­teur est sur­pris : s’agissant d’un livre de poé­sie, il est divi­sé en cha­pitres comme un roman. Cela semble annon­cer une habi­tude que le poème limi­naire annonce : [...]

X