Pierre Dhainaut, Une porte après l’autre après l’autre, suivi de Quatre éléments plus un

Par |2020-11-26T09:46:24+01:00 26 novembre 2020|Catégories : Critiques, Pierre Dhainaut|

« Il y eut un ciel » /…/ « con­tin­uer… » Entre l’ouverture et la fer­me­ture de son recueil, le poète Pierre Dhain­aut retrace « une épreuve lim­ite » qui l’a mené de l’absolue nudité à la ré-appar­te­nance à soi-même et au monde.

Le titre dit assez le chem­ine­ment de recon­quête, porte après porte, mod­este et phénomé­nal à la fois, depuis la pre­mière suite inti­t­ulée « À la mer­ci du cœur » jusqu’à la qua­trième « Qua­tre élé­ments plus un ».

Tout débute en hiv­er sur un lit d’hôpital où le poète se retrou­ve nu, aban­don­né, sur­vivant empris­on­né en lui-même avec « Rien à quoi / s’accrocher dans / la poitrine le temps / a le temps / de tomber. » Seuls restent le souf­fle ténu, les bat­te­ments du cœur frag­ile, la douleur. La poésie elle-même a déserté les lieux « sous le masque à oxygène », elle souf­fre d’« absence d’air ». Elle ne sauve de rien, juste laisse-t-elle le poète retourn­er à l’origine de toute parole.

Après la vie reliée à un cathéter vient le temps du lent réap­pren­tis­sage qui passe en pre­mier lieu par la recon­quête des sens : l’ouïe, la vue… Les couleurs peu à peu revi­en­nent au bord de « la marche du seuil si bleue ».

Pierre Dhain­aut, Une porte après l’autre après l’autre, suivi de Qua­tre élé­ments plus un, édi­tions Faï fioc 2020, 76 pages, 10 euros.

Poèmes du souf­fle court, bal­bu­tié (qua­tre vers et peu de mots, cail­loux posés pas à pas), la parole avec « l’embellie de mars » se redresse légère­ment dans la deux­ième suite « Ver­ti­cale d’instants » (six vers au corps frêle qui essaient de tenir debout, le poème devant lui aus­si « tenir bon »). Dès lors chaque détail de la vie minus­cule devient vital : une pie qui sautille, un chat qui dort, un arbre, un lilas, un enfant qui joue, une épaule, il y a « tant de pas­sages » vers l’unité retrou­vée, vers cet « or qui coule » et reviv­i­fie les veines…

 

Les herbes,
les pierres
les nuages,
un seul
monde
à dire,
en croissance,
en gloire.

 

Pri­or­ité aux vibra­tions, à la libre réso­nance, les mots font leur retour petit à petit « sans savoir », comme le lilas du print­emps qui par con­ta­gion col­ore la cou­ver­ture du recueil. De la let­tre au mot, du mot à la phrase, le lan­gage patiem­ment se recon­quiert et avec lui le « goût de l’énigme ». Chaque mot est à retrac­er dans ses courbes pre­mières « comme à l’école». Le poète doit tout ré-appren­dre, tout re-car­togra­phi­er pour se sen­tir à nou­veau  inclus dans un « nous » qui le relie au monde.

 

L’inconnu
commence
où vont les mouettes
à l’intérieur 
des terres.

 

Dans cette troisième suite « Lex­ique réin­ven­té » (avec retour aux 5 vers), les mots sont vécus comme des par­tic­ules d’énergie vitale, des quan­ta, aurait dit Guille­vic, qui libèrent les « ver­rous », ouvrent le sens vers un hori­zon qui s’agrandit « à perte de vue » jusqu’au ciel, jusqu’à la mer.

 

Le livre,
la gorge, 
tout se dénoue,
la nuit se charge
du courant d’air.

 

Liens dénoués, souf­fle plus ample, place à la recon­quête des qua­tre élé­ments : l’eau « à la proue de l’haleine », l’air qui « n’en aura jamais fini », le feu pour « le relais des paroles », la terre tou­jours « de con­nivence » et enfin ce « plus un » annon­cé dans le titre : le poème qui con­jugue à lui seul tous les sens, la poésie demeu­rant ce qu’elle est par essence, un souf­fle en sus­pens, con­di­tion­nelle comme tout arbre con­fié à l’avenir.

