Jea­nine BAUDE TELLE QU’EN ELLE-MÊME…

 

L’oc­ca­sion est belle de s’in­téress­er à Jea­nine Baude. La Rumeur libre ouvre un nou­veau chantier, celui des Œuvres Poé­tiques de Jea­nine Baude dont le tome 1 vient de paraître en févri­er 2015 et a pub­lié en même temps qua­si­ment Soudain, un récent recueil qui explore une forme poé­tique par­ti­c­ulière… Et quelques semaines plus tard sort, chez Voix d’En­cre, Aveux sim­ples pour lesquels Marc Pessin a don­né de belles encres…

 

*

 

Jea­nine BAUDE, Œuvres Poé­tiques, tome 1.

 

Ce pre­mier tome, qui regroupe trois recueils (Oues­sanes ‑1989‑, C’é­tait un paysage ‑1992- et Incar­nat désir ‑1998-), sem­ble indi­quer qu’il ne s’ag­it pas d’Œu­vres poé­tiques com­plètes puisque pen­dant ces années qui courent de 1989 à 1998, Jea­nine Baude a pub­lié 7 recueils et non pas 3. Plus antholo­gie donc qu’œu­vres com­plètes, d’au­tant plus que les trois recueils ici réu­nis témoignent d’une belle unité, celle d’un lieu où la mer est présente. Il s’ou­vre sur une étude de José Manuel de Vas­con­ce­los, qui, au-delà des dif­férences qui appa­rais­sent au fil du temps (en par­ti­c­uli­er l’ap­pari­tion de la ville dans ses poèmes : je me sou­viens d’avoir lu Le Chant de Man­hat­tan en 2006 ou en 2007), s’at­tache à met­tre en évi­dence les car­ac­téris­tiques des trois recueils ici regroupés. J M de Vas­con­ce­los note que dès le début Jea­nine Baude a trou­vé sa voix : “Cette œuvre poé­tique s’éla­bore comme une patiente con­sécra­tion de la soli­tude. Mais la soli­tude dont il s’ag­it n’est pas une soli­tude rad­i­cale, s’api­toy­ant sur elle-même et plain­tive ; il s’ag­it plutôt d’un choix de con­duite, d’une stratégie d’ap­proche du monde qui per­met de ren­vers­er les impres­sions usuelles, en les rem­plaçant par des images rel­e­vant d’une vision phénoménologique du monde, où les sen­sa­tions ont une force et une inten­sité pri­mor­diales.” Il ajoute ensuite : “Chez Jea­nine Baude, la soli­tude est le pré­sup­posé fon­da­men­tal de la créa­tiv­ité, et l’ex­il ne fait que catal­yser la décou­verte des fruits de la ren­con­tre avec la réal­ité, con­férant une vivac­ité et une atten­tion trans­fig­u­ra­trice à ses reliefs et les inten­si­fi­ant par des mots dont le sens est sans cesse réin­ven­té.” Tout cela est fort juste mais une autre approche est pos­si­ble, en par­ti­c­uli­er celle du rap­port à la réal­ité : c’est pourquoi, indépen­dam­ment de la valeur de l’é­tude de J M de Vas­con­ce­los, il con­vient de lire atten­tive­ment les poèmes de Jea­nine Baude, surtout que le pré­faci­er souligne que “l’ex­pres­sion poé­tique naît de la con­fronta­tion avec le monde”.

Ce qui frappe à la lec­ture de cette antholo­gie, c’est la pré­dom­i­nance du vers court alors que dans Le Chant de Man­hat­tan, c’é­taient le vers long (voire le ver­set) et la prose. Comme si dans ces trois recueils, la ver­ti­cal­ité du poème était la métaphore altière de l’hu­main qui se dresse dans le monde. Cette ver­ti­cal­ité est par­fois exagérée quand le vers se réduit à un mot ou deux (comme, par exem­ple, p 241). Certes, il est clair que le poème adopte le rythme d’une res­pi­ra­tion sac­cadée, heurtée ou syn­copée devant la mer­veille du monde mais, quand le poème devient un sim­ple empile­ment de mots et que le vers dis­paraît, trop c’est trop ! Reste que jamais (ou presque car il faut être pru­dent !) poète né(e) dans un pays de mon­tagne n’a aus­si bien par­lé de la mer : mais il est vrai que le roc et la roche sont aus­si présents dans les Alpilles que dans les îles bre­tonnes. Rarement femme n’a écrit d’aus­si beaux poèmes éro­tiques : “Ense­mencer / le monde / glisse / le tronc des dieux/ dans les cuiss­es des / femmes” (p 290). Reste égale­ment que la brièveté des poèmes n’est pas sans rap­pel­er Guille­vic ; on peut rap­procher ces vers de Jea­nine Baude, “C’é­tait l’arche du regard / et cette lumi­nosité / trans­par­ente des pier­res” (p 167) de ceux de Guille­vic dans Carnac, “J’ai joué sur la pierre / De mes regards et de mes doigts”… Même mys­tère et même ambiguïté des pierres…

