Carole Carcillo Mesrobian, Ontogenèse des bris

Par |2019-12-23T10:24:23+01:00 20 décembre 2019|Catégories : Carole Carcillo Mesrobian, Critiques|

Le lecteur que je suis – dans ce domaine qui m’est si essen­tiel, à savoir la poésie – ne peut être qu’ex­trême­ment sen­si­ble à un recueil qui renoue avec la fibre artau­di­enne du souf­fle et du rythme, des sonorités et de l’élan.

 

La poé­tique de Car­ole Car­cil­lo Mes­ro­bian est le déploiement con­tinu d’une force qui prend aux tripes le lecteur et l’ex­pulse, essouf­flé, hors de lui-même. Elle utilise à cet effet les modes poé­tiques les plus sub­tils, des oxy­mores – « Arche ver­sée sur l’ar­doise des mers1 » – à l’alexan­drin – « Un sub­strat dans l’hu­mus enracine ton corps / à la peau des bam­bous2 » – jusqu’aux images qui vien­nent s’y entre­cho­quer – « Tu grelottes / Les trot­toirs musar­dent / Les fumées ros­es aux chem­inées abreuvent le silence de leur dis­pari­tion / Tout chan­celle au ver­sant la rumeur des flo­cons / Même la peau du ciel avoue son aban­don au buvard de coton3 ». La poétesse ranime chez le lecteur qui en expéri­mente la sève les racines orig­inelles du verbe.

 

Car­ole Car­cil­lo Mes­ro­bian, Onto­genèse des bris, PhB édi­tions, 2019, 47 pages, 10 €.

Car ce martèle­ment est sem­blable à des lames qui cisail­lent – par la suc­ces­sion inin­ter­rompue des allitéra­tions menant à une ryth­mique tou­jours chirur­gi­cale – toutes les entra­vent, tel le « filet du couteau vis­sé entre tes mains4 » et récla­ment de notre part le long souf­fle pour en main­tenir la lec­ture. C’est d’un tel engage­ment de l’être total qu’il s’ag­it quand on s’en­gage dans l’u­nivers expéri­men­tal suiv­ant : « J’ai lié mes mur­mures aux pages labyrinthiques / pour habiller ma peur / d’une étole mys­tique / alu­nie de couleur5 », ou encore « Les toi­tures n’abri­tent que la sur­face d’un vide / Ni d’i­ci ni d’ailleurs / Ni même quelque chose6 ».

Avec Car­ole Car­cil­lo Mes­ro­bian, le lecteur est face à face avec ce qui l’an­cre dans cette part de lui-même oubliée – mais agis­sante – qui le relie avec les plus loin­taines orig­ines de l’être, comme le dit superbe­ment ce vers de la page douze : « Comme on avale hier / Vien­dra l’outrepassé ». Tout par­le, crie, vocif­ère, déchire dans cette human­ité, où tout l’u­nivers « (…) arpente dedans la pen­sée de mon corps (…) Que la pluie ren­ver­sée arrose du cha­grin », sans que d’il­lu­soires lim­ites vien­nent voil­er la réal­ité au regard.

Nous sommes ici dans ce que peut être le verbe quand le style sait creuser jusque vers la source originelle.

 

Notes

1 P. 9.

2 P. 10.

3 P. 43.

4 P. 15.

5 P. 35.

6 P. 46.

 

Présentation de l’auteur

Carole Carcillo Mesrobian

Car­ole Car­cil­lo Mes­ro­bian est née à Boulogne en 1966. Elle réside en région parisi­enne. Pro­fesseure de Let­tres Mod­ernes et Clas­siques, elle pour­suit des recherch­es au sein de l’école doc­tor­ale de lit­téra­ture de l’Université Denis Diderot. Elle pub­lie en 2012 Foulées désul­toires aux Edi­tions du Cygne, puis, en 2013, A Con­tre murailles aux Edi­tions du Lit­téraire, où a paru, au mois de juin 2017, Le Sur­sis en con­séquence, Qomme ques­tions, à Jean-Jacques Tachd­jian par Van­i­na Pin­ter, Car­ole Car­ci­lo Mes­ro­bian, Céline Delavaux, Jean-Pierre Duplan, Flo­rence Laly, Chris­tine Tara­nov,  Edi­tions La chi­enne Edith, 2018.

Par­al­lèle­ment parais­sent des textes inédits sur les sites Recours au Poème, Le Cap­i­tal des mots, Poe­siemuz­icetc., , ain­si que des pub­li­ca­tions dans les revues Libelle, et L’Atelier de l’ag­neau, Décharge, Pas­sage d’en­cres, Test n°17, Créa­tures , For­mules, Cahi­er de la rue Ven­tu­ra, Libr-cri­­tique, Sitaud­is, Créa­tures, Gare Mar­itime, Chroniques du ça et là, La vie manifeste.

Elle est l’auteure de la qua­trième de cou­ver­ture des Jusqu’au cœur d’Alain Bris­si­aud, et de nom­breuses notes de lec­ture et d’articles, pub­liés sur le site Recours au Poème.

Autres lec­tures

A contre-muraille, de Carole Carcillo Mesrobian

Avez-vous déjà éprou­vé l’im­pres­sion d’avoir plus ou moins bien lu un livre de poésie ? Pour ne pas dire l’avoir mal lu… Vous est-il déjà, arrivé que l’in­sat­is­fac­tion (ou le hasard) vous amène […]

Carole Carcillo Mesrobian, Aperture du silence

Sous la cica­trice une blessure, sous la blessure, la peau du temps Toutes les fron­tières frois­sées, emparées, et cette pre­mière aube, cica­trice ouverte, blessure recon­nue dans « le creux du sil­lon vase femme… ». Carole […]

Carole Carcillo Mesrobian, À part l’élan

Car­ole Car­cil­lo Mes­ro­bian, À part l’élan Poésie vivante comme le mot vivant vac­ille au couchant. Car­ole Meros­bian offre, dans cet ouvrage fugueur décousu recousu, sa vision lit­téraire pétrie d’analogies […]

Carole Carcillo Mesrobian, Ontogenèse des bris

Le lecteur que je suis – dans ce domaine qui m’est si essen­tiel, à savoir la poésie – ne peut être qu’ex­trême­ment sen­si­ble à un recueil qui renoue avec la fibre artau­di­enne du […]

Carole Carcillo Mesrobian, Fem mal

Intim­ité expul­sée pour retrou­ver la paix en soi. Lorsque l’autre, mal­fai­teur hurlant dans les chairs tumé­fiées, est trop bien instal­lé au cœur de la femme-offrande, celle-ci vac­ille, tombe, mais con­tin­ue de par­ler pour […]

Carole Carcillo Mesrobian, Ontogenèse des bris

Dès son titre (oxy­morique), Onto­genèse des bris — qui fait l’é­conomie de l’article et ain­si se relie d’entrée aux textes ini­ti­a­tiques soule­vant depuis les lames de fond les « vagues vipérines » du Vivre en sa […]

mm

Jean-Yves Guigot

Enseignant le français et la philoso­phie, âgé de 52 ans, l’ac­tiv­ité à laque­lle je m’adonne sur le plan exis­ten­tiel est la quête de l’u­nité. L’écri­t­ure poé­tique est le lieu expéri­men­tal où se mêlent la vie et l’œuvre à naître, et les recueils, ain­si que ce vers quoi je tends, sont tournés vers cette quête. Le site lenchassement.com par­ticipe de cette expéri­ence à tra­vers tous les arts et les modes d’écriture.
Aller en haut