 

Nous pub­lieri­ons un poème
comme on plante un arbre
sur la berge d’un fleuve, nous auri­ons plusieurs vies
pour l’accomplir, touch­er terre
dans l’élan, incar­n­er, rayonner,
continuer…

 

« Le poème nous met au monde », écrivait Guille­vic, puisse-t-il nous y remet­tre lorsque tout sem­ble per­du. L’écriture de Pierre Dhain­aut, de l’extrême point nu à la pleine trans­parence, rap­porte avec déli­catesse, justesse et pré­ci­sion une expéri­ence fon­da­trice de renais­sance, un pas­sage où la poésie, goutte à goutte décan­tée, se donne aus­si pure que la neige, aus­si frag­ile qu’un rai de lumière, aus­si forte qu’une attente.

Présentation de l’auteur

Pierre Dhainaut

Pierre Dhain­aut est né à Lille en 1935. Avec Jacque­line, ren­con­trée en 1956, il vit à Dunkerque (où s’effectuera toute sa car­rière de professeur).

Après avoir été influ­encé par le sur­réal­isme (il ren­dit vis­ite à André Bre­ton en 1959), il pub­lie son pre­mier livre, Le Poème com­mencé (Mer­cure de France), en 1969.

Ren­con­tres déter­mi­nantes par­mi ses aînés : Jean Mal­rieu dont il édit­era et pré­fac­era l’œuvre, Bernard Noël, Octavio Paz, Jean-Claude Renard et Yves Bon­nefoy aux­quels il con­sacr­era plusieurs études.

Déter­mi­nante égale­ment, la fréquen­ta­tion de cer­tains lieux : après les plages de la mer du Nord, le mas­sif de la Char­treuse et l’Aubrac.

Une antholo­gie retrace les dif­férentes étapes de son évo­lu­tion jusqu’au début des années qua­tre-vingt dix : Dans la lumière inachevée (Mer­cure de France, 1996).

Ont paru ensuite, entre autres : Intro­duc­tion au large (Arfuyen, 2001), Entrées en échanges (Arfuyen, 2005), Pluriel d’alliance (L’Arrière-Pays, 2005), Lev­ées d’empreintes (Arfuyen, 2008), Sur le vif prodigue (Édi­tions des van­neaux, 2008), Plus loin dans l’inachevé (Arfuyen, 2010, Prix de lit­téra­ture fran­coph­o­ne Jean Arp) et Voca­tion de l’esquisse (La Dame d’Onze Heures, 2011). Ces recueils pour la plu­part sont dédiés aux petits-enfants. Plus récem­ment encore : une “auto­bi­ographique cri­tique”, La parole qui vient en nos paroles (édi­tions L’Herbe qui trem­ble, 2013) et Rudi­ments de lumière (Arfuyen, 2013).

Il ne sépare jamais de l’écriture des poèmes l’activité cri­tique sous la forme d’articles ou de notes : Au-dehors, le secret (Voix d’encre, 2005) et Dans la main du poème (Écrits du Nord, 2007).

Nom­breuses col­lab­o­ra­tions avec des graveurs ou des pein­tres pour des livres d’artiste ou des man­u­scrits illus­trés, notam­ment Marie Alloy, Jacques Clauzel, Gre­go­ry Masurovsky, Yves Pic­quet, Isabelle Ravi­o­lo, Nico­las Rozi­er, Jean-Pierre Thomas, Youl…

À con­sul­ter : la mono­gra­phie de Sabine Dewulf (Présence de la poésie, Édi­tions des van­neaux, 2008) et le numéro 45 de la revue Nu(e) pré­paré par Judith Cha­vanne en 2010.

© Crédits pho­tos Mai­son de la Poésie Jean Joubert.

