Olivi­er LARIZZA , L’exil

Écrire des poèmes de manière inin­ter­rompue, comme vivre. À cheval sur le réel et le rêve, comme Olivi­er Lar­iz­za a nour­ri le vif de son lyrisme à cheval sur deux con­ti­nents, le Grand Est et la Mar­tinique (cf. Avant-Pro­pos). Dans l’entre-deux de ce qui s’écarte des sen­tiers bat­tus, comme les auteurs ambi­tion­nés par les édi­tions Ander­sen +. L’exil con­stitue une sorte de jour­nal intime sous forme de poèmes inclu­ant les années 2006–2009. Rédigé au long cours durant douze années entre Stras­bourg et les Caraïbes.

Olivi­er LARIZZA, L’exil, , Ander­sen+ édi­tions ; 2016, 107 p., 8 €

L’ensemble de l’œuvre for­mera un trip­tyque, agence­ment de trois tomes dont L’exil con­stitue le pre­mier volet. Si L’exils’étend de novem­bre 2006 à l’été 2009, L’Entre-Deuxcaptera les années 2009–2010, La Muta­tion les années 2010–2014. L’alliance de la voix lyrique à celle plus objec­tive du doc­u­men­taire (doc­u­men­taire d’une vie, autrement dit auto­bi­ogra­phie) donne corps à une sin­gu­lar­ité éton­nante, con­fère une place à part à Olivi­er Lar­iz­za dont l’inventaire de la poésie française con­tem­po­raine ébauche un état des lieux tout en exposant son “art poé­tique” dans une post­face-man­i­feste rédigée en 2016.

D’entrée le rythme du poème entraîne « dans la moi/teur de (l)a soli­tude » quand, « per­du », le nar­ra­teur-poète « (…) se retrouv(e) plan­té là nu/d’amour et plein de froid (…) » alors que celle à qui il « n’arrive pas à dire/tout le bleu-vert inon­dant son/cœur chaque fois qu’elle/plong(e) dans ses yeux » quitte les Antilles et le laisse seul avec son impos­si­bil­ité d’avoir pu dire je t’aime. Alors, l’écriture se conçoit, l’Écrire est conçu, le fœtus du Verbe — de la parole poé­tique — accroché aux parois de la res­pi­ra­tion du Vivre : 

 

Alors il prit sa pieu­vre pitoy­able plume &
 comme un train fou il glissa
lui le han­té des mots et il mit
tout son fardeau para­doxe permanent
dans une improb­a­ble poésie une nuit
où elle avait pris l’avion quit­tant le pays
du soleil où le cré­pus­cule majestu
eux & magen­ta se meurt et le tue
depuis lors.

Le leit­mo­tiv du « Paris-Tam­bouc­tou », « Paris-Tam­bouc­tou », « Paris-Tam­bouc­tou »… de Blaise Cen­drars revient à l’oreille de notre sou­venir ici où le voy­age est de Stras­bourg à Fort-de-France aller-retour, et  comme un rythme de prose du transsi­bérien saisit le lecteur plongé in media res, à peine posté sur le tar­mac du recueil. Une nou­velle syn­taxe du réel appa­raît au cœur même des mots, miroirs de ce qui fragmente/se défrag­mente dans la vie, dans le cours de ses (par-)chemins à la fois palimpses­tes de l’imprévu/de l’imprévisible et décon­struc­tions en per­pétuelle recom­mence­ment de ses édi­fices, pour que puisse se réin­ven­ter en se refor­mu­lant, le lan­gage du réel, le réel du lan­gage : le Verbe de L’exil pour que tout recommence.

Se dis­loque « l’impossible rivage » comme est tra­ver­sé l’auteur ‑de la tête aux pieds, écharde encore debout dansant sur l’étincelle- par « l’improbable poésie ».

Olivi­er Lar­iz­za, L’En­tre-deux, Ander­sen édi­tions, Paris.

Quelque chose indu­bitable­ment rap­pelle la voix du fan­tai­siste lunaire si sin­guli­er poète Jean-Paul Klée et sa « poësie » accrochée aus­si à ne pas se voir som­br­er avec le monde via la falaise effritée du réel et du Dire qui s’érode comme « le cœur qui fond se décom­pos(e) ».

Le regard poé­tique dans cette enver­gure où s’allume et dure le moteur des édi­tions Ander­sen + est de feu puis­sant, à couper le souf­fle dans un phrasé ardent. “Et (même si) l’insatisfaction per­dure”, la “ful­gu­rance du soir” veille, source souter­raine, à l’instar des « pêcheurs d’éternité » guet­tant leurs pois­sons dorés, loin des « poètes (qui) mari­nent dans la/ com­plai­sance l’obtenu le com­passé ».

 

Jean-Paul KLÉE, Kathédralí

La “Pré­face à une fan­taisie-mir­a­cle” signée par l’écrivain Olivi­er Lar­riza, par ailleurs chercheur en lit­téra­ture anglaise et pro­fesseur à l’Université de Toulon, nous prévient de la grandeur splen­dide de ce nou­v­el édi­fice érigé par le “lunaire” et si sin­guli­er poète éblouis­sant et fan­tai­siste Jean-Paul Klée : « Ce poème nous rédimera-t-il ? Lisez-le. Lais­sez-vous trou­bler par cette cathé­drale virtuelle, sorte de Palais idéal ‑curieux & mer­veilleux bric-à-brac d’un archi­tecte folle­ment inspiré. Appré­ciez son infinie var­iété, ses bizarreries baro­ques, ses drô­leries goth­iques, la vibra­tion du plus infime vit­rail et de la plus géniale fer­veur. Celle aus­si bien sûr de la mys­tique (catholique) et du coeur d’un homme qui, à l’image d’un Word­worth, écrit de la poésie pour par­ler aux hommes ».

 

Nous voici à Stras­bourg, berceau natal et natif du poète,

 

                                                                      Stras­bourid’impériale mémory oh l’idéa-
                                                                      le cité par­fuméed’angélisme (…)

où, chante le poète,

 

                                                                      (…) ce soir-là j’étais assis là,
                                                                      au pié de l’énormité nom­mée KATHÉ-
                                                                      DRALI (pas de soleil ni d’eau pluvi-
                                                                      euse qui mouillerait notre dos) J’ai longé
                                                                      le por­tail St-Laurent (…)

 

où, l’on trou­ve d’entrée toute la fan­taisie dans la forme : orthographe de sang neuf, lex­ique revis­ité, langue per­son­nal­isée melée de traits dialec­taux, d’emploi nor­mal­isé-ancien-mod­erne, com­bi­nant les reg­istres (ain­si « volup­té » flirte avec « vache­ment »), enjouant la langue dