Avez-vous déjà éprou­vé l’im­pres­sion d’avoir plus ou moins bien lu un livre de poésie ? Pour ne pas dire l’avoir mal lu… Vous est-il déjà, arrivé que l’in­sat­is­fac­tion (ou le hasard) vous amène à le repren­dre pour le relire, afin de tra­quer je ne sais quel sens qui s’échappe sans cesse ? On a beau penser à Rim­baud qui, à pro­pos d’Une sai­son en enfer, à une ques­tion de sa mère, répondait : “Ça veut dire ce que ça dit, lit­térale­ment et dans tous les sens”. Mais on se heurte tou­jours au même mur… Reste alors à relever les mots pour se ren­dre compte que c’est à une explo­ration de l’ex­is­tence que se livre Car­ole Mes­ro­bian, une explo­ration où la mort, la fos­se, l’en­fer­me­ment coex­is­tent (ou rivalisent) avec la vie, la douceur, la lumière… Cette coex­is­tence se traduit par une jux­ta­po­si­tion des mots : cav­ernes, planche, vide, antre, urne… d’une part et incan­des­cence, matins, duvet, sève… d’autre part. Mais il y a aus­si un vocab­u­laire plus intel­lectuel avec des ter­mes comme apor­ie, résilience, anamor­phose, coa­les­cence, idéa­tion ou assué­tudes qui ren­voient à divers domaines des sci­ences, humaines en par­ti­c­uli­er… Il y a chez Car­ole Car­cil­lo Mes­ro­bian une volon­té de pénétr­er le monde : “Par­venir / sous la face des souch­es / Si bavardes ou scel­lées dans l’en­vers des atom­es”. Et une suc­ces­sion de poèmes courts, un rythme hale­tant comme si elle se hâtait, vers quoi donc ? vers quel mael­ström ?  Vers la vérité, une vérité à con­quérir… Si la poésie est une arme chargée de futur comme l’écrivait Gabriel Celaya, elle peut aus­si être un out­il red­outable pour aller au-delà des apparences, pour décor­ti­quer le réel, aller au plus pro­fond de la matière ou de l’ex­is­tence, là où l’on se heurte à un noy­au insé­ca­ble, à une boule d’an­goisse. Là où au-delà du bruit il n’y a plus que le silence. Le silence qui entoure la poésie comme le blanc entoure le poème sur la page…

mm

Lucien Wasselin

Il a pub­lié une ving­taine de livres (de poésie surtout) dont la moitié en livres d’artistes ou à tirage lim­ité. Présent dans plusieurs antholo­gies, il a été traduit en alle­mand et col­la­bore régulière­ment à plusieurs péri­odiques. Il est mem­bre du comité de rédac­tion de la revue de la Société des Amis de Louis Aragon et Elsa Tri­o­let, Faîtes Entr­er L’In­fi­ni, dans laque­lle il a pub­lié plusieurs arti­cles et études con­sacrés à Aragon. A sig­naler son livre écrit en col­lab­o­ra­tion avec Marie Léger, Aragon au Pays des Mines (suivi de 18 arti­cles retrou­vés d’Aragon), au Temps des Ceris­es en 2007. Il est aus­si l’au­teur d’un Ate­lier du Poème : Aragon/La fin et la forme, Recours au Poème éditeurs.