Carole Carcillo Mesrobian et Alain Brissiaud, Octobre

Par |2021-01-06T03:13:04+01:00 5 janvier 2021|Catégories : Alain Brissiaud, Carole Carcillo Mesrobian, Critiques|

Octo­bre a pour titre un mois, celui qui « a épousé le déclin des ven­dan­ges » (page 35). Il ouvre et ponctue plusieurs pages, comme un signe tem­porel et sym­bol­ique. Il mar­que le rythme et le sens du livre.

Entre la pre­mière phrase d’Octo­bre :

 

Tu dis que le rouge
Attrape les rêves
Et délie les lèvres som­bres du doute  (page 9)

 

et la dernière :

 

Sinon plus rien n’existe ain­si que ne fut rien  (page 63)

Carole Carcillo Mesrobian et Alain Brissiaud, Octobre, PhB éditions, 2020, 63 pages, 10€.

se jouent et se livrent le corps-à-corps, le bouche-à-bouche, le mot-à-mot de deux poètes dont le chem­ine­ment amoureux est empreint de lyrisme et de lib­erté, de souf­france aus­si. Il engage la vie, comme tout amour qui voudrait n’être que pas­sion mais se nour­rit autant de lumière que de ténèbres.

Car­ole Car­cil­lo Mes­ro­bian et Alain Bris­si­aud gar­dent mémoire – par et avec les mots – d’une errance sur des chemins qui se croisent, se con­fondent, se super­posent, s’écartent, se coupent. Ils pénètrent les esprits et les corps, tra­versent les paysages, voilent la « nudité du jour » (page 59) et décou­vrent « l’obscurité sous l’étole de nuit » (page 63).

Écrire à l’autre, c’est écrire à soi-même.

Pub­li­er Octo­bre, c’est quit­ter les sen­tiers de l’intime pour emprunter la grande route qui con­duit à la ville où habite un lecteur incon­nu trou­vant dans ce livre jouis­sance de la poésie et médi­ta­tion sur l’amour.

Car­ole Car­cil­lo Mes­ro­bian et Alain Bris­si­aud inven­tent une rela­tion épis­to­laire tout en s’inscrivant dans l’héritage d’une tra­di­tion de la lit­téra­ture. Je songe à la cor­re­spon­dance de Simone de Beau­voir et Vio­lette Leduc, à la com­plic­ité de Gus­tave Flaubert et Louise Colet, à la rela­tion déséquili­brée de Guil­laume Apol­li­naire et Louise de Col­igny-Châtil­lon (Lou), à la sub­lime langue d’Héloïse et Abélard aus­si, que je cite avec émo­tion : « Vous savez, mon bien-aimé, et nul n’ignore tout ce que j’ai per­du en vous » (let­tre deux­ième d’Héloïse à Abélard, 1133).

Dans Octo­bre, la flu­id­ité du texte respecte l’équilibre entre deux poètes en miroir qui écrivent avec sub­tiles vari­a­tions de vocab­u­laire et de reg­istres, glisse­ments incer­tains de la forme et du fond, pro­jec­tions d’images, face au risque – exal­tant et dan­gereux – de plonger dans l’abîme/abyme qui fig­ure et défigure.

La poésie épis­to­laire de Car­ole Car­cil­lo Mes­ro­bian et Alain Bris­si­aud est une com­po­si­tion dis­con­tin­ue de frag­ments, comme autant d’éclats d’un dis­cours argu­men­tatif avec ses élans de démon­stra­tion, de per­sua­sion, son sub­strat de doute intérieur aus­si, qui mine et démine toute ten­ta­tive d’un sur-jeu narratif.

D’aucuns ver­raient en l’amour un sujet asséché. A tort, car il est inépuis­able. L’amour a cette fonc­tion puis­sante de met­tre toute exis­tence en per­spec­tive et en ques­tion. Il faut en avoir con­nu les joies, les trans­es, les dérives et les blessures pour porter avec justesse la voix de celui-ci. Si Octo­bre est le fruit d’un dis­posi­tif lit­téraire – les auteurs ne dévoilent rien sur sa genèse, et ils ont rai­son –, il est aus­si, je n’en doute pas, un entremêle­ment d’expériences vécues, observées ou rêvées. C’est pourquoi lire ce livre, dont la langue est belle, provoque en moi un authen­tique plaisir.

A la manière de Roland Barthes dans ses Frag­ments d’un dis­cours amoureux (Édi­tions du Seuil, 1977), j’esquisserais une liste arbi­traire de quelques fig­ures que je décèle dans Octo­bre : dis­pari­tion (page 9), diva­ga­tion (page 16), silence (page 17), oubli (page 27, page 45), pas­sage (page 31), rêve (page 40), incendie (page 61), et bien d’autres encore.

Écrire pour aller.
Écrire pour revenir.
Écrire pour s’en aller enfin.
Il ne reste que la poésie. Car tout poème est un acte d’amour.