Poèmes choi­sis

Autres lec­tures

Rudiments de lumière, de Pierre Dhainaut

Plus je lis Pierre Dhain­aut, plus je pense qu’il est à l’ex­act opposé du Baude­laire de Spleen. Quand ce dernier laisse l’an­goisse atroce, despo­tique planter son dra­peau noir sur [son] crâne incliné, Pierre […]

Pierre Dhainaut, Progrès d’une éclaircie

Pub­lié chez un nou­v­el édi­teur (créé en 2013, Faï fioc ‑expres­sion occ­i­­tane- est le nom d’un quarti­er de Mar­ve­jols  en Lozère, où l’an­i­ma­teur de cette mai­son d’édi­tons organ­ise chaque année des rési­dences d’écriture […]

A propos de Pierre Dhainaut

En remon­tant dans les archives de Tra­ver­sées j’ai retrou­vé un numéro de la revue con­sacré au poète Pierre DHAINAUT (n°49 / Hiv­er 2007–2008). [Au pas­sage, l’on se dit que l’Éditorial  signé alors de […]

Pierre Dhainaut, Un art des passages

« C’est pour respir­er moins mal que, très jeune, j’ai eu recours au poème. Ce « recours au poème », Pierre Dhain­aut l’explicite dans un livre rassem­blant à la fois des poèmes inédits et des textes […]

Pierre Dhainaut, État présent du peut-être

Il faut saluer la nais­sance de la nou­velle mai­son d’édition de Math­ieu Hil­figer, Le Bal­let Roy­al, inau­gurée par le très beau livre de Pierre Dhain­aut : État présent du peut-être. Déjà l’objet-livre, au design […]

Ainsi parlait…

Un Hugo car­avagesque   Pour par­ler du grand auteur roman­tique français qu’est Vic­tor Hugo, il faut trou­ver des mots amples et englobants. Une fois acquise cette idée, il ne faut pas oubli­er de […]

Pierre Dhainaut, Et même le versant nord

J’ai ren­con­tré l’œuvre de Pierre Dhain­aut dans la revue Voix d’encre. C’était en 2005 et le texte s’intitulait « Tou­jours à l’avant du jour », une suite de notes dans lesquelles il définis­sait la poésie […]

Pierre Dhainaut, APRÈS

On ne sait pas. On écoute. On entend. Seul. Une cham­bre. Des murs, on croit en les fix­ant sor­tir de soi, bloquer/ce qui remue sous les paupières. Un bran­card. Un cortège de couloirs. […]

mm

Marilyse Leroux

Mar­il­yse Ler­oux, née à Vannes au bord de la mer, mem­bre de Don­ner à voir depuis 1986, éditée depuis les années 80 en revues, recueils et antholo­gies, écrit prin­ci­pale­ment de la poésie ou en fait écrire depuis 1976 au sein d’ateliers d’écriture pour jeunes et adultes. Elle est égale­ment nou­vel­liste (nou­velles pub­liées en revues et aux édi­tions Rhubarbe) et roman­cière pour la jeunesse (éd. Stéphane Batigne). Elle aime partager des pro­jets avec dif­férents artistes : pho­tographes, pein­tres (nom­breux livres d’artiste), col­lag­istes, écrivains, poètes, musi­ciens, car, chez elle, l’écriture se veut avant tout voy­age, aven­ture, ric­o­chets. Sa devise, emprun­tée au poète Saint-John Perse est “Poésie pour mieux vivre et plus loin.” Elle explore plusieurs voies d’écriture, en pre­mier lieu une expres­sion intimiste liée aux sen­sa­tions et à leur réso­nance intérieure comme dans : Herbes (Ed. Don­ner à Voir, 1995) Grains de lumière (L’épi de sei­gle, 1999) Le fil des jours, (Don­ner à Voir 2007) Quelques ros­es pour ton jardin (Ate­lier de Grou­tel, 2011) Le temps d’ici (Ed. Rhubarbe 2013, Prix des Écrivains Bre­tons, extraits parus dans Poètes de Bre­tagne, éd. de la Table Ronde), Ancrés, éd Rhubarbe 2016, Le sein de la terre, La Lucarne des Écrivains, 2018, Prix Maram Al-Mas­ri. À paraître en 2020 : Nés arbres, L’Ail des ours, On n’a rien dit de l’océan, L’Atelier des Noy­ers, Une île, presque, Inter­ven­tions à Haute Voix. Pho­togra­phie : Yvon Kervinio
Aller en haut