Olivier LARIZZA , L’exil

Écrire des poèmes de manière inin­ter­rom­pue, comme vivre. À che­val sur le réel et le rêve, comme Olivier Larizza a nour­ri le vif de son lyrisme à che­val sur deux conti­nents, le Grand Est et la Martinique (cf. Avant-Propos). Dans l’entre-deux de ce qui s’écarte des sen­tiers bat­tus, comme les auteurs ambi­tion­nés par les édi­tions Andersen +. L’exil consti­tue une sorte de jour­nal intime sous forme de poèmes incluant les années 2006-2009. Rédigé au long cours durant douze années entre Strasbourg et les Caraïbes.

Olivier LARIZZA, L’exil, , Andersen+ édi­tions ; 2016, 107 p., 8 €

L’ensemble de l’œuvre for­me­ra un trip­tyque, agen­ce­ment de trois tomes dont L’exil consti­tue le pre­mier volet. Si L’exils’étend de novembre 2006 à l’été 2009, L’Entre-Deuxcap­te­ra les années 2009-2010, La Mutation les années 2010-2014. L’alliance de la voix lyrique à celle plus objec­tive du docu­men­taire (docu­men­taire d’une vie, autre­ment dit auto­bio­gra­phie) donne corps à une sin­gu­la­ri­té éton­nante, confère une place à part à Olivier Larizza dont l’inventaire de la poé­sie fran­çaise contem­po­raine ébauche un état des lieux tout en expo­sant son “art poé­tique” dans une post­face-mani­feste rédi­gée en 2016.

D’entrée le rythme du poème entraîne « dans la moi/​teur de (l)a soli­tude » quand, « per­du », le nar­ra­teur-poète « (…) se retrouv(e) plan­té là nu/​d’amour et plein de froid (…) » alors que celle à qui il « n’arrive pas à dire/​tout le bleu-vert inon­dant son/​cœur chaque fois qu’elle/​plong(e) dans ses yeux » quitte les Antilles et le laisse seul avec son impos­si­bi­li­té d’avoir pu dire je t’aime. Alors, l’écriture se conçoit, l’Écrire est conçu, le fœtus du Verbe – de la parole poé­tique – accro­ché aux parois de la res­pi­ra­tion du Vivre : 

 

Alors il prit sa pieuvre pitoyable plume &
 comme un train fou il glis­sa
lui le han­té des mots et il mit
tout son far­deau para­doxe per­ma­nent
dans une impro­bable poé­sie une nuit
où elle avait pris l’avion quit­tant le pays
du soleil où le cré­pus­cule majes­tu
eux & magen­ta se meurt et le tue
depuis lors.

Le leit­mo­tiv du « Paris-Tambouctou », « Paris-Tambouctou », « ParisTambouctou »… de Blaise Cendrars revient à l’oreille de notre sou­ve­nir ici où le voyage est de Strasbourg à Fort-de-France aller-retour, et  comme un rythme de prose du trans­si­bé­rien sai­sit le lec­teur plon­gé in media res, à peine pos­té sur le tar­mac du recueil. Une nou­velle syn­taxe du réel appa­raît au cœur même des mots, miroirs de ce qui fragmente/​se défrag­mente dans la vie, dans le cours de ses (par-)chemins à la fois palimp­sestes de l’imprévu/de l’imprévisible et décons­truc­tions en per­pé­tuelle recom­men­ce­ment de ses édi­fices, pour que puisse se réin­ven­ter en se refor­mu­lant, le lan­gage du réel, le réel du lan­gage : le Verbe de L’exil pour que tout recom­mence.

Se dis­loque « l’impossible rivage » comme est tra­ver­sé l’auteur -de la tête aux pieds, écharde encore debout dan­sant sur l’étincelle- par « l’improbable poé­sie ».

Olivier Larizza, L’Entre-deux, Andersen édi­tions, Paris.

Quelque chose indu­bi­ta­ble­ment rap­pelle la voix du fan­tai­siste lunaire si sin­gu­lier poète Jean-Paul Klée et sa « poë­sie » accro­chée aus­si à ne pas se voir som­brer avec le monde via la falaise effri­tée du réel et du Dire qui s’érode comme « le cœur qui fond se décom­pos(e) ».

Le regard poé­tique dans cette enver­gure où s’allume et dure le moteur des édi­tions Andersen + est de feu puis­sant, à cou­per le souffle dans un phra­sé ardent. “Et (même si) l’insatisfaction per­dure“, la “ful­gu­rance du soir” veille, source sou­ter­raine, à l’instar des « pêcheurs d’éternité » guet­tant leurs pois­sons dorés, loin des « poètes (qui) marinent dans la/​ com­plai­sance l’obtenu le com­pas­sé ».