L’écri­t­ure de Jea­nine Baude, par­fois, n’est pas exempte de réminis­cences. Ses vers, “J’ai dor­mi / dans un silence / de lune / décapitée” n’est pas sans faire penser au vers final de Zone de Guil­laume Apol­li­naire : “Soleil cou coupé”. La réal­ité (de l’île, de la mer, de la vie des pêcheurs…), très présente dans ces poèmes, serait aus­si, en même temps, celle de la poésie. C’est une vision amoureuse du réel qu’of­fre Jea­nine Baude tant par sa descrip­tion du monde que par l’évo­ca­tion du désir et du plaisir tou­jours exprimée avec pudeur car : “Où / le vent s’en­gouf­fre / l’i­den­tité / refuse de mourir” (p 175). À tel point que le lecteur peut s’in­ter­roger sur la part d’au­to­bi­ogra­phie dans ces poèmes. Cela nous vaut de belles images (au sens pre­mier du terme) comme “Le geste d’un enfant / qui court sur le rivage / mon­trant du doigt / son père à l’a­vant du can­ot / et l’énigme en deçà” (p 200).

Le réel, c’est aus­si la carte ou le savoir que Jea­nine Baude utilise sci­em­ment : la réal­ité des cartes géo­graphique est inté­grée aux poèmes tout comme celle des élé­ments. Ce qui n’ex­clut pas le rap­proche­ment phonique de mots sig­nifi­ants comme “Désir / Désert” (p 70). C’est que “Le poème est cette langue dure / qui tres­saille entre les herbes / telle la riv­ière au soleil couchant” (p 79).

 

Il y aurait encore bien des élé­ments à dévelop­per, au risque d’écrire une véri­ta­ble étude, ce qui n’est pas de mise ici. Il faut donc remerci­er La Rumeur Libre d’avoir pro­posé aux lecteurs cette réédi­tion car si ces recueils ne sont pas préhis­toriques ( ! ), ils datent quand même de 20/30 ans env­i­ron, ce qui est beau­coup en ces temps où une infor­ma­tion chas­se l’autre. La poésie a besoin de temps ; pour trou­ver ses lecteurs.

 

(Jea­nine BAUDE, Œuvres Poé­tiques, tome1. La Rumeur Libre édi­tions, 336 pages, 21 €. Pré­face de José Manuel de Vasconcelos.)

 

*

 

 

Jea­nine BAUDE, Soudain.

 

Soudain con­firme le change­ment sur­venu dans l’écri­t­ure poé­tique de Jea­nine Baude avec Le Chant de Man­hat­tan. Avec Soudain, c’en est ter­miné du style con­cis, voire lap­idaire, pro­pre au tome 1 des Œuvres Poé­tiques, place au vers ample qui se développe à par­tir du mot “soudain”, de la pre­mière à la dernière page, un vers ample qui laisse la place au ver­set dans la qua­trième par­tie de ce recueil inti­t­ulée Ver­sets… Déjà en 2013, Jea­nine Baude avait réal­isé un livre d’artiste avec le pein­tre Michel Joyard, por­tant juste­ment ce titre de Soudain, dont des extraits sont repris en ouver­ture du présent ouvrage.

 

Un vers explique ce change­ment : “Soudain des mots comme s’il en pleu­vait”. On remar­quera la dou­ble allu­sion à l’écri­t­ure et au réel qui con­firme ce qui était dit précédem­ment. Le lecteur, quand il aura ter­miné sa lec­ture, pensera sans doute à L’U­nion libre d’An­dré Bre­ton qui utilise le même procédé avec ces nom­breux vers com­mençant par “Ma femme”… Mais il doit se garder de con­clure hâtive­ment que Jea­nine Baude ne fait qu’imiter. Car il y a plus dans Soudain.

