À Michel BAGLIN

 

Tes poèmes sont ces vagues qui con­tin­u­ent de remuer nos plages d’existence
nos laiss­es d’er­rances notre soif inex­tin­guible de partances

dans le creux de nos fatigues passagères
sur la crête de nos espoirs insatiables

nos immo­biles voyages

portés par LAlcool des vents*
inépuis­able, inaltérable
intarissable

 

Des chevelures se soulèvent au souf­fle de tes mots ‑épis fer­tiles sur nos champs d’inculture,
hen­nisse­ments sauvages sur­gis de nos crinières rebelles, alezans rétifs à suiv­re les cir­cu­laires de

                                                                                                                                                      manège…

enfants bâtards de nos chi­ennes d’en­fances en quête encore ou nos­tal­giques de caress­es offertes paume ten­drement tendue
‑jamais main menaçante au-dessus
de nos fronts ouverts sur la ten­dresse intérieure ne saurait nous don­ner la confiance
d’un regard doux comme celui que l’on pose muse­au fidèle sur les frères et sœurs de lait reconnus
d’in­stinct, au flair, à vie-

Les feux de naufrageurs” allumés par l’en­fance, Michel, sont sen­tinelles ardentes des frères poètes
recou­vrant de leur chaleur vac­il­lante mais vibrante
le dés­espoir agité par “nos croisières d’adultes

Aucun pavil­lon de com­plai­sance ni pavois de pos­ses­sions triomphantes
n’au­ront guidé tes convois
‑plutôt ta roulotte-cheminote
brin­que­bal­lant sur les rails du soleil
‑écliss­es roues ô lueurs du voyage-
sous nos car­cass­es sur nos ami­tiés sol­idaires en route par la voie minoritaire
avec
pour sol­de de tout compte l’aventure
cette hune hissée
vers nos ciels de cocagne

essieu huilé à la force
de nos poignets francs
de nos espoirs soudés / partagés

 

Je rends grâce à ma nais­sance qui m’a fait Noir, même si
ça ne se voit pas
”, écrivais-tu. “Arabe aus­si. Et Juif(…) Indi­en
(…)et dis­si­dent pour m’in­ven­ter des frères

Sit­ting Bull écriv­it dans une formule-sagesse
cette Nature que l’Homme oublie encore
ces peu­ples que l’Homme a décimés,
ce que l’Homme a su abîmer :
Quand ils auront coupé
le dernier arbre
pol­lué le dernier ruisseau
pêché le dernier poisson
Alors ils s’apercevront que l’argent
ne se mange pas

Écou­tons, Michel, la symphonie
du Nou­veau Monde
Tan­dis que Dvoràk
tran­scende les fron­tières de l’espace
Un poète inter­roge la lune
Mis­sion Apol­lo 11
Neil Arm­strong écoute la symphonie
du Nou­veau Monde d’Antonin
Dvoràk – Y voy­ait-il un Indien
sur la lune ?
Enta­mons le Voy­age Grand Tournesol,
Michel — Je fais aus­si peau neuve
Je suis peau noire
Rose des vents fleur de terre
Source vive et sans frontières

Tu écris encore
inti­mant douce­ment à la rose
‑remuant le feuillage
de nos pen­sées rétives
de nos rêves inachevés-
de continuer
d’éclairer
nos chemins d’aube claire
nos sentes d’aubépine

 

Tu écris ten­ant tête au silence établi
écar­tant le rideau de l’oubli
sur nos fenêtres
de l’éter­nel aujourd’hui

pour qu’advienne/revienne à qui le désirera
le poème ardent
enfoui
dans le ciel ébou­rif­fé de nos têtes
levé sous l’encre
par les oiseaux de la nuit
les oiseaux de la vie
par nos oiseaux de ligne

-Regarde, la voix de ton poème
Michel,
nous des­sine déjà un arc-en-ciel… 

 

 

 

