> Jean Dubuffet et Marcel Moreau, De l’art brut aux Beaux-Arts convulsifs,

Jean Dubuffet et Marcel Moreau, De l’art brut aux Beaux-Arts convulsifs,

Par |2018-08-14T18:20:59+00:00 23 mai 2015|Catégories : Critiques|

 

     Lire un échange épis­to­laire entre le peintre Jean Dubuffet (dont je connais un peu l'œuvre pour avoir vu plu­sieurs de ses expo­si­tions et pos­sé­der quelques cata­logues et sa fameuse Botte à Nique) et l'écrivain Marcel Moreau (que je ne connais pas et dont je n'ai rien lu) est sans doute une mau­vaise manière de com­prendre ce qui rap­proche les deux hommes… Sans doute vau­drait-il mieux connaitre le peintre & l'écrivain…

    Mais voi­là, ces lettres (qui s'échelonnent de 1969 à 1984) sont suf­fi­sam­ment claires ou expli­cites. Ainsi lit-on dans une lettre que Moreau adresse, en sep­tembre 1973, à Jean Dubuffet à pro­pos du Cahier que L'Herne a consa­cré au peintre : "… je déplore l'espèce de tra­hi­son qui en résulte, c'est-à-dire, pour par­ler de vous une fidé­li­té qua­si géné­rale à l'intellectualisme, aux ins­tru­ments de la per­cep­tion ration­nelle" (p 36). On com­prend alors  que ce qui unit les deux hommes, c'est l'anti-intellectualisme ambiant (Jean Dubuffet n'a-t-il pas écrit L'Asphyxiante culture ?), le côté "brut de décof­frage" de la démarche de cha­cun.

    Mais pour autant, la condam­na­tion de l'intellectualisme à laquelle se livre Marcel Moreau est-elle abso­lu­ment légi­time ? Je ne le pense pas car il faut bien  décrire la démarche de Jean Dubuffet dans un lan­gage cri­tique acces­sible à tous. Sauf à en créer un autre, de toutes pièces en repre­nant les invi­ta­tions de Dubuffet. Était-ce fai­sable par le plus grand nombre à l'époque (1973) ? Et ce n'est pas le texte qu'écrit Moreau 40 ans plus tard à l'occasion de la publi­ca­tion de ce livre, texte qui réécrit en par­tie les deux lettres de 1973, qui apporte vrai­ment une réponse car on se dit qu'à l'époque, Marcel Moreau poin­tait bien le pro­blème…

    Reste que dans l'ensemble, les lettres de Marcel Moreau disent bien ce qui l'intrigue dans les tra­vaux de Jean Dubuffet : "Ils sont mons­trueux, me font pen­ser à une coupe sagit­tale de mon crâne, tout de suite avant qu'il se pro­jette là sous mes yeux, en éche­veau de méninges". Moreau va plus loin encore quand il déclare dans la même lettre du 22 X 1971 que ce qui lui est don­né à voir par Jean Dubuffet, ce n'est pas l'image men­tale, mais "de la pen­sée ins­tan­ta­né­ment tan­gible".

    L'ouvrage se ter­mine par un texte récent de Marcel Moreau ("Jean Dubuffet ou De l'Art Brut aux Beaux-Arts convul­sifs") qui est une belle pré­sen­ta­tion de la démarche du peintre pré­ci­sant son aspect non conven­tion­nel : "Ici, des cou­leurs car­ni­vores se mettent en bouche les pro­tu­bé­rances vian­dées du visible, elles en boivent le vin inter­lope et ori­fi­ciel jusqu'au tro­gnon, toutes liba­tions et man­du­ca­tions  de cette nature étant for­cé­ment sub­ver­sives". Mais Marcel Moreau situe éga­le­ment leur conni­vence : "Ses toiles, à ce diable d'homme, ont une odeur, de même que mes brouillons en ont une, mais ce n'est pas celle des pig­ments ran­cis, ni des encres refroi­dies. Leur effluve est plus cor­sé que ça, il a l'âcreté de nos tripes, de nos sécré­tions, de nos guerres intes­tines, par­fois d'un catch sans son chi­qué". Tout est dit et l'on ne s'étonne plus de ces lettres au ton par­ti­cu­lier.

    L'ouvrage est rigou­reux, la pré­face de Nathalie Jungerman éclaire la per­son­na­li­té de Moreau tout comme les notes de François-Marie Deyrolle, l'éditeur, apportent toutes les pré­ci­sions néces­saires sur les cir­cons­tances des lettres échan­gées par Moreau et Dubuffet. Il est aus­si agréa­ble­ment illus­tré. Le texte final de Marcel Moreau est réjouis­sant par sa tona­li­té par­ti­cu­lière : il ren­voie, mine de rien, à la place qu'ils n'auraient jamais dû quit­ter, tous ces artistes à la mode, poli­ti­que­ment cor­rects et faus­se­ment sub­ver­sifs qui ont l'oeil rivé en per­ma­nence sur leurs cotes res­pec­tives : celle des nou­veaux chiens de garde de la culture. Le style de Moreau est conta­gieux ! Comme disait Jean Dubuffet dans La Botte à Nique : "ivien can même tou­jour quec choze"

Lucien Wasselin a publié Aragon/​La fin et la forme chez Recours au Poème édi­teurs.

X