> Carole Carcillo Mesrobian, Aperture du silence

Carole Carcillo Mesrobian, Aperture du silence

Par |2018-09-02T20:27:56+00:00 4 septembre 2018|Catégories : Carole Carcillo Mesrobian, Critiques|

Sous la cicatrice une blessure, sous la blessure, la peau du temps

Toutes les fron­tières frois­sées, empa­rées, et cette pre­mière aube, cica­trice ouverte, bles­sure recon­nue dans « le creux du sillon vase femme… ». Carole Carcillo Mesrobian place l’écriture sur la fron­tière même – un objet à pas­ser, enjam­ber. La fron­tière entre l’aube et le ciel, entre indi­go et cyan, la fron­tière-fusion du corps et de l’esprit. La vie de toutes les aubes recom­men­cées : 

 

Carole Carcillo Mesrobian, Aperture du silence, PhB édi­tions, Paris, 2018, 56 pages, 10 €.

« L’aube hébétée/​ Péristyle habi­té de la trace des nuits. » On pense irré­sis­ti­ble­ment, à la lec­ture de  Aperture du silence, au tableau de Gustave Courbet nom­mé « L’origine du monde », un tableau chaste, n’en déplaise, qui montre le silence de l’aperture, sa pro­messe d’éternité.

En che­mi­nant dans le corps infil­tré de tous les « sables » rou­lant dans les veines, sables des temps digé­rés par le corps, croît « … la rumeur déme­su­rée /​ des aper­tures ances­trales ». La poé­sie de Carole Carcillo Mesrobian est celle du corps sacri­fié, elle fouaille le corps « Aux pieds des dunes les falaises /​ Montagne au flanc d’une rosée ». Les aper­tures ances­trales résonnent en chant, comme le musi­cal bruit de fond de l’espace est le cri de la nais­sance à jamais nais­sante. Ou encore un fameux « … tremble du mur­mure des veines sous nos chairs », pour dire que mur­mure et silence sont choses pareilles et por­tées par les veines (les cordes) de l’espace infi­ni.

Le corps en repré­sen­ta­tion. Poussière d’éternité. Et cet autre corps recher­ché, celui de l’autre soi-même, femme ou homme caché dans un vers ouvrant la pers­pec­tive « D’épouser la tex­ture de ta peau /​ D’emmuré ». Le recueil si chan­tant, si plein des cou­leurs d’aubes, tisse le tis­su du corps éten­du à l’espace, conçu comme une sidé­ra­tion, la cica­trice tou­jours recom­men­cée d’une bles­sure ini­tiale, d’un corps dont il faut se vêtir. Ô mère, dis-moi qui je mange ? Quelle peau arra­chée du tré­fonds des étoiles est ma peau écar­tée ?

Le poème de Carole Carcillo Mesrobian est eucha­ris­tie. Après que « …l’odeur de femme cette robe d’augure » signe le sexe du monde, la table est dres­sée, fabri­quée d’étoiles, et se déroule alors « La scène close sous le velours /​ D’avoir ava­lé qui tu es », puis le « Je suis allé vers toi /​ Comme lin­ceul à l’éternité ». Le souffle de l’esprit s’empare des mem­branes, des ramures, des eaux sou­ter­raines jusqu’à satu­rer les rimes, mul­ti­pliant les aubes dans son outre d’azur.

mm

Philippe Thireau

Philippe Thireau vit en France. Il est régulièrement publié (essais, récits, poésie, théâtre…) depuis 2008.
Bibliographie de Philippe Thireau

                               Le bruit sombre de l’eau, Z4 édi­tions, La dia­go­nale de l’écrivain, 2018

Benjamin Constant et Isabelle de Charrière, Hôtel de Chine et dépen­dances, Cabédita, 2015
Le Voyageur dis­tant ou Bonjour Stendhal, adieu Beyle, Jacques André édi­teur, 2012
Le Sang de la République, Cêtre, 2008

                         THÉÂTRE

Cut, Z4 édi­tions, 2017
Mortelle faveur et J’entends les chiens, Z4 édi­tions, 2017

                                                       POÉSIE

Soleil se mire dans l’eau (pho­to­gra­phies Florence Daudé), Z4 édi­tions, 2017

                                                                                      REVUES

Cioran ver­ti­cal (essai) inLes Cahiers de Tinbad n° 3 et 4, Tinbad, 2017
Le cireur de Parquet inLes Cahiers de Tinbad n° 6, Tinbad2018
En ton sein inFPM n° 18, Éditions Tarmac, 2èmetri­mestre 2018

 

 

 

X