Si le mot “soudain” per­met à Jea­nine Baude de rebondir à chaque fois qu’elle va à la ligne (ou qu’elle a ter­miné un ver­set), il indique égale­ment quelque chose qui relève du sens puisque les mots sont tou­jours dif­férents. Finale­ment, et ce n’est pas un hasard si le livre s’ou­vre sur ce vers “Soudain la vio­lence de l’écri­t­ure me tra­verse”, cette façon de faire con­firme, s’il en était besoin, que la réal­ité qui préoc­cupe Jea­nine Baude, c’est aus­si celle de l’écri­t­ure, celle de la poésie. L’in­térêt porté au neu­vain et au onzain le prou­ve. Ces deux formes sont des stro­phes respec­tive­ment de neuf et onze vers. On remar­quera qu’i­ci elles devi­en­nent poèmes à moins de les con­sid­ér­er comme stro­phes d’une longue litanie. Les spé­cial­istes ne man­quent pas d’a­jouter que ces deux gen­res poé­tiques, trop longs et trop déséquili­brés ne sont présents dans la poésie française que lors des péri­odes de recherche formelle. De là à en con­clure que Jea­nine Baude se livre à une expéri­ence de recherche formelle, il n’y a qu’un pas facile à franchir… La réal­ité explorée par Jea­nine Baude est dou­ble : celle du monde extérieur (ruis­seau, mer, nuit, mai­son, herbe, plaine, corps, étoiles, port… sont des mots qui émail­lent les vers) et celle de l’écri­t­ure (réc­it, page, ligne, let­tre, auteur, annu­laire, doigts…). À not­er le terme de gueu­loir qui fig­ure en italiques (p 40) dans des poèmes imprimés en romains : Jea­nine Baude sem­blerait vouloir indi­quer que Soudain est fait pour la per­for­mance, pour être dit ? Quant aux ver­sets, du fait de leur développe­ment, ils ne se con­tentent pas d’assén­er des vérités sous forme de vers mais explorent en détail une réal­ité plus com­plexe, tou­jours selon ces deux mêmes axes. Mais le lecteur atten­tif remar­quera qu’à l’écri­t­ure vien­nent s’a­jouter d’autres pra­tiques artis­tiques comme la pein­ture ou la musique et que la réal­ité est poreuse (pour dire vite) que l’écri­t­ure se col­ore d’une nuance sur­réal­iste (pour dire encore plus vite). Comme si Jea­nine Baude s’es­sayait à saisir un secret qui se refuse sans cesse : c’est dire la richesse de cette approche… Par ailleurs, hasard objec­tif ou volon­té délibérée de Jea­nine Baude, on peut rap­procher ce frag­ment des ver­sets : “… si la char­rue n’en­tame plus le sol ouvragé de la phrase si le livre te glisse des doigts ne ver­sant plus les psaumes de la nuit…” de ces mots d’Arthur Rim­baud (extraits de Mau­vais sang dans Une Sai­son en Enfer) : “… la main à plume vaut bien la main à char­rue”. Il n’est pas inter­dit de rêver en lisant Jea­nine Baude d’au­tant plus qu’elle ter­mine ces Ver­sets par un vers (arag­o­nien ?) de 16 syl­labes : “Soudain sur la flamme per­pétuelle et le repos des morts”

 

(Jea­nine BAUDE, Soudain. La Rumeur Libre édi­tions, 144 pages, 18 €.)

 

*

 

Jea­nine BAUDE, Aveux sim­ples.

 

Si Jea­nine Baude com­mence à pub­li­er en 1962, ce n’est qu’à par­tir de 1990 avec Parabole de L’Éoli­enne qu’elle ren­con­tr­era René Rougerie qui sera son édi­teur jusque 1998 avec Incar­nat Désir : entre ces deux bornes, 4 livres dont un donne la cor­re­spon­dance entre René Char et Jean Bal­lard. Ensuite les édi­teurs se suc­cè­dent, même si en 2003, Jea­nine Baude retrou­ve Rougerie (avec L’Adresse à la Voix). Aus­si ne faut-il pas s’é­ton­ner qu’Aveux Sim­ples s’ou­vre sur Le Jardin de Mortemart dédié à René Rougerie.

 

Aveux Sim­ples est un bien beau livre don­né à lire par Voix d’En­cre : les encres de Marc Pessin sont tout sim­ple­ment splen­dides, non qu’elles illus­trent par­faite­ment les poèmes de Jea­nine Baude mais elles sont des créa­tions autonomes à part entière. La qua­trième de cou­ver­ture rap­pelle les pro­pos de Pessin : “Je tâche de me défaire du rôle d’il­lus­tra­teur : j’es­saie de sor­tir du poème, pour être moi-même […] pour pou­voir mieux me ren­con­tr­er avec le poète”. De fait, on recon­naît ses encres qui ne sont pas des décalques des poèmes. Des encres qui se dressent sur la page blanche, hiéra­tiques, écla­tantes et lumineuses mal­gré le noir.