 

Jean-Paul KLÉE, Kathédralí

La “Préface à une fan­tai­sie-miracle” signée par l’écrivain Olivier Larriza, par ailleurs cher­cheur en lit­té­ra­ture anglaise et pro­fes­seur à l’Université de Toulon, nous pré­vient de la gran­deur splen­dide de ce nou­vel édi­fice éri­gé par le “lunaire” et si sin­gu­lier poète éblouis­sant et fan­tai­siste Jean-Paul Klée : « Ce poème nous rédi­me­ra-t-il ? Lisez-le. Laissez-vous trou­bler par cette cathé­drale vir­tuelle, sorte de Palais idéal -curieux & mer­veilleux bric-à-brac d’un archi­tecte fol­le­ment ins­pi­ré. Appréciez son infi­nie varié­té, ses bizar­re­ries baroques, ses drô­le­ries gothiques, la vibra­tion du plus infime vitrail et de la plus géniale fer­veur. Celle aus­si bien sûr de la mys­tique (catho­lique) et du coeur d’un homme qui, à l’image d’un Wordworth, écrit de la poé­sie pour par­ler aux hommes ».

 

Nous voi­ci à Strasbourg, ber­ceau natal et natif du poète,

 

                                                                      Strasbourid’impériale mémo­ry oh l’idéa-
                                                                      le cité par­fu­méed’angélisme (…)

où, chante le poète,

 

                                                                      (…) ce soir-là j’étais assis là,
                                                                      au pié de l’énormité nom­mée KATHÉ-
                                                                      DRALI (pas de soleil ni d’eau plu­vi-
                                                                      euse qui mouille­rait notre dos) J’ai lon­gé
                                                                      le por­tail St-Laurent (…)

 

où, l’on trouve d’entrée toute la fan­tai­sie dans la forme : ortho­graphe de sang neuf, lexique revi­si­té, langue per­son­na­li­sée melée de traits dia­lec­taux, d’emploi nor­ma­li­sé-ancien-moderne, com­bi­nant les registres (ain­si « volup­té » flirte avec « vache­ment »), enjouant la langue dans son expres­si­vi­té (ponc­tua­tions expres­sives, élans lyriques syn­co­pés, …) où, le  temps  contem­pla­tif croise  ses  lignes d’envergure avec  un pré­sent actif & vivant à l’aune  de l’ « énor­mi­té » de l’edifice, « mons­trueux mas­sif de/​ pier­re­ries & d’absolu ». Cette cathé­drale figure la vie ardem­ment et tota­le­ment tra­ver­sée par le poète J.-P. Klée, en ses flam­boyances (fer­veur & ful­gu­rances) fixées par l’Ecrire comme les pierres parlent en chaque cen­ti­mètre cube rayon­nant du « plus haut monu­ment du monde ». L’écriture de J.-P. Klée est à l’instar de sa « cathé­drale vir­tuelle » (archi­tex­ture in pro­gress) édi­fiée « à coups de burin et de folie », « pro­dige d’invention, de puis­sance et de grâce rose qu’il faut voir(qu’il faut« lire », concer­nant l’Oeuvre « énaurme » de Jean-Paul Klée) pour le croire et dont aucun mot ne pour­rait jamais rendre compte… » Posture névralgique/​stratégique/​épique para­doxale donc que d’écrire cette Kathédralí, de même que nous jubi­lons à nous (é-)mouvoir dans ses hautes lignes de mots mon­tés sur intel­li­gence fine, fan­tai­sie, diver­ga­tions, dans la lumière démen­tielle (démen­cielle) de ses « che­vaux du JOUR (qui) monte(nt) par­mi la/​bana­li­té du Ciel ».

La beau­té gothique qu’est la cathé­drale de Strabourg, mer­veille de grâce rose, fine fleur de pierre éle­vant ses racines comme celles d’une huma­ni­té spi­ri­tuelle, visant la cime ver­ti­gi­neuse, cher­chant  le ciel de ses « yeux de pierre » par vitraux et ver­rières, cris­tal­lise un vœu pieux for­mu­lé depuis que l’Homme “civi­li­sé” existe : qu’advienne un huma­nisme au coeur du monde comme rosace de ses bifur­ca­tions. Monde ébou­lé dans sa genèse dans des ravins de pertes en hommes tués à la tâche de la construc­tion de ses cathé­drales méta­pho­riques ; ébou­lé dans ses mas­sacres : « (…) mais d’issi-là (hélas),/​quels mas­sacres nous sai­si­ront & quels/​nou­veaux bom­bar­diers feront-ils/​sai­gner LE CIEL encore une fois ?… » …  mais monde rele­vé par les prières de mains orantes tou­jours à l’oeuvre pour que demeure, vierge, le palimp­seste de son écri­ture fon­da­trice, cyclique, rédemp­trice, de « l’encre-ci » d’un poète-là, vivant par­mi la pluie et le beau temps pour en jouer la vie aus­si vraie qu’elle se vit abso­lue, dans l’éternité d’écrire ; 

