Georges Rose, Jeunesse de l’instant

Par |2020-04-06T05:26:52+02:00 6 avril 2020|Catégories : Critiques, Georges Rose|

L’œu­vre déjà volu­mineuse de Georges Rose appro­fon­dit, recueil après recueil, la per­cée du présent, la saisie de l’in­stant dans la puis­sance de l’év­i­dence : « La mer est ce gris là-bas / qui devance le paysage1 », « La pluie qui se délivre / la cas­cade si lente / qu’elle sem­ble immo­bile con­tre le roc».

L’œil y donne à accueil­lir le lumineux sourire de l’éveil : « Voici la lumière / assise dans la neige / avec un seul oiseau noir3 ». On s’y fait accueil d’un monde où se met en mou­ve­ment l’u­ni­verselle unité entre­laçant ses magies : « L’u­nivers a ses cul­butes / la longue ges­ta­tion des ciels / l’é­clat qui à son tour com­mence l’ar­bre4 » ou encore : « La rue nous accom­pa­gne / jusqu’à cette fenêtre qui n’est pas le vis­i­ble5 »

À l’im­age du haïku duquel il nous sem­ble si proche, ces poèmes chantent l’é­trangeté de l’év­i­dence, le rafraîchisse­ment du regard. La total­ité du monde au sein duquel tout n’est qu’enchâsse­ment est soudain mon­trée sans les lim­ites que notre enten­de­ment lim­ité nous for­cent à apposer.

Georges Rose, Jeunesse de l’in­stant, Édi­tions
Alcy­one, Col­lec­tion Surya, 3e trimestre 2019.

 

Georges Rose est le poète pour lequel s’ar­rêter pour con­tem­pler est déjà, par lui-même, résis­tance à toutes les formes d’al­ié­na­tion de notre modernité.

 

Notes

1      P. 5.
2     P. 18.
3      P. 9
4      P. 27.
5      P. 36.

Présentation de l’auteur

Georges Rose

Georges Rose est né en 1955, à Paris. Poète, dra­maturge, auteur de réc­its et artiste plas­ti­cien, il est aus­si doc­teur en eth­nolo­gie. Depuis des années, il pra­tique et enseigne le Tai Chi Chuan, art interne et poé­tique du geste. 

© Crédits pho­tos Babelio

Les invités de l’Arche, Hen­ry, 2009. Des mots par­mi les abeilles, Édi­tions de la Licorne (2009). Détroits, Édi­tions du Douayeu, 2007. Des mots par­mi les abeilles, éd. La licorne, 2009. Noir de lumière, Les écrits du Nord/ Édi­tions Hen­ry, 2007. Détroits, éd. du Douayel, 2007. Les fées, Les écrits du Nord, Édi­tions Hen­ry, 2005. Saline, Éd. Souf­fles, Grand prix des écrivains méditer­ranéens, 2003. Les évène­ments, réc­it, Éd. Hen­ry, 2003. Vis­ite par le silence, Écrit(s) du Nord, 2002. Les demeures du réel, An Amz­er, Brest, 2002. Le por­tique de Nax­os, Écrit(s) du Nord, 2000, Prix de poésie de la ville de Béziers. Le grand voy­age (réc­its), Info­com­po, 1999. Le désert sen­si­ble, Édit­in­ter, 1999, Prix du val de seine. Moments, Cahiers Frois­sart, Valen­ci­ennes, 1998. L’usage du ciel, Souf­fles, 1997, Grand prix de la com­pag­nie des écrivains méditer­ranéens. Rivages, Le Dé bleu, 1997, Prix de poésie de la ville d’Angers. Le pèleri­nage d’Em­brun au Mont Guil­laume, Société d’é­tudes des Hautes-Alpes, Gap, 1992. Dans les par­ages du corps, Cahiers Frois­sart, Valen­ci­ennes, 1991, Prix R.L Geer­aert. Jour­nal, Ardence, Orléans, prix Claude-Ardent. Écolo­gie et tra­di­tion, Maison­neuve et Larose, Paris, 1981. Pas­sages, Mil­las-Mar­tin, Paris, 1978, prix François-Vil­lon. Voix, Car­ac­tères, Paris, 1975. Formes, Cham­bel­land, Paris, 1976, Prix Louise Labé. Espace, Ouvrage cat­a­logue Schaan Liecht­en­stein, 1974. Poèmes, Car­ac­tères, Paris, 1973.

Poèmes choi­sis

Autres lec­tures

Georges Rose, Jeunesse de l’instant

L’œu­vre déjà volu­mineuse de Georges Rose appro­fon­dit, recueil après recueil, la per­cée du présent, la saisie de l’in­stant dans la puis­sance de l’év­i­dence : « La mer est ce gris là-bas / qui devance le […]

mm

Jean-Yves Guigot

Enseignant le français et la philoso­phie, âgé de 52 ans, l’ac­tiv­ité à laque­lle je m’adonne sur le plan exis­ten­tiel est la quête de l’u­nité. L’écri­t­ure poé­tique est le lieu expéri­men­tal où se mêlent la vie et l’œuvre à naître, et les recueils, ain­si que ce vers quoi je tends, sont tournés vers cette quête. Le site lenchassement.com par­ticipe de cette expéri­ence à tra­vers tous les arts et les modes d’écriture.
Aller en haut