> Fernando Pessoa, Poèmes français

Fernando Pessoa, Poèmes français

Par |2018-10-18T04:58:27+00:00 1 mars 2015|Catégories : Critiques|

     Ce cor­pus de "poèmes fran­çais" est pré­cé­dé d'une pré­face de Patrick Quillier qui fut l'éditeur des Œuvres poé­tiques de Pessoa dans la Bibliothèque de la Pléiade en 2001. Mais plus que d'une pré­face, c'est d'une véri­table étude qu'il s'agit. (D'ailleurs cette pré­face [terme choi­si par l'éditeur ?] est un Petit trai­té d'ontologie appli­quée…) Patrick Quillier place ce cor­pus dans le contexte de l'hétéronymie qui carac­té­rise l'œuvre de Pessoa. Il convoque quelques concepts comme ceux d'hétéroglossie, d'acousmatique, d'ontologie, de dif­fé­rance (Derrida)… L'ontologie se décli­nant de dif­fé­rentes manières pour mieux rendre compte de ces poèmes : onto­lo­gie du para­doxe (qui s'oppose au manié­risme de l'écriture), de l'inouïe, du silence, de l'écho, de l'ombre, du fris­son, toutes façons cha­peau­tées par une absence de fon­de­ment onto­lo­gique à l'œuvre dans le dis­po­si­tif hété­ro­ny­mique de Pessoa… C'est dire que ces qua­rante pages (un peu plus même) sont une longue intro­duc­tion à la lec­ture de ce livre. Que peut alors une note de lec­ture ?

    Pas grand chose sans doute tant le texte de Patrick Quillier est éru­dit, savant et d'une pré­ci­sion remar­quable dans l'expression comme dans les idées. C'est ain­si qu'il défi­nit la sau­dade comme la "décli­nai­son pes­soenne de la dia­lec­tique oxy­mo­rique entre spleen et idéal", car il voit dans les poèmes fran­çais de Pessoa une influence bau­de­lai­rienne, entre autres… Dans le para­graphe "Logique non binaire et mobi­lisme" Il place ces poèmes fran­çais sous le signe de l'héraclitéisme, cita­tions à l'appui. Partant de la musique ver­lai­nienne qu'il décèle dans nombre de  poèmes, Patrick Quillier se réfère ensuite à Jankélévitch qui s'est inté­res­sé à la musique. C'est à la lumière de ce phi­lo­sophe qu'il lit ces poèmes fran­çais "dans la pers­pec­tive ouverte par l'ontologie du je-ne-sais-quoi et de la pré­sence-absence propre à l'auteur de L'Irréversible et la Nostalgie et de La Musique et L'Ineffable". Ce que met ain­si en évi­dence Quillier, c'est une "écri­ture sou­cieuse de nuances et de para­doxe" et un Pessoa "gui­dé par l'écoute musi­cienne des pho­nèmes au moins tout autant que par l'organisation séman­tique". Invitation à la lec­ture donc que redouble le pré­fa­cier dans ses der­niers mots quant il émet de vœu que le lec­teur sache "écou­ter à leur juste mesure ces suites de sons étranges mais fas­ci­nants que sont les poèmes fran­çais de Pessoa".

    Cette Préface est sui­vie d'une Note sur la pré­sente édi­tion due à Patricio Ferrari. Si les poèmes fran­çais de Pessoa sont en grande par­tie inache­vés, l'édition qui en est faite vise à l'exhaustivité sans pré­tendre être une édi­tion cri­tique au sens scien­ti­fique du terme. Les notes sont réduites de façon à ne pas rebu­ter le lec­teur non spé­cia­liste de Pessoa. Neuf sec­tions regroupent les poèmes fran­çais et à l'intérieur de cha­cune l'ordre chro­no­lo­gique est sui­vi. Patricio Ferrari expose clai­re­ment les prin­cipes métho­do­lo­giques qu'il a rete­nus tant pour clas­ser les poèmes que pour en éta­blir le texte à par­tir des feuillets manus­crits de Pessoa.

    Cette édi­tion est donc un utile com­plé­ment au volume de la Pléiade. Reste au lec­teur suf­fi­sam­ment inté­res­sé par la poé­sie en géné­ral et par Pessoa en par­ti­cu­lier à le lire atten­ti­ve­ment et sans idées pré­con­çues pour rele­ver les réus­sites du poète et peut-être aus­si les "influences" des poètes fran­çais lus par Pessoa, qui peuvent expli­quer cer­taines tour­nures  ou cer­tains cli­mats de ces poèmes fran­çais… En tout cas, ce livre est une contri­bu­tion impor­tante à la connais­sance de Fernando Pessoa…

 

X