> Michel Baglin, Loupés russes

Michel Baglin, Loupés russes

Par | 2018-05-22T21:46:21+00:00 13 octobre 2014|Catégories : Critiques|

Alain Kewes, édi­teur à l'enseigne de Rhubarbe, a déci­dé de fêter les dix ans de son acti­vi­té à sa façon : 12  pla­quettes à rai­son d'une par mois, Michel Baglin ayant droit à la sep­tième qui est en fait la sixième à paraître puisqu'il a été pré­cé­dé par les n° 12 à 8 ! Pourquoi faire simple quand on peut faire com­pli­qué ? À zéro, comme dans une bande des­si­née célèbre, les plombs sau­te­ront !  Loupés russes (jeu de mots approxi­ma­tif mais de bon aloi) ren­voie à un voyage que Michel Baglin fit en Russie en 2013, à Moscou et Saint-Pétersbourg (Lénine étant pas­sé à la trappe !). Mais cette nou­velle est bien une œuvre de fic­tion et non un récit de voyage car l'auteur s'est amu­sé avec tous les pon­cifs qui cir­culent sur l'empire que veut (vou­drait ?) recons­ti­tuer l'ex-camarade Poutine et dénonce ain­si les fan­tasmes des jour­na­listes, spé­cia­listes et autres baveux du moment.

Michel Baglin n'oublie pas dans sa fic­tion l'aspect repor­tage, il émaille son récit de pas­sages de prose tou­ris­tique : c'est ain­si que sont décrits (rapi­de­ment) l'Université et le métro de Moscou mais aus­si les lieux tra­ver­sés lors de la croi­sière en Russie et il fait par­ler d'abondance la guide… Ce qui contri­bue au sus­pens et met à rude épreuve les nerfs du lec­teur qui attend autre chose de l'histoire. Suspens ren­for­cé par le sur­vol en héli­co­ptère du groupe de tou­ristes : le lec­teur s'attend à un dénoue­ment tra­gique… qui ne vient pas ! Un indice d'apparence banale est dis­sé­mi­né par­ci­mo­nieu­se­ment mais de façon récur­rente tout au long de la nou­velle, accrois­sant ain­si le mys­tère du voyage d'Elena, à quoi il faut ajou­ter la construc­tion non chro­no­lo­gique de la nou­velle… Le coup de théâtre final est alors bien­ve­nu tout en étant une ode brève à "la soli­tude, la lumière et le vent". Décidément le détec­tive  ama­teur est un bien piètre enquê­teur…

Loupés russes rap­pelle que Michel Baglin n'est pas seule­ment poète mais un bon auteur de nou­velles et un ama­teur de lit­té­ra­ture noire…

 

X