Pierre Dhainaut, Transferts de souffles

Par |2019-12-21T19:12:40+01:00 20 décembre 2019|Catégories : Critiques, Pierre Dhainaut|

C’est une véri­ta­ble antholo­gie de ses pre­miers recueils, de « Bul­letin d’enneigement » à « Per­pétuelle, la bien­v­enue » qu’offre Pierre Dhain­aut … Par­fois remaniés ou franche­ment inédits… 

« Mon som­meil est un verg­er d’embruns » com­mence par un vers  éton­nant, vers éton­nant dis­ais-je car je pointais docile­ment un syn­onyme, à ce qual­i­fi­catif « per­son­ni­fi­ca­teur ». Il y a quelque chose d’anthropomorphe (stro­phes de vers isolés ou stro­phes de quelques graphèmes)… Ce pre­mier recueil est fait de poèmes épars  : un vers laisse appa­raître le dual­isme présent, douce et forte, présent absent (pp 27 et 25). Mais on sent l’amour de la femme aimée…

«  Le poème com­mencé » débute par une prose. Vers et pros­es sont mêlés ; on  peut oser une hypothèse : la prose émet des mots cryp­tés tan­dis que les vers sont chargés d’explorer le réel. Mais est présente la femme aimée, ce qui incite à penser qu’il s’agit de poèmes d’amour : « je traque une appari­tion : aimer »  (p 37). Le thème de l’enfant est aus­si présent, l’important est de nom­mer les choses : le poème est « cryp­té » et devient descrip­tif (pp 43 à 52) ; ça se ter­mine par une prose mise entre par­en­thès­es (impor­tantes, les par­en­thès­es, p 53 où sont abor­dés les mots juste­ment…). 

Pierre Dhain­aut, Trans­ferts de souf­fles, Edi­tions L’Herbe qui trem­ble, 278 pages, sur com­mande ou en librairie, 18 euros. 

Tout est pesé, même les mots rares for­ment souf­fle : poèmes d’amour liés ; cela ne va pas sans mys­tère : « Eclat je ne suis qu’une brèche » (p 60 :  ça devient sig­nifi­ant au vers suiv­ant) : la femme aimée se con­fond avec le paysage. L’éphémère est la poésie !

Dans « Au plus bas mot », Pierre Dhain­aut s’interroge dans cette page 115 sur le mot « en cen­dre à mon approche, un nom, m’entourant » : poésie réflex­ive donc (p 127) et mieux « silence enfin sans fin s’enfle » (p 128) : mots voisins aux sons ou aux sonorités proches ou aux habi­tudes d’une cer­taine époque (avec ses ter­mes coupés en deux, p 129), séparés (p 149), trous dans le vers, etc… (p 132 ou 130, p 147), jeux sur les mots (« va /  geint va / cille », p 150)… Mais rien de gra­tu­it là-dedans…

Dans « L’âge du temps », le poème est dédié à la nature et l’enfant fait une brève appari­tion (p 171) mais la mort  appa­raît…

Dans « Le retour et le chant », j’apprends de Pierre Dhain­aut « C’est à peine aujourd’hui / si j’écris encore » (p 205). Ou « L’amour s’ouvre à l’amour, / que pour­rais-je ajouter ? »  (p 206). Mais qu’est-ce qu’un signe ? (p 211). « Obstiné­ment / nous gaspillons ce que le temps peu à peu nous con­fie » (p 213).  « Avons-nous  pris racine / ou brisé nos attach­es ? » (p 215). Pierre Dhain­aut con­tin­ue d’interroger le réel… Cette antholo­gie est émou­vante, car on assiste à un mur­mure incertain !

Dans « Per­pétuelle, la bien­v­enue », aux poèmes inédits, dont j’apprends qu’ils furent écrits « trente-huit ans plus tard » mais pub­liés dans la présente antholo­gie… J’apprends égale­ment, grâce à la lec­ture d’Isabelle Lévesque, que, depuis « Bul­letin d’enneigement » jusqu’à « Per­pétuelle, la bien­v­enue » , « la ponc­tu­a­tion a évolué, le chant s’est dévelop­pé : les points d’interrogation se sont raré­fiés (plus que qua­tre). L’acquiescement, dans son affir­ma­tion, se révèle  con­quête à entre­pren­dre car il reste pos­si­ble de se heurter à la nuit »...

Présentation de l’auteur

Pierre Dhainaut

Pierre Dhain­aut est né à Lille en 1935. Avec Jacque­line, ren­con­trée en 1956, il vit à Dunkerque (où s’effectuera toute sa car­rière de professeur).

Après avoir été influ­encé par le sur­réal­isme (il ren­dit vis­ite à André Bre­ton en 1959), il pub­lie son pre­mier livre, Le Poème com­mencé (Mer­cure de France), en 1969.

Ren­con­tres déter­mi­nantes par­mi ses aînés : Jean Mal­rieu dont il édit­era et pré­fac­era l’œuvre, Bernard Noël, Octavio Paz, Jean-Claude Renard et Yves Bon­nefoy aux­quels il con­sacr­era plusieurs études.

Déter­mi­nante égale­ment, la fréquen­ta­tion de cer­tains lieux : après les plages de la mer du Nord, le mas­sif de la Char­treuse et l’Aubrac.