Présentation de l’auteur

Carole Carcillo Mesrobian

Car­ole Car­cil­lo Mes­ro­bian est née à Boulogne en 1966. Elle réside en région parisi­enne. Pro­fesseure de Let­tres Mod­ernes et Clas­siques, elle pour­suit des recherch­es au sein de l’école doc­tor­ale de lit­téra­ture de l’Université Denis Diderot. Elle pub­lie en 2012 Foulées désul­toires aux Edi­tions du Cygne, puis, en 2013, A Con­tre murailles aux Edi­tions du Lit­téraire, où a paru, au mois de juin 2017, Le Sur­sis en con­séquence, Qomme ques­tions, à Jean-Jacques Tachd­jian par Van­i­na Pin­ter, Car­ole Car­ci­lo Mes­ro­bian, Céline Delavaux, Jean-Pierre Duplan, Flo­rence Laly, Chris­tine Tara­nov,  Edi­tions La chi­enne Edith, 2018.

Par­al­lèle­ment parais­sent des textes inédits sur les sites Recours au Poème, Le Cap­i­tal des mots, Poe­siemuz­icetc., , ain­si que des pub­li­ca­tions dans les revues Libelle, et L’Atelier de l’ag­neau, Décharge, Pas­sage d’en­cres, Test n°17, Créa­tures , For­mules, Cahi­er de la rue Ven­tu­ra, Libr-cri­­tique, Sitaud­is, Créa­tures, Gare Mar­itime, Chroniques du ça et là, La vie manifeste.

Elle est l’auteure de la qua­trième de cou­ver­ture des Jusqu’au cœur d’Alain Bris­si­aud, et de nom­breuses notes de lec­ture et d’articles, pub­liés sur le site Recours au Poème.

Autres lec­tures

A contre-muraille, de Carole Carcillo Mesrobian

Avez-vous déjà éprou­vé l’im­pres­sion d’avoir plus ou moins bien lu un livre de poésie ? Pour ne pas dire l’avoir mal lu… Vous est-il déjà, arrivé que l’in­sat­is­fac­tion (ou le hasard) vous amène […]

Carole Carcillo Mesrobian, Aperture du silence

Sous la cica­trice une blessure, sous la blessure, la peau du temps Toutes les fron­tières frois­sées, emparées, et cette pre­mière aube, cica­trice ouverte, blessure recon­nue dans « le creux du sil­lon vase femme… ». Carole […]

Carole Carcillo Mesrobian, À part l’élan

Car­ole Car­cil­lo Mes­ro­bian, À part l’élan Poésie vivante comme le mot vivant vac­ille au couchant. Car­ole Meros­bian offre, dans cet ouvrage fugueur décousu recousu, sa vision lit­téraire pétrie d’analogies […]

Carole Carcillo Mesrobian, Ontogenèse des bris

Le lecteur que je suis – dans ce domaine qui m’est si essen­tiel, à savoir la poésie – ne peut être qu’ex­trême­ment sen­si­ble à un recueil qui renoue avec la fibre artau­di­enne du […]

Carole Carcillo Mesrobian, Fem mal

Intim­ité expul­sée pour retrou­ver la paix en soi. Lorsque l’autre, mal­fai­teur hurlant dans les chairs tumé­fiées, est trop bien instal­lé au cœur de la femme-offrande, celle-ci vac­ille, tombe, mais con­tin­ue de par­ler pour […]

Carole Carcillo Mesrobian, Ontogenèse des bris

Dès son titre (oxy­morique), Onto­genèse des bris — qui fait l’é­conomie de l’article et ain­si se relie d’entrée aux textes ini­ti­a­tiques soule­vant depuis les lames de fond les « vagues vipérines » du Vivre en sa […]

Présentation de l’auteur

Alain Brissiaud

Né à Paris en 1949. Librairie et édi­teur depuis 1973. Vit entre le Vau­cluse et Paris. Le temps qui lui est aujourd’hui don­né est partagé entre l’écriture et la vie.

 

 

 

Alain Brissiaud

Autres lec­tures

Alain Brissiaud, Jusqu’au cœur

Au-delà des obé­di­ences, des écoles et des mou­ve­ments, des mesures et des règles édic­tées, des dis­cours et des glos­es, existe la poésie. Elle échappe à toute ten­ta­tive d’exégèse, car mirac­uleuse­ment elle dis­tend le […]

Carole Carcillo Mesrobian et Alain Brissiaud, Octobre

Octo­bre a pour titre un mois, celui qui « a épousé le déclin des ven­dan­ges » (page 35). Il ouvre et ponctue plusieurs pages, comme un signe tem­porel et sym­bol­ique. Il mar­que le rythme et […]

Carole Carcillo Mesrobian, Alain Brissiaud, Octobre

« L’impossible dis­tance irré­ductible de l’existence » Un échange épis­to­laire poé­tique pour dire « l’impossible dis­tance irré­ductible de l’existence ». Là où des let­tres de feu pour­raient suf­fire, et les exem­ples sont légion […]

mm

Laurent Grison

Lau­rent Gri­son est poète, his­to­rien de l’art et cri­tique. Il a pub­lié plus de soix­ante-dix livres et con­tribue à divers­es revues. Pas­sion­né par le croise­ment des formes de créa­tion, il tra­vaille régulière­ment avec des artistes. Il est mem­bre de plusieurs asso­ci­a­tions inter­na­tionales d’écrivains et de cri­tiques, dont la Mai­son des écrivains et de la lit­téra­ture, le P.E.N. Club français, The Poet­ry Soci­ety (Roy­aume-Uni), l’Association Inter­na­tionale de la Cri­tique Lit­téraire et l’Association Inter­na­tionale des Cri­tiques d’Art. Ses textes, traduits en plusieurs langues, sont pub­liés en France et à l’é­tranger. www.laurentgrison.com
Aller en haut