Carole Carcillo Mesrobian, Derelinquens mundi

Par |2021-07-06T18:16:39+02:00 6 juillet 2021|Catégories : Carole Carcillo Mesrobian, Poèmes|

sur la dérobade barbare
des formes
flambent
à la fenêtre
un rideau flotte qui vacille
avec le paradis

et tou­jours cette ombrelle
curviligne  la vie
lisse et claire et frugale
rassem­ble ses essaims
de blond dis­tinct de blé dans le feu des étables

notre monde est l’oiseau pris dans les plis du vent

∗∗∗

 

Nous étions là où je suis seule

Habil­lés de ton rire

dans ce que le temps n’atteindra

que s’il disparait

et je t’ai regardé

comme on essaie enfant

d’attraper le savon des bulles

mes mains ont grandi

mais pas mes rêves

 

∗∗∗

 

Il fai­sait chaud

l’air était le clos d’entre nous

et tu n’osais rien regretter

encore

ni la suffocation

ni l’encre oubliée

des ridicules amas de traits apeurés

par la sub­stance immaculée

de cette plaie de lumière

qui empor­tait nos visages

lorsque nos bouch­es se taisaient

∗∗∗

 

tu vers­es dans cette vie des rêves
sur les cheveux du vent
et dans tes paroles
tu appelles la trace
où ta langue ouvri­ra les abysses des mondes
enfouis dans la tex­ture  
des routes dans tes mains
nues comme la ligne d’elle
qui vien­dra reconnaitre
chaque sil­lon comme un trait de chemin
où sera sa demeure

 

∗∗∗

 

Je vais partir
Tourn­er sur le chemin
Et dis­paraitre
Jusqu’ailleurs
une autre fois
nous ne savons
ni toi ni moi
si se ressem­bleront encore
ton épaule et ma nuit
on ne sait jamais rien
de ce que l’impossible épargne

 

 

∗∗∗

 

J’ai ten­té de tra­vers­er ta peau
avec une épée de silence 
pour t’entendre exister
j’ai suivi le passage
d’insidieuses patiences
mor­sure d’un loup sans fin
comme une traversée
sur un étang de glace
même si l’immensité
inouïe
de ta nuit
demeure mon désert
j’ai ramassé le feu 
comme le vent des lisières 
efface les épicentres
dans l’allure
d’ignorer ton visage
comme un guil­lot­iné son corps

 

 

Présentation de l’auteur

Carole Carcillo Mesrobian

Car­ole Car­cil­lo Mes­ro­bian est née à Boulogne en 1966. Elle réside en région parisi­enne. Pro­fesseure de Let­tres Mod­ernes et Clas­siques, elle pour­suit des recherch­es au sein de l’école doc­tor­ale de lit­téra­ture de l’Université Denis Diderot. Elle pub­lie en 2012 Foulées désul­toires aux Edi­tions du Cygne, puis, en 2013, A Con­tre murailles aux Edi­tions du Lit­téraire, où a paru, au mois de juin 2017, Le Sur­sis en con­séquence, Qomme ques­tions, à Jean-Jacques Tachd­jian par Van­i­na Pin­ter, Car­ole Car­ci­lo Mes­ro­bian, Céline Delavaux, Jean-Pierre Duplan, Flo­rence Laly, Chris­tine Tara­nov,  Edi­tions La chi­enne Edith, 2018.

Par­al­lèle­ment parais­sent des textes inédits sur les sites Recours au Poème, Le Cap­i­tal des mots, Poe­siemuz­icetc., , ain­si que des pub­li­ca­tions dans les revues Libelle, et L’Atelier de l’ag­neau, Décharge, Pas­sage d’en­cres, Test n°17, Créa­tures , For­mules, Cahi­er de la rue Ven­tu­ra, Libr-cri­­tique, Sitaud­is, Créa­tures, Gare Mar­itime, Chroniques du ça et là, La vie manifeste.

Elle est l’auteure de la qua­trième de cou­ver­ture des Jusqu’au cœur d’Alain Bris­si­aud, et de nom­breuses notes de lec­ture et d’articles, pub­liés sur le site Recours au Poème.

Autres lec­tures

A contre-muraille, de Carole Carcillo Mesrobian

Avez-vous déjà éprou­vé l’im­pres­sion d’avoir plus ou moins bien lu un livre de poésie ? Pour ne pas dire l’avoir mal lu… Vous est-il déjà, arrivé que l’in­sat­is­fac­tion (ou le hasard) vous amène […]

Carole Carcillo Mesrobian, Aperture du silence

Sous la cica­trice une blessure, sous la blessure, la peau du temps Toutes les fron­tières frois­sées, emparées, et cette pre­mière aube, cica­trice ouverte, blessure recon­nue dans « le creux du sil­lon vase femme… ». Carole […]

Carole Carcillo Mesrobian, À part l’élan

Car­ole Car­cil­lo Mes­ro­bian, À part l’élan Poésie vivante comme le mot vivant vac­ille au couchant. Car­ole Meros­bian offre, dans cet ouvrage fugueur décousu recousu, sa vision lit­téraire pétrie d’analogies […]

Carole Carcillo Mesrobian, Ontogenèse des bris

Le lecteur que je suis – dans ce domaine qui m’est si essen­tiel, à savoir la poésie – ne peut être qu’ex­trême­ment sen­si­ble à un recueil qui renoue avec la fibre artau­di­enne du […]

Carole Carcillo Mesrobian, Fem mal

Intim­ité expul­sée pour retrou­ver la paix en soi. Lorsque l’autre, mal­fai­teur hurlant dans les chairs tumé­fiées, est trop bien instal­lé au cœur de la femme-offrande, celle-ci vac­ille, tombe, mais con­tin­ue de par­ler pour […]

Carole Carcillo Mesrobian, Ontogenèse des bris

Dès son titre (oxy­morique), Onto­genèse des bris — qui fait l’é­conomie de l’article et ain­si se relie d’entrée aux textes ini­ti­a­tiques soule­vant depuis les lames de fond les « vagues vipérines » du Vivre en sa […]

Aller en haut