Une antholo­gie retrace les dif­férentes étapes de son évo­lu­tion jusqu’au début des années qua­tre-vingt dix : Dans la lumière inachevée (Mer­cure de France, 1996).

Ont paru ensuite, entre autres : Intro­duc­tion au large (Arfuyen, 2001), Entrées en échanges (Arfuyen, 2005), Pluriel d’alliance (L’Arrière-Pays, 2005), Lev­ées d’empreintes (Arfuyen, 2008), Sur le vif prodigue (Édi­tions des van­neaux, 2008), Plus loin dans l’inachevé (Arfuyen, 2010, Prix de lit­téra­ture fran­coph­o­ne Jean Arp) et Voca­tion de l’esquisse (La Dame d’Onze Heures, 2011). Ces recueils pour la plu­part sont dédiés aux petits-enfants. Plus récem­ment encore : une “auto­bi­ographique cri­tique”, La parole qui vient en nos paroles (édi­tions L’Herbe qui trem­ble, 2013) et Rudi­ments de lumière (Arfuyen, 2013).

Il ne sépare jamais de l’écriture des poèmes l’activité cri­tique sous la forme d’articles ou de notes : Au-dehors, le secret (Voix d’encre, 2005) et Dans la main du poème (Écrits du Nord, 2007).

Nom­breuses col­lab­o­ra­tions avec des graveurs ou des pein­tres pour des livres d’artiste ou des man­u­scrits illus­trés, notam­ment Marie Alloy, Jacques Clauzel, Gre­go­ry Masurovsky, Yves Pic­quet, Isabelle Ravi­o­lo, Nico­las Rozi­er, Jean-Pierre Thomas, Youl…

À con­sul­ter : la mono­gra­phie de Sabine Dewulf (Présence de la poésie, Édi­tions des van­neaux, 2008) et le numéro 45 de la revue Nu(e) pré­paré par Judith Cha­vanne en 2010.

© Crédits pho­tos Mai­son de la Poésie Jean Joubert.

Poèmes choi­sis

Autres lec­tures

Rudiments de lumière, de Pierre Dhainaut

Plus je lis Pierre Dhain­aut, plus je pense qu’il est à l’ex­act opposé du Baude­laire de Spleen. Quand ce dernier laisse l’an­goisse atroce, despo­tique planter son dra­peau noir sur [son] crâne incliné, Pierre […]

Pierre Dhainaut, Progrès d’une éclaircie

Pub­lié chez un nou­v­el édi­teur (créé en 2013, Faï fioc ‑expres­sion occ­i­­tane- est le nom d’un quarti­er de Mar­ve­jols  en Lozère, où l’an­i­ma­teur de cette mai­son d’édi­tons organ­ise chaque année des rési­dences d’écriture […]

A propos de Pierre Dhainaut

En remon­tant dans les archives de Tra­ver­sées j’ai retrou­vé un numéro de la revue con­sacré au poète Pierre DHAINAUT (n°49 / Hiv­er 2007–2008). [Au pas­sage, l’on se dit que l’Éditorial  signé alors de […]

Pierre Dhainaut, Un art des passages

« C’est pour respir­er moins mal que, très jeune, j’ai eu recours au poème. Ce « recours au poème », Pierre Dhain­aut l’explicite dans un livre rassem­blant à la fois des poèmes inédits et des textes […]

Pierre Dhainaut, État présent du peut-être

Il faut saluer la nais­sance de la nou­velle mai­son d’édition de Math­ieu Hil­figer, Le Bal­let Roy­al, inau­gurée par le très beau livre de Pierre Dhain­aut : État présent du peut-être. Déjà l’objet-livre, au design […]

Ainsi parlait…

Un Hugo car­avagesque   Pour par­ler du grand auteur roman­tique français qu’est Vic­tor Hugo, il faut trou­ver des mots amples et englobants. Une fois acquise cette idée, il ne faut pas oubli­er de […]

Pierre Dhainaut, Et même le versant nord

J’ai ren­con­tré l’œuvre de Pierre Dhain­aut dans la revue Voix d’encre. C’était en 2005 et le texte s’intitulait « Tou­jours à l’avant du jour », une suite de notes dans lesquelles il définis­sait la poésie […]

Pierre Dhainaut, APRÈS

On ne sait pas. On écoute. On entend. Seul. Une cham­bre. Des murs, on croit en les fix­ant sor­tir de soi, bloquer/ce qui remue sous les paupières. Un bran­card. Un cortège de couloirs. […]

mm

Lucien Wasselin

Il a pub­lié une ving­taine de livres (de poésie surtout) dont la moitié en livres d’artistes ou à tirage lim­ité. Présent dans plusieurs antholo­gies, il a été traduit en alle­mand et col­la­bore régulière­ment à plusieurs péri­odiques. Il est mem­bre du comité de rédac­tion de la revue de la Société des Amis de Louis Aragon et Elsa Tri­o­let, Faîtes Entr­er L’In­fi­ni, dans laque­lle il a pub­lié plusieurs arti­cles et études con­sacrés à Aragon. A sig­naler son livre écrit en col­lab­o­ra­tion avec Marie Léger, Aragon au Pays des Mines (suivi de 18 arti­cles retrou­vés d’Aragon), au Temps des Ceris­es en 2007. Il est aus­si l’au­teur d’un Ate­lier du Poème : Aragon/La fin et la forme, Recours au Poème éditeurs. 
Aller en haut