Florent Dumontier, éclair éclat erre

Par |2021-03-21T11:39:18+01:00 19 mars 2021|Catégories : Critiques, Florent Dumontier|

C’est comme si Flo­rent Dumon­tier, après avoir déjà exploré la lumière et les « spec­tres d’om­bre » dans son pre­mier ouvrage, déjà paru aux édi­tions de la Crypte, cher­chait la déf­i­ni­tion de l’é­clair, qui ne serait en fait qu’un mot-valise. Eclat erre, éclair. Le mou­ve­ment et la lumière. Mais ce titre tente aus­si  une déf­i­ni­tion du poème : un éclair, de l’é­clat et une forme d’errance.

Ce poète, né en 1989, lau­réat du Prix de La Crypte – Jean Lalaude 2015, prix dont ont béné­fi­cié avant lui Éric Sautou et Valérie Rouzeau, abor­de la poésie par sa face mys­tique et spir­ituelle. Pro­fesseur de philoso­phie et de théolo­gie de l’art, il sem­ble nous faire plonger dans la douce mélan­col­ie de la méditation.

On sent du calme, de la patience dans cette écri­t­ure. C’est tout d’abord l’im­age mys­tique de la table, puis l’al­ter­nance d’aubes et de cré­pus­cules et toute la mélan­col­ie qui va avec. « Du déclin de l’aube à son prochain éclat, la lueur et la pénom­bre où refon­dre l’azur pour demain. » 

Flo­rent Dumon­tier, très à l’aise dans les clairs-obscurs, nous entraîne dans des ambiances tamisées. Ici la lumière y est à la fois « dévêtue », « pré­caire et sans cape », « étreinte con­tre toi », « muette et affaib­lie », « courbes ». Les lueurs « s’af­fais­sent ». Point de pro­jecteur, ni aveu­gle­ment de pleins phares, « Tout le clair, rassem­blé, se tar­it dans le vase muet de la nuit ».

Flo­rent Dumon­tier, éclair éclat erre, La Crypte, 66 pages, 12€.

L’au­teur en quête de lumière fouille aus­si la pénom­bre, la fatigue, l’écroule­ment des corps « désheurés jusqu’à usure / jusqu’à la cas­sure / du jour ». Il explore la nuit, la mort « quoi vivre quand mort n’a plus rien de trou­ble / et sim­pli­fie le sang / à l’extrême ».

Mais tout de même l’e­spoir n’est pas loin. Dans son trip­tyque bleu blanc som­bre, le bleu est sur la table et « la lumière à ton chevet ». Ici pas de ce ciel bas et lourd qui oppres­sait Baude­laire, dans sa ten­ta­tive de rassem­bler le clair, le poème est aéré, il éclate, il éclaire et erre longtemps en nous

Percer le mys­tère de la vie, née de la lumière, qui un jour vient à s’étein­dre « est-ce la fin du vis­age / quand ton corps / appuie/ un dernier souf­fle / à la lumière dont le cadre ne porte plus rien ». Car la lumière peut dire aus­si la mort, ce « ver­tige encore plus grand » que tous les vertiges…

La poésie de Flo­rent Dumon­tier est, elle aus­si, un ver­tige déli­cieux qu’il faut pren­dre le temps de découvrir.

Présentation de l’auteur

Florent Dumontier

Flo­rent Dumon­tier est né en 1989 à Belfort, et vit à Paris où il enseigne la philoso­phie et la théolo­gie des Arts. Il est le poète lau­réat du Prix de La Crypte – Jean Lalaude 2015 pour le recueil Sur le per­ron glis­sent des spec­tres d’ombre. Son deux­ième ouvrage à La Crypte, éclair éclat erre, est paru en 2020.

Poèmes choi­sis

Autres lec­tures

Florent Dumontier, éclair éclat erre

C’est comme si Flo­rent Dumon­tier, après avoir déjà exploré la lumière et les « spec­tres d’om­bre » dans son pre­mier ouvrage, déjà paru aux édi­tions de la Crypte, cher­chait la déf­i­ni­tion de l’é­clair, qui ne […]

mm

Denis Heudré

né en 1963 à Rennes, denis heudré cul­tive son jardin dis­cret dans un coin de la web­sphère sur son site inter­net

Aller en haut