mm

Murielle Compère-Demarcy

‣Je marche— poème marché/compté à lire à voix haute et dédié à Jacques DARRAS, éd. Encres Vives, 2014 ‣L’Eau-Vive des falais­es, éd. Encres Vives, 2014 ‣Coupure d’élec­tric­ité, éd. du Port d’At­tache, 2015 ‣La Falaise effritée du Dire, éd. du Petit Véhicule, Cahi­er d’art et de lit­téra­tures n°78 Chien­dents, 2015 ‣Trash fragilité (faux soleils & drones d’ex­is­tence), éd. du Cit­ron Gare, 2015 ‣Un cri dans le ciel, éd. La Porte, 2015 ‣Je Tu mon AlterÉ­goïste, éd. de l’Ecole Poly­tech­nique, Paris, 5e, 2016 ‣Sig­naux d’ex­is­tence suivi de La Petite Fille et la Pluie, éd. du Petit Véhicule, coll. de La Galerie de l’Or du Temps ; 2016 ‣Co-écri­t­ure du Chien­dents n°109 Il n’y a pas d’écri­t­ure heureuse, avec le poète-essay­iste Alain MARC, éd. du Petit Véhicule ; 2016 ‣Le Poème en marche suivi par Le Poème en résis­tance, éd. du Port d’Attache ; 2016 ‣Dans la course, hors cir­cuit, éd. Tar­mac, coll. Car­nets de Route ; 2017 ; réédi­tion aug­men­tée en 2018 ‣ Poème-Passe­port pour l’Exil, avec le poète et pho­tographe (“Poé­togra­phie”) Khaled YOUSSEF éd. Corps Puce, coll. Lib­erté sur Parole ; mai 2017 ‣ Nantes-Napoli, français-ital­iano tra­duc­tions de Nun­zia Amoroso, éd. du Petit Véhicule, Cahi­er d’art et de lit­téra­tures n°121, vol.2, Chien­dents, 2017 ‣ … dans la danse de Hurle-Lyre & de Hurlevent…, éd. Encres Vives, coll. Encres Blanch­es n°718, mai 2018 ‣ L’Oiseau invis­i­ble du Temps, éd. Hen­ry, coll. La Main aux poètes ; octo­bre 2018 ‣ Ate­lier Cau­da, clap ! et Illus­tra­tions in Pein­dre de Jacques Cau­da, éd. Tar­mac ; novem­bre 2018 [Trilo­gie Jacques Cau­da : LA TE LI ER et LES BERTHES, Z4 Edi­tions + PEINDRE, éd. Tar­mac] ‣ Alchimiste du soleil pul­vérisé, poème à Antonin Artaud, Z4 édi­teur, coll. « La diag­o­nale de l’écrivain » ; jan­vi­er 2019 ‣ Fenêtre ouverte sur la poésie de Luc Vidal, éd. du Petit Véhicule, coll « La Galerie de l’Or du Temps » ; 2019 ‣ Dans les Lan­des de Hurle-lyre, Z4 Edi­tions ; 2019 ‣ L’écorce rouge suivi de Prière pour Notre-Dame de Paris et de Hurlement, Z4 Edi­tions, coll. « Les 4 saisons » ; févri­er 2020 ‣ Voy­age Grand-Tour­nesol, Murielle Com­père-Demar­cy (MCDem.) / Khaled Youssef, avec la par­tic­i­pa­tion de Basia Miller, Pré­face de Chiara De Luca, éd. Z4 édi­tions ; sep­tem­bre 2020 Pub­li­ca­tions en revues : Nunc, Les Cahiers de Tin­bad, Cahiers inter­na­tionaux lit­téraires Phoenix, FPM-Fes­ti­val Per­ma­nent des Mots, Poésie/première, Ver­so, Décharge, Tra­ver­sées, Trac­tion-Bra­bant, La Passe, Mille et Un poètes (avec « Lignes d’écriture » des édi­tions Corps Puce), Nou­veaux Dél­its, Microbes, Comme en poésie, Poésie/Seine, Cabaret, Revue Con­cer­to pour marées et silence, Revue Méninge, … ; sur espaces numériques Pos­si­bles revue men­su­elle de poésie en ligne dirigée par Pierre Per­rin (n°36, n°44, n°47), Recours au poème, Terre à ciel, lelitteraire.com, Sitaudis.fr, Lev­ure lit­téraire, Le Cap­i­tal des Mots, Poésie en lib­erté, Ce qui reste, poe­siemusik, … Antholo­gies : “Sans abri”, éd. Janus, 2016 ; “Au Fes­ti­val de Con­cèze”, éd. Comme en Poésie, 2017 ; Poésie en lib­erté (antholo­gie numérique pro­gres­sive) en 2017 et 2018 ; “Tis­serands du monde”, Mai­son de la Poésie du Velay-Forez, 2018 ; citée dans Poésie et chan­son, stop aux a pri­ori ! de Matthias Vin­cenot, aux édi­tions For­tu­na (2017), … Rédac­trice à La Cause Lit­téraire, écrit des notes de lec­ture pour La Revue Lit­téraire (éd. Léo Scheer), Les Cahiers de Tin­bad, Tra­ver­sées, les Cahiers inter­na­tionaux de créa­tion lit­téraire Phoenix, Revues en ligne Poez­ibao, Recours au Poème en tant que con­tributrice régulière, Ter­res de femmes, Terre à ciel, Sitaudis.fr, Tex­ture, Zone Cri­tique, Lev­ure Lit­téraire, … Lec­tures publiques : Mai­son de la Poésie à Amiens ; Marché de la Poésie, Paris,6e ; Salon de la Revue (Hall des Blancs-Man­teaux dans le Marais, Paris 4e) ; dans le cadre des Mardis lit­téraires de Jean-Lou Guérin, Place Saint-Sulpice (Paris, 6e) ; Fes­ti­val 0 + 0 de la Butte-aux-Cailles, Paris 4e ; #Melt­ing Poètes à la Galerie de l’Entrepôt (Paris, 14e) ; auteure invitée aux Fes­ti­val de Mont­meyan (Haut-Var) [août 2016 + août 2018] ; au Fes­ti­val Le Mitan du Chemin à Camp-la-Source en avril 2017 /[Région PACA] ; au Fes­ti­val DécOU­VRIR-Con­cèze (Cor­rèze) en août 2018 ; poète invitée à L’Agora, Paris 14e pour une Lec­ture musi­cale & poé­tique – Soirée André Prod­homme (poète) & Alain Chapelain (musi­cien-poète), … Invitée du “Mer­cre­di du poète” ani­mé par Bernard Fournier, le 28 févri­er 2018, au François Cop­pée — 1, Bd de Mont­par­nasse, Paris 6e- présen­tée par Jacques Dar­ras. Lue par le comé­di­en Jacques Bon­naf­fé le 24.01.2017 sur France Cul­ture : https://www.franceculture.fr/emissions/jacques-bonnaffe-lit-la-poesie/courriers-papillons-24-jour-deux-poemes-de-front Son blog “Poésie en relec­tures” est ici : http://www.mcdem.simplesite.com