 

Le Jardin de Mortemart est une suite de huit poèmes regroupés en deux ensem­bles : hom­mage à Rougerie qui a pub­lié six recueils de Jea­nine Baude. On ne s’é­ton­nera pas de lire dans ces vers une con­fronta­tion entre des con­sonnes, des voyelles, du signe, du mot, du livre… avec l’u­nité du geste (qui est sans doute celui de l’im­primeur que fut René Rougerie qui don­na vie aux poèmes de Jea­nine Baude), le plomb, les car­ac­tères et les out­ils “un à un et huilés et libérant leur force”… Mais cette con­fronta­tion se mêle au paysage (les monts de Blond) et au jardin et au goût de la marche. Si ces poèmes sont une façon de faire le deuil de l’a­mi en allé (“sur le cortège ensoleil­lé des pas / ceux qui suiv­aient ta dépouille”), ils sont aus­si une façon de con­tin­uer le com­bat de René Rougerie (l’écran, les touch­es…)

 

Aveux sim­ples est com­posé de trois suites de poèmes. La pre­mière est exclu­sive­ment com­posée de sizains de vers amples, bâtis sur le mod­èle des ver­sets de Soudain : tous com­men­cent par le mot “écrivain”. Jea­nine Baude essaie de définir l’écrivain. Et l’on peut s’in­ter­roger sur ce qui unit cette suite (comme l’ensem­ble inti­t­ulé Aveux sim­ples) au Jardin de Mortemart. Sans doute des choses impal­pa­bles au-delà des apparences, ce qui expli­querait cette mul­ti­tude d’es­sais… Der­rière elles, on retrou­ve l’im­age de l’éditeur/imprimeur, écrivain par procu­ra­tion au cat­a­logue riche de sa diver­sité : car com­ment com­pren­dre ces “fleurs du jardin” : le jardin de René Rougerie serait alors son cat­a­logue et les fleurs de son jardin, les poètes qu’il a pub­liés… La deux­ième est com­posée de neu­vains aux­quels s’a­joute un dix­ième vers détaché com­mençant tou­jours par “Écrire et ce serait”… Jea­nine Baude s’in­ter­roge sur l’acte d’écrire ; d’où ses mul­ti­ples hypothès­es qui deman­dent le con­di­tion­nel de “ce serait”… La somme de ces derniers vers de chaque poème con­stitue comme une déf­i­ni­tion de l’écri­t­ure, déf­i­ni­tion certes toute per­son­nelle et métaphorique, mais recev­able et méri­tant dis­cus­sion… La troisième est une suc­ces­sion de petits pavés de prose débu­tant tous par ces mots : “Aveux sim­ples”. Ce qui retient l’at­ten­tion dans ces poèmes c’est la diver­sité du monde et des voies de l’écri­t­ure poé­tique, de “la poésie indi­vis­i­ble” qui reste une énigme…

 

(Jea­nine Baude & Marc Pessin, Aveux sim­ples. Voix d’En­cre, non pag­iné, 19 €.)

 

*

 

Ces trois livres met­tent en évi­dence l’u­nité de l’œu­vre de Jea­nine Baude ( la mer et son vocab­u­laire tou­jours présents et la dou­ble réflex­ion sur le monde et l’écri­t­ure) en même temps que son évo­lu­tion. Soudain sem­ble être la matrice de laque­lle sor­tiront d’autres recueils. Aveux sim­ples paraît, par la con­struc­tion des poèmes qui com­men­cent tous par le(s) même(s) mot(s) être la suite des Ver­sets de Soudain. Mais il importe de ne pas tir­er de con­clu­sions pré­cip­itées : il faut atten­dre le tome 2 des Œuvres Poé­tiques et les nou­veaux recueils…

mm

Lucien Wasselin

Il a pub­lié une ving­taine de livres (de poésie surtout) dont la moitié en livres d’artistes ou à tirage lim­ité. Présent dans plusieurs antholo­gies, il a été traduit en alle­mand et col­la­bore régulière­ment à plusieurs péri­odiques. Il est mem­bre du comité de rédac­tion de la revue de la Société des Amis de Louis Aragon et Elsa Tri­o­let, Faîtes Entr­er L’In­fi­ni, dans laque­lle il a pub­lié plusieurs arti­cles et études con­sacrés à Aragon. A sig­naler son livre écrit en col­lab­o­ra­tion avec Marie Léger, Aragon au Pays des Mines (suivi de 18 arti­cles retrou­vés d’Aragon), au Temps des Ceris­es en 2007. Il est aus­si l’au­teur d’un Ate­lier du Poème : Aragon/La fin et la forme, Recours au Poème éditeurs.