Philippe Jaffeux, Alphabet (de A à M)

Par |2018-01-29T10:26:17+01:00 14 décembre 2014|Catégories : Critiques, Philippe Jaffeux|

Un livre qual­i­fié de « pro­liférant et mul­ti­forme » (C.Vercey), « ver­tige lucide » (F.Huglo), « nou­velle énergie » et « une des plus grandes entre­pris­es lit­téraire du temps » (J‑P Gavard-Per­ret), ne peut qu’in­triguer et inviter à la découverte.

A con­trario, le même livre, un pavé de près de deux kilos, au for­mat 21x29,7 pour­rait faire fuir. Mais ce nou­v­el Objet Lit­téraire Non Iden­ti­fié mérite vrai­ment les hom­mages qu’il reçoit un peu partout.

Philippe Jaf­feux, qui affir­mait « Le pro­pre de l’homme est de se salir au con­tact d’une parole trans­par­ente »1Extrait de Courants 505 : le vide (revue ficelle) n’hésite pas à nous net­toy­er l’e­sprit avec toute l’en­cre des man­ques, inter­stices et pages blanch­es. Revenir aux fonde­ments non pas de la langue mais de la civil­i­sa­tion : l’al­pha­bet (mais qui du chiffre ou de la let­tre fut le pre­mier?), et y ten­ter la fis­sion avec les nom­bres. Une nou­velle forme de poésie géo[poé]métrique non affil­iée à l’Oulipo mais bigre­ment assistée par les ordi­na­teurs et les mathématiques.

Philippe Jaffeux, Alphabet (de A à M), éditions PASSAGE D’ENCRES / TRACE(S), 2014, Moulin de Quilio - 56310 Guern. 394 p. 30 € + 6 € de frais d’envoi

Philippe Jaf­feux, Alpha­bet (de A à M), édi­tions PASSAGE D’ENCRES / TRACE(S), 2014, Moulin de Quilio — 56310 Guern, 394 p., 30 € + 6 € de frais d’envoi

Puisque selon l’AdAge tout com­mence en chan­sons, 390 pages d’un « assem­blage de mots sur­na­turels » pour soign­er sa « fureur numérique », de la let­tre A à M, avec à chaque fois des règles d’écri­t­ure, de typogra­phie et de nom­bres dif­férentes. Et quelles règles ! Exemple :

-Notes : La let­tre F, inti­t­ulée «Let­tre ! », présente 26 lignes sur cha­cune des 26 pages. La page A compte exacte­ment 26 let­tres A et ain­si de suite jusqu’à la page Z qui con­tient 26 let­tres Z. La mise en italique de la

pag­i­na­tion s’accorde avec celle des 676 let­tres comp­tées. La dernière phrase se ter­mine par deux points qui annon­cent la let­tre G.

-Pré­ci­sions : La pag­i­na­tion est absente sur la dernière page de F. La 26ième ligne de la page X réca­pit­ule 538 points d’exclamation. 26 espaces de curseur sur la 20ième ligne de la page Y.

Allez voir, vous com­pren­drez mieux…

Jaf­feux s’adonne donc pour notre plaisir à la gym­nas­tique des hasards (il préfère l’écrire « hasart ») et des math­é­ma­tiques (où j’ap­prends que le car­ré de 26 (soit alpha­bet²) fait 676, que 26 au cube fait 17576 et que des mots peu­vent aus­si s’élever en exposants). Il rédi­ge ain­si des mil­liers d’apho­rismes (qu’il fau­dra bien un jour qual­i­fi­er de jaf­feurismes) qu’il ordon­nance de façon très sub­tile sous dif­férentes formes d’ex­péri­men­ta­tions diva­ga­toires de destruction/création. Mais ordon­nance­ment, ordi­na­teurs, ordre certes, mais ce n’est que pour mieux pro­pos­er de lire ce recueil dans le désordre.

Dans cette avalanche déli­cieuse d’al­pha­bets (« alpha­bet ver­tig­ineux » dans un « cycle hyp­no­tique ») et d’écri­t­ures automa­tiques sor­ties d’on ne sait quel ordi­na­teur cérébral hyper­l­og­or­rhéique, le lecteur est comme aspiré dans une spi­rale incon­nue tran­spi­rante et jubi­la­toire. Un espace où l’on perdrait pied sans per­dre la tête. Une tourneboulangue qui apporte une forme d’ivresse à qui se laisse entraîn­er. Une plongée en hau­teur dans les étoil­pha­bets de l’e­space intime entre les mots. Des énon­cés inno­cents pour écrire l’im­pronon­cé de la page blanche et des formes.

