Carole Carcillo Mesrobian, De nihilo nihil

Par |2022-03-20T18:34:24+01:00 20 mars 2022|Catégories : Carole Carcillo Mesrobian, Critiques|

Con­fine­ment Covid la vie à l’ar­rêt. Le rien envahit nos vies au risque de nous ren­dre fous. Mais quels sont cette “immatéri­al­ité théâ­trale” et ce “vide scrip­tur­al” qui ouvrent ce nou­v­el ouvrage de Car­ole Car­cil­lo Mes­ro­bian, inti­t­ulé De Nihi­lo Nihil et pub­lié aux Édi­tions Tarmac ?

Le vide. Le rien. Un théâtre sans spec­ta­teurs. Le con­fine­ment a provo­qué ce désert dans les salles de spec­ta­cles. Car­ole Car­cil­lo Mes­ro­bian a peut-être arpen­té cet espace déser­tique pen­dant ce délai d’ar­rêt for­cé. L’imag­i­na­tion ne s’ar­rête pas sur décret d’é­tat d’ur­gence, et l’autrice de creuser ce vide, cette immo­bil­ité, ce mutisme. Y chercher un motif de réflexion.

Rien ne peut être pro­duit à par­tir de rien. Certes, mais avec l’e­sprit rien n’est impos­si­ble. Le poème se crée à par­tir de rien, juste quelques neu­rones et synaps­es en bouillonnement.

Quel est ce théâtre masqué qui voit évoluer des per­son­nages faisant “l’ex­péri­ence de leur vacuité formelle” avec des répliques dev­enues un sim­ple “empile­ment de let­tres” ? Des répliques impronon­cées qui font mouche chez le lecteur, à défaut de spectateurs.

De nihi­lo nihil se décline dans un style direct fait d’une jux­ta­po­si­tion de phras­es, formes de cita­tions, sans ces adverbes et petites con­jonc­tions qui font le lien entre elles. Sans doute juste­ment pour mar­quer l’anéan­tisse­ment des liens provo­qué par cette pandémie. Ce rythme dans l’en­chaîne­ment des phras­es me fait penser à Philippe Jaf­feux, avec un lan­gage comme asséché par le froid de l’époque. Si le cli­mat se réchauffe, les rap­ports humains se refroidissent. 

Car­ole Car­cil­lo Mes­ro­bian, De nihi­lo nihil, Tar­mac édi­tions, 2022, 51 pages, 12€.

Car­ole Car­cil­lo Mes­ro­bian évo­quait dans son précé­dent ouvrage nihIL « L’architecture d’un lan­gage her­mé­tique (qui) délim­ite le périmètre de nos enfer­me­ments ». Plus que de l’hermétisme il y a comme une audace des méan­dres dans la poésie de cette autrice déjà pub­liée maintes fois. 

Cette notion de repli est encore très présente dans ce nou­veau volet. “Nos per­son­nages ressem­blent à l’ar­rière de leur absence”.

Mais ce théâtre immatériel d’un enfer­me­ment dans l’im­mo­bil­ité, ne peut se con­tenter d’un espace clos avec rideau et sièges rouges. C’est le monde dans son immen­sité qui a de plus en plus ten­dance à nous enfer­mer dans nos cer­ti­tudes. Car­ole Car­cil­lo Mes­ro­bian en spec­ta­trice avisée nous offre une écri­t­ure qui se refuse de caress­er dans le sens du vent. Ici rien du poème ne doit être velours.

Présentation de l’auteur

Carole Carcillo Mesrobian

Car­ole Car­cil­lo Mes­ro­bian est née à Boulogne en 1966. Elle réside en région parisi­enne. Pro­fesseure de Let­tres Mod­ernes et Clas­siques, elle pour­suit des recherch­es au sein de l’école doc­tor­ale de lit­téra­ture de l’Université Denis Diderot. Elle pub­lie en 2012 Foulées désul­toires aux Edi­tions du Cygne, puis, en 2013, A Con­tre murailles aux Edi­tions du Lit­téraire, où a paru, au mois de juin 2017, Le Sur­sis en con­séquence, Qomme ques­tions, à Jean-Jacques Tachd­jian par Van­i­na Pin­ter, Car­ole Car­ci­lo Mes­ro­bian, Céline Delavaux, Jean-Pierre Duplan, Flo­rence Laly, Chris­tine Tara­nov,  Edi­tions La chi­enne Edith, 2018.

Par­al­lèle­ment parais­sent des textes inédits sur les sites Recours au Poème, Le Cap­i­tal des mots, Poe­siemuz­icetc., , ain­si que des pub­li­ca­tions dans les revues Libelle, et L’Atelier de l’ag­neau, Décharge, Pas­sage d’en­cres, Test n°17, Créa­tures , For­mules, Cahi­er de la rue Ven­tu­ra, Libr-cri­­tique, Sitaud­is, Créa­tures, Gare Mar­itime, Chroniques du ça et là, La vie manifeste.

Elle est l’auteure de la qua­trième de cou­ver­ture des Jusqu’au cœur d’Alain Bris­si­aud, et de nom­breuses notes de lec­ture et d’articles, pub­liés sur le site Recours au Poème.

Autres lec­tures

A contre-muraille, de Carole Carcillo Mesrobian

Avez-vous déjà éprou­vé l’im­pres­sion d’avoir plus ou moins bien lu un livre de poésie ? Pour ne pas dire l’avoir mal lu… Vous est-il déjà, arrivé que l’in­sat­is­fac­tion (ou le hasard) vous amène […]

Carole Carcillo Mesrobian, Aperture du silence

Sous la cica­trice une blessure, sous la blessure, la peau du temps Toutes les fron­tières frois­sées, emparées, et cette pre­mière aube, cica­trice ouverte, blessure recon­nue dans « le creux du sil­lon vase femme… ». Carole […]

Carole Carcillo Mesrobian, À part l’élan

Car­ole Car­cil­lo Mes­ro­bian, À part l’élan Poésie vivante comme le mot vivant vac­ille au couchant. Car­ole Meros­bian offre, dans cet ouvrage fugueur décousu recousu, sa vision lit­téraire pétrie d’analogies […]

Carole Carcillo Mesrobian, Ontogenèse des bris

Le lecteur que je suis – dans ce domaine qui m’est si essen­tiel, à savoir la poésie – ne peut être qu’ex­trême­ment sen­si­ble à un recueil qui renoue avec la fibre artau­di­enne du […]

Carole Carcillo Mesrobian, Fem mal

Intim­ité expul­sée pour retrou­ver la paix en soi. Lorsque l’autre, mal­fai­teur hurlant dans les chairs tumé­fiées, est trop bien instal­lé au cœur de la femme-offrande, celle-ci vac­ille, tombe, mais con­tin­ue de par­ler pour […]

Carole Carcillo Mesrobian, Ontogenèse des bris

Dès son titre (oxy­morique), Onto­genèse des bris — qui fait l’é­conomie de l’article et ain­si se relie d’entrée aux textes ini­ti­a­tiques soule­vant depuis les lames de fond les « vagues vipérines » du Vivre en sa […]

mm

Denis Heudré

né en 1963 à Rennes, denis heudré cul­tive son jardin dis­cret dans un coin de la web­sphère sur son site inter­net

Aller en haut