Titre et recueil atyp­iques. Visions de Bob Dylan fait penser à une approche orig­i­nale du chanteur-poète à l’op­posé de tout pro­jet ency­clopédique et le recueil se présente comme un ensem­ble (divisé en sept chapitres) de 78 “poèmes” de 12 vers cha­cun, jus­ti­fiés par le milieu : la forme du poème (et du recueil) est nette. Il faut ajouter que les sept chapitres comptent cha­cun 11 poèmes sauf le dernier qui en com­porte 12 (mais le douz­ième est en italiques, mon­trant ain­si la place par­ti­c­ulière qu’il tient dans l’ensem­ble). On est donc loin de toute biogra­phie plus ou moins offi­cielle de Dylan, divisée en péri­odes chronologiques met­tant en lumière tel ou tel aspect de la discogra­phie ou des tournées, voire des faits plus anecdotiques.

    C’est donc un por­trait pointil­liste, sinon impres­sion­niste, par­ti­c­ulière­ment per­son­nel que trace Zéno Bianu. Si les sept par­ties du livre ont des titres emprun­tés aux pro­pres mots de Dylan tels qu’ils sont retran­scrits dans deux ouvrages sig­nalés page 106, il faudrait con­naître par­faite­ment la vie et la car­rière du chanteur pour voir en quoi ces titres sont sig­ni­fi­cat­ifs. Ce n’est sans doute pas le cas de l’au­teur de ces lignes, ni celui de nom­bre de lecteurs. Reste alors à relever quelques tendances…

    Les deux grandes approches sen­si­bles pro­pres à Bob Dylan sont la musique et la poésie. En matière de musique, ses goûts sont éclec­tiques : le blues, le rock et le jazz bien sûr mais aus­si Schu­mann sem­ble-t-il ; tout autant en poésie : Rim­baud et les sur­réal­istes (le Grand Jeu est cité), William Blake, Walt Whit­man, Dylan Thomas, les poètes de la beat généra­tion, à not­er (page 100) ces vers “avec Allen Gins­berg / assis devant la tombe de Ker­ouac” qui font penser à la pho­togra­phie de Bob Dylan et d’Allen Gins­berg prise en 1975 lors de la Rolling Then­der Revue…. Mais le ciné­ma (Scors­ese ou James Dean) et la pein­ture (Pol­lock) ne sont pas absents de ce qu’écrit Zéno Bianu. Et il y a aus­si les nom­breuses références aux titres (chan­sons et albums) de Bob Dylan ou aux réc­i­tals et tournées… Trois albums sont par­ti­c­ulière­ment remar­qués par Bianu : Bring­ing It All Back Home, High­way 61 Revis­it­ed et Blonde on  Blonde ; ce dernier  revenant trois fois dans le qua­trième chapitre… Et puis ces deux chan­sons de ce dernier album I want you  et Just like a woman qui don­nent nais­sance à un très beau poème sous la plume de Zéno Bianu… qui écrit ce vers d’une grande justesse “c’est de la poésie coupe-souf­fle”.

    C’est le por­trait d’une époque que trace Zéno Bianu avec ce qua­trième volet d’une tétralo­gie dans les trois pre­miers ont été con­sacrés à Chet Bak­er (2008), Jimi Hen­drix (2010) et John Coltrane (2012), ces trois livres édités par le Cas­tor Astral… Époque sans doute révolue car l’ar­gent a tout bal­ayé et le bruit que fait la musique ressem­ble aujour­d’hui au cli­quetis d’une caisse enreg­istreuse. Mais époque que nous n’avons pas oubliée et à bien chercher dans la pro­duc­tion discographique ou musi­cale con­tem­po­raine, on finit tou­jours par trou­ver les descen­dants des sus­nom­més… Les temps ont changé, mais ils chang­eront encore… En atten­dant, il est pos­si­ble de lire ces Visions de Dylan.

Notre col­lab­o­ra­teur Lucien Was­selin vient de faire paraître Aragon. La fin et La forme.

mm

Lucien Wasselin

Il a pub­lié une ving­taine de livres (de poésie surtout) dont la moitié en livres d’artistes ou à tirage lim­ité. Présent dans plusieurs antholo­gies, il a été traduit en alle­mand et col­la­bore régulière­ment à plusieurs péri­odiques. Il est mem­bre du comité de rédac­tion de la revue de la Société des Amis de Louis Aragon et Elsa Tri­o­let, Faîtes Entr­er L’In­fi­ni, dans laque­lle il a pub­lié plusieurs arti­cles et études con­sacrés à Aragon. A sig­naler son livre écrit en col­lab­o­ra­tion avec Marie Léger, Aragon au Pays des Mines (suivi de 18 arti­cles retrou­vés d’Aragon), au Temps des Ceris­es en 2007. Il est aus­si l’au­teur d’un Ate­lier du Poème : Aragon/La fin et la forme, Recours au Poème éditeurs.