Accueil> Frédéric Tison, La Table d’attente

Frédéric Tison, La Table d’attente

Par |2021-01-06T03:17:56+01:00 5 janvier 2021|Catégories : Critiques, Frédéric Tison|

Où l’on apprend que la table  d’attente dési­gne­rait une plaque, une pierre, un pan­neau sur lequel il n’y a encore rien de gra­vé, de sculp­té, de peint  dont le sens figu­ré peut se dire d’un jeune homme dont l’esprit n’est pas encore entiè­re­ment for­mé (p 4)… 

C’est un recueil de poèmes d’amour (page 106, « Je ne sais si tu m’aimes, mais mon amour m’appelle — mon amour pour toi… » mais c’est un livre d’ignorance (page 97, « Je suis sur une ter­rasse, à ne tou­jours pas savoir » : les ques­tions abondent (sur sa nature, sur son rap­port au regard, à la pen­sée, à l’ombre, à l’écume, au corps). 

Au risque de poser trop de ques­tions, que veut dire l’aube de mon bien (p 24) : le choc d’un terme concret à un mot plus abs­trait n’est pas signi­fiant… Il y a trop d’entretiens un peu lon­guets comme cette vieillesse qui tourne vers moi  son regard éton­né (p 101). Qui est ce tu qui s’en va vers les fables et les splen­deurs (p 109), mys­tère ! Les mots non cou­rants ne sont pas rares, tel ce terme d’oriel (« Un oriel pour mes yeux », page 24)… Ce qui ne va pas sans une cer­taine gra­tui­té, le plu­riel d’yeux n’est-il pas oeuils.

Citons-le encore : « Cette table d’attente, je la dresse dans ces pages ; j’écris dans ses marges, autour d’une image man­quante, Je m’y penche, et j’y vois mon ombre ; par­fois j’y aper­çois celle de quelqu’un qui veille par-des­sus mon épaule.  » Ceci explique sans doute cela…

Frédéric Tison, La Table d’attente, Librairie-Galerie Racine, collection Les Hommes sans épaules, 2019, 115 pages, 15 €.

Présentation de l’auteur

Frédéric Tison

Frédéric Tison, né en 1972 à Tarbes, dans les Hautes-Pyrénées, vit et tra­vaille à Paris, au milieu de livres. Il est l’auteur d’une dizaine de livres de contes et de poé­sie, dont Anuho (Les Quatre Livres) (Larbaud et Cie, 2005), Les Ailes basses (Librairie-Galerie Racine, 2010), Les Effigies (Librairie-Galerie Racine, 2013). Quelques uns de ses textes ont paru dans la revue de poé­sie Les Hommes sans Épaules. En 2013, il col­la­bore avec le peintre et gra­veur Renaud Allirand pour un livre d’artiste, Une autre ville, pré­sen­té au Cabinet d’arts gra­phiques du musée des beaux-arts d’Orléans. Il est éga­le­ment l’éditeur de textes rares et oubliés des XIIIe, XVe et XVIe siècles (Jehan Renart, Charles d’Orléans, Maurice Scève, Étienne Dolet…). Il publie encore, en tant que pho­to­graphe ama­teur, ses propres albums de pho­to­gra­phies, et pra­tique l’aquarelle et l’encre de Chine.

Son blogue : http://​les​let​tres​blanches​.hau​tet​fort​.com/

 

Frédéric Tison
mm

Lucien Wasselin

Il a publié une ving­taine de livres (de poé­sie sur­tout) dont la moi­tié en livres d'artistes ou à tirage limi­té. Présent dans plu­sieurs antho­lo­gies, il a été tra­duit en alle­mand et col­la­bore régu­liè­re­ment à plu­sieurs pério­diques. Il est membre du comi­té de rédac­tion de la revue de la Société des Amis de Louis Aragon et Elsa Triolet, Faîtes Entrer L'Infini, dans laquelle il a publié plu­sieurs articles et études consa­crés à Aragon. A signa­ler son livre écrit en col­la­bo­ra­tion avec Marie Léger, Aragon au Pays des Mines (sui­vi de 18 articles retrou­vés d'Aragon), au Temps des Cerises en 2007. Il est aus­si l'auteur d'un Atelier du Poème : Aragon/​La fin et la forme, Recours au Poème éditeurs. 
Go to Top