Jean MAISON, A‑Eden

Par |2019-11-21T11:49:56+01:00 21 novembre 2019|Catégories : Critiques, Jean Maison|

L’exergue « annonce » un abécé­daire et le recueil s’ouvre sur Pirus Malus, j’ai donc cher­ché vaine­ment cet abécé­daire. Sans doute, suis-je con­di­tion­né par des siè­cles et des siè­cles de formes fix­es. A moins que Jean Mai­son veuille dire la diver­sité du monde ? 

Dès le poème lim­i­naire, je relève ce vers : « Le doute de la con­nais­sance » (p 7). Pirus Malus, faut-il le rap­pel­er, est le pom­mi­er, l’arbre de la con­nais­sance du Par­adis ter­restre ? Le sens s’échappe sans cesse, il n’est pas énon­cé  a pri­ori. Reste alors à relever les indices qui vien­nent éclair­er le sens : « Le jar­dinier approche le buis­son » (p 19) est par­mi ceux-ci (le jardin évoque le buis­son, le buis­son ardent) ; «  Sa soif de mis­éri­corde » (p 29) par­mi d’autres indices : il fait penser à la mis­éri­corde divine.  Etc…

La deux­ième suite, inti­t­ulée « La dernière belle », est apparem­ment plus sere­ine, plus laïque : je dis bien en apparence ; la troisième suite, la plus longue avec ses quinze poèmes, inti­t­ulée « La soif char­nelle », est mar­quée par la volon­té du poète de se défaire du monde (p 59) ; 

Jean Mai­son, <em>A‑Eden</em>Ad Solem,
édi­tions, 102 pages, 10,90 euros. En librairie 
ou sur com­mande sur catalogue.

mais ce pro­jet est vain ce que sem­ble indi­quer un tacite acqui­esce­ment. Les indices réap­pa­rais­sent : l’onction (p 67) ; mais la dis­pute a lieu : « La patience amoureuse / Illu­mine les corps » (p 69). Mai­son paraît être à la recherche de « La fêlure introu­vable de l’amour » (p 71) : divin (?) ou cor­porel  (?). Il faudrait citer inté­grale­ment le poème de la page 79… La qua­trième suite, qui a pour titre  « Nudité obscure », opère un retour à l’abécédaire : « Je lis sur la man­tille / L’alphabet du débu­tant » (p 89) : inno­cence du poète ?  L’antépénultième poème pro­jette un retour aux femmes. Le poiri­er (p 93) fait son appari­tion après le pom­mi­er de la page 9…

Ad Solem est une mai­son de spir­i­tu­al­ité chré­ti­enne, ce qui fait que j’ai sans mal lu le recueil de Jean Mai­son. Mais si c’est l’histoire de l’homme et de la femme, de l’amour char­nel et de sa rai­son d’être à tout, alors j’ai bien lu ! Car ce recueil est une ode à l’amour sous toutes ses formes : Jean Mai­son pense dans ce livre que l’amour n’est pas seule­ment divin mis qu’il peut aus­si être charnel…

Présentation de l’auteur

Jean Maison

Textes

Jean Mai­son partage sa vie entre une activ­ité de pro­duc­teur négo­ciant de plantes médic­i­nales biologiques et l’écri­t­ure poétique. 
Très mar­qué par Chateaubriand, Cen­drars, Reverdy, il adresse ses pre­miers poèmes à René Char avec qui il liera une forte ami­tié jusqu’à la mort du poète. 
Ses dernières pub­li­ca­tions inclu­ent Con­so­la­men­tum (Farrago/Léo Scheer, 2004), Hom­mage à Jean Gros­jean (Gallimard/NRF, 2007), Araire (Rougerie, 2009), Le pre­mier jour de la semaine (Ad Solem, 2011).

Autres lec­tures

Jean Maison, Araire

Avec Araire, Jean Mai­son nous offre l’une de ses plus belles et de ses plus impor­tantes paroles poé­tiques. Parole pour­suiv­ant l’ex­plo­ration en même temps que la fon­da­tion d’une demeure dont les deux précédents […]

Jean MAISON, A‑Eden

L’exergue « annonce » un abécé­daire et le recueil s’ouvre sur Pirus Malus, j’ai donc cher­ché vaine­ment cet abécé­daire. Sans doute, suis-je con­di­tion­né par des siè­cles et des siè­cles de formes fix­es. A moins que […]

mm

Lucien Wasselin

Il a pub­lié une ving­taine de livres (de poésie surtout) dont la moitié en livres d’artistes ou à tirage lim­ité. Présent dans plusieurs antholo­gies, il a été traduit en alle­mand et col­la­bore régulière­ment à plusieurs péri­odiques. Il est mem­bre du comité de rédac­tion de la revue de la Société des Amis de Louis Aragon et Elsa Tri­o­let, Faîtes Entr­er L’In­fi­ni, dans laque­lle il a pub­lié plusieurs arti­cles et études con­sacrés à Aragon. A sig­naler son livre écrit en col­lab­o­ra­tion avec Marie Léger, Aragon au Pays des Mines (suivi de 18 arti­cles retrou­vés d’Aragon), au Temps des Ceris­es en 2007. Il est aus­si l’au­teur d’un Ate­lier du Poème : Aragon/La fin et la forme, Recours au Poème éditeurs. 
Aller en haut