Jean-François Bory signe avec Ter­mi­nal lan­guage, un texte de poésie con­crète, écrit en anglais (non sans humour) dans lequel se mêlent des car­ac­tères de polices dif­férentes. Ce recueil a été pub­lié par les édi­tions Plaine page à l’occasion de la venue de Jean-François Bory au fes­ti­val Les Eau­di­tives.

Comme le dit Maryvonne Colom­bani dans le jour­nal Zibeline : « Jean-François Bory s’insurge con­tre le présent lan­gage de com­mu­ni­ca­tion inter­na­tion­al qui signe l’arrêt de mort de l’écriture… ». Le poème se présente avec un vocab­u­laire sim­ple qui rend ain­si aisée sa com­préhen­sion ; la répéti­tion de cer­tains vers crée un effet lanci­nant qui cor­re­spond bien à la poésie con­crète. C’est par­fois imprimé en blanc sur fonds noir (des papiers découpés et col­lés ?) ; les vers sont imprimés à l’horizontale, à la ver­ti­cale (il faut alors faire piv­ot­er le recueil), en oblique : ça mul­ti­plie les effets visuels et de sens.

 

Jean-François Bory, Terminal language, Éditions Plaine Page (Collection Calepins), 16 pages, 5 euros.

Jean-François Bory, Ter­mi­nal lan­guage, Édi­tions Plaine Page (Col­lec­tion Calepins), 16 pages, 5 euros.

 Sur com­mande aux édi­tions Plaine Page ; 83670 BARJOLS ou sur le site www.plainepage.com

Jean-François Bory est né en 1938 à Paris, il vit et tra­vaille (écrit) dans cette ville. Sa bib­li­ogra­phie est impres­sion­nante, tous gen­res con­fon­dus sur des sup­ports dif­férents. Il est à l’origine de nom­breuses expo­si­tions et lec­tures publiques, car la poésie con­crète peut se don­ner à voir et se dire. L’Ecole des loisirs le donne  comme un « suc­cesseur infidèle des avant-gardes des années 1920 ».

Qu’ajouter ? Jean-François Bory fait penser à Pierre Gar­nier (qui nous a quit­tés en début de févri­er 2014) ; il s’inscrit dans cette lignée : dénon­ci­a­tion de la com­mu­ni­ca­tion pour le pre­mier, cul­ture de l’émotion et de l’histoire pour le second…

 

mm

Lucien Wasselin

Il a pub­lié une ving­taine de livres (de poésie surtout) dont la moitié en livres d’artistes ou à tirage lim­ité. Présent dans plusieurs antholo­gies, il a été traduit en alle­mand et col­la­bore régulière­ment à plusieurs péri­odiques. Il est mem­bre du comité de rédac­tion de la revue de la Société des Amis de Louis Aragon et Elsa Tri­o­let, Faîtes Entr­er L’In­fi­ni, dans laque­lle il a pub­lié plusieurs arti­cles et études con­sacrés à Aragon. A sig­naler son livre écrit en col­lab­o­ra­tion avec Marie Léger, Aragon au Pays des Mines (suivi de 18 arti­cles retrou­vés d’Aragon), au Temps des Ceris­es en 2007. Il est aus­si l’au­teur d’un Ate­lier du Poème : Aragon/La fin et la forme, Recours au Poème éditeurs.