Jean-Paul KLÉE, Kathédralí,, édi­tions Andersen, 2018

rele­vé par la force éblouis­sante mys­té­rieuse d’une voix dres­sée depuis l’autel modé­rée d’une foi intacte en l’Homme -voix non pas tour­née inté­gra­le­ment vers la foi reli­gieuse (d’ailleurs le poète s’interroge : « Nous sau­ve­ront-ils ces/​Empereurs à che­val que notre sou­ve­nir/​ne nomme plus ? »), ni voix tota­le­ment tour­née vers le bruit du monde (que Klée appelle ailleurs en ses coauacs historiques/​humanitaires : « mer­doyance », en réso­nance peut-être avec ces déchets-rejets-déchets en ce monde-ci contem­po­rain si luxu­riants…), mais voix ver­sée dans le poème de l’éternité, « nour­ri­ture d’ambroisie » don­nant jou­vence à la parole :

 

                                                                       (…)                          –Bientôt le temps
                                                                      me fera-t-il défaut & la vue se brou-
                                                                      ille­ra, les genoux concas­se­ront (mais
                                                                     ma parole res­te­ra
                                                                     jusqu’au der­nier jour)

 

Confidences” d’un livre-fon­da­teur, cette ” bible” de Jean-Paul Klée réen­fante le poète en même temps qu’il déroule le par­che­min d’une Humanité vue dans son dédale de clairs-obs­curs, de « mas­sacres », de faits tis­sés dérou­lés dans la grande tapis­se­rie du monde et sous nos yeux, comme les « yeux de pierre » d’une cathé­drale peuvent gar­der traces/​stigmates/​cicatrices du temps qui passe, tra­ver­sé par les Hommes. En même temps qu’il réen­gendre le Livre des livres en le réécri­vant en ses artères, ses veines, en quelques évan­giles revi­si­tés de pseu­dos-saints, à l’assaut impé­tueux d’aller y voir sans jamais en finir, puisque l’Arbre en sa sève de sur­vi­vance approche à la cime ce qu’il aspire sans fin à tou­cher : l’originelle éter­ni­té….

 

mm

Murielle Compère-Demarcy

Bibliographie

  • Je marche — , poème marché/​compté à lire à voix haute et dédié à Jacques DARRAS, éd. Encres Vives, 2014
  • L’Eau-Vive des falaises, éd. Encres Vives, 2014
  • Coupure d’électricité, éd. du Port d’Attache, 2015
  • La Falaise effri­tée du Dire, éd. du Petit Véhicule, Cahier d’art et de lit­té­ra­tures n°78 Chiendents, 2015
  • Trash fra­gi­li­té (faux soleils & drones d’existence), éd. du Citron Gare, 2015
  • Un cri dans le ciel, éd. La Porte, 2015
  • Je Tu mon AlterÉgoïste, éd. de l’Ecole Polytechnique, Paris, 5e, 2016
  • Signaux d’existence sui­vi de La Petite Fille et la Pluie, éd. du Petit Véhicule, coll. de La Galerie de l’Or du Temps ; 2016
  • Co-écri­ture du Chiendents n°109 :  Il n’y a pas d’écriture heu­reuse, avec le poète-essayiste Alain MARC, éd. du Petit Véhicule ; 2016
  • Le Poème en marche sui­vi par Le Poème en résis­tance, éd. du Port d’Attache ; 2016
  • Dans la course, hors cir­cuit, éd. Tarmac, coll. Carnets de Route ; 2017 ; réédi­tion aug­men­tée en 2018
  • Poème-Passeport pour l’Exil, avec le poète et pho­to­graphe (“Poétographie”) Khaled YOUSSEF éd. Corps Puce, coll. Liberté sur Parole ; mai 2017
  • Nantes-Napoli, fran­çais-ita­lia­no tra­duc­tions de Nunzia Amoroso, éd. du Petit Véhicule, Cahier d’art et de lit­té­ra­tures n°121, vol.2, Chiendents, 2017
  • …dans la danse de Hurle-Lyre & de Hurlevent…, éd. Encres Vives, coll. Encres Blanches n°718, 2018

 

Voir la fiche com­plète de l’auteur