P.Jaffeux dicte ses textes au dic­ta­phone et par le mir­a­cle de l’élec­tron­ique, le son de sa voix attrapée est trans­for­mé en textes écrits, (en « tis­sus d’octets rapiécés ») mis en forme en car­ré (rap­pel de la dis­quette infor­ma­tique) ou bien en rond (du CD-Rom) comme pour rechercher une cer­taine quad­ra­ture lit­téraire du cer­cle… Les textes sont mobiles égale­ment et descen­dent par­fois dans la page. Et quand Jaf­feux joue de la mécanique de la ponc­tu­a­tion, il y a beau­coup d’in­ven­tiv­ité dans ces points et ces vir­gules là. Mais l’aspect graphique n’est pas l’essen­tiel même si « l’al­i­bi de la page déter­ri­toral­isée » est très impor­tant dans le tra­vail de Philippe Jaffeux.

Venir à bout de cet Alpha­bet prend du temps, à ceux qui n’en ont pas mais en redonne à ceux qui vien­nent y picor­er. Par­fois le mou­ve­ment nar­ratif de cet ouvrage est un peu froid (quand les ordi­na­teurs chauf­fent trop) mais Jaf­feux a su sor­tir de l’exiguïté des abécé­daires pour don­ner de l’air à sa pro­duc­tion poé­tique. Ce voy­age en alpha­bet est un voy­age kaléi­do­scopique entre les mots, entre les vides et les pages blanch­es (« semant la récolte d’un vide.. »). Un chaud et froid salu­taire sur nos habi­tudes de lecture.

Je ne sais pas s’il faut tout lire de ce livre, mais je suis cer­tain qu’il faut tout dévor­er, y com­pris les espaces et la ponc­tu­a­tion. Et nul doute que ceux, qui comme Philippe Jaf­feux respirent « à l’aide d’un dic­tio­n­naire » aurons hâte de décou­vrir la suite (N et O déjà publiés).

 

Présentation de l’auteur

Philippe Jaffeux

Philippe Jaf­feux habite Toulon. L’Ate­lier de l’Agneau édi­teur a édité la let­tre O L’AN / ain­si que courants blancs et autres courants.

Les édi­tions Pas­sage d’encres ont pub­lié N L’E N IEMeALPHABET de A à M et Ecrit par­lé. Les édi­tions Lan­sk­ine ont pub­lié Entre et Glisse­mentsDeux a été édité par les édi­tions Tin­bad et 26 Tours par les édi­tions Plaine Page. Nom­breuses pub­li­ca­tions en revues et en ligne .

Philippe Jaffeux

Autres lec­tures

Philippe Jaffeux, Courants blancs

Chaque phrase se détache de l’ensemble et chaque phrase se détache d’elle-même pour venir nous inter­roger parce qu’elle est tou­jours dou­ble. Il faut que la pre­mière par­tie trou­ve sa jus­ti­fi­ca­tion en la seconde. […]

Philippe Jaffeux, Alphabet (de A à M)

Un livre qual­i­fié de « pro­liférant et mul­ti­forme » (C.Vercey), « ver­tige lucide » (F.Huglo), « nou­velle énergie » et « une des plus grandes entre­pris­es lit­téraire du temps » (J‑P Gavard-Per­ret), ne peut qu’in­triguer et inviter à la décou­verte. A […]

Philippe Jaffeux, Autres courants

Des mots récur­rents se parta­gent le recueil : pages, alpha­bet, let­tres, interlignes, interlig­nage, ordi­na­teur et soulig­nent l’approfondissement d’une pen­sée qui ne se veut jamais défini­tive. Philippe Jaf­feux n’hésite pas à met­tre en cause l’écriture […]

Philippe Jaffeux, Autres courants

S’agit-il d’une suite offerte aux Courants Blancs ? A y regarder de près, nous pour­rions le sup­pos­er, car en effet divers indices invi­tent à imag­in­er à tout le moins une fil­i­a­tion séman­tique avec ce […]

Philippe Jaffeux, 26 tours

Il y a quelques mois, je m’interrogeais sur le bébé pho­tographié dans la revue suisse de poésie Dis­so­nance (Le nu, été 2017)…Serait-il un futur poète ? J’ai désor­mais acquis une cer­ti­tude, ce Philippe Jaffeux […]

mm

Denis Heudré

né en 1963 à Rennes, denis heudré cul­tive son jardin dis­cret dans un coin de la web­sphère sur son site inter­net

Notes[+]

Aller en haut