> Corinne Pluchart, Fragments

Corinne Pluchart, Fragments

Par |2018-02-04T16:17:27+00:00 30 septembre 2017|Catégories : Corinne Pluchart, Critiques|

Corinne Pluchart – Fragments

C’est tou­jours un plai­sir de lire un pre­mier ouvrage, de décou­vrir un nou­vel uni­vers, un style nais­sant même avec quelques menues mal­adresses mais sur­tout avec de belles pro­messes. Corinne Pluchart publie son pre­mier recueil aux édi­tions Vagamundo et nous invite en son pays des Marches de Bretagne, autour du Mont-Saint-Michel, pour une pro­me­nade intime dans des pay­sages de pierre et de sel pour mar­quer sans doute la rugo­si­té des jours.

Le recueil s’ouvre sur une défla­gra­tion, quelques fis­sures dans l’azur, une fin qui ne serait qu’un début, dans la ful­gu­rance d’un “épar­pille­ment contre la mer” d’une cen­taine de frag­ments poé­tiques. Fragments d’aubes face à l’horizon à la recherche des pas­sages de lumière avec la pré­sence de l’ange du mont et des “fra­cas­se­ments de mer“. “frag­ments de lieux” impri­més dans l’intime “la mer dans le creux du ventre“, “trem­ble­ments de chair“, tiraille­ments et tres­saille­ments du corps.

 

Corinne PLUCHART, Fragments, Éditions vagamundo 2016, 144 pages, 13€, Sammy

Corinne PLUCHART, Fragments, Éditions vaga­mun­do 2016, 144 pages, 13€, Sammy 

Puis vient le silence “cet espace vide à conte­nir l’infini“, le silence comme “apo­gée du cri“? Le silence du retour en soi. “À mon silence ta parole érein­tée“, la “parole des­cel­lée“. Le silence pour réflé­chir au pas­sage, puis au seuil à fran­chir pour se sau­ver de cette défla­gra­tion à la recherche d’”un ave­nir entre­po­sé dans l’ombre”.

Comme tout poète, Corinne Pluchart est mar­quée par les lieux et les élé­ments qui forment le lieu. Flux des marées, des fleuves et des rivières, pas­sage de nuages. Traces, pas­sage, seuil, lisières, poé­sie des limites, des marges “tu disais join­tures en pen­sant dénoue­ment“.

Félicitons les édi­tions Vagamundo, de s’engager ain­si auprès d’auteurs incon­nus, que ces nou­veaux frag­ments deviennent une œuvre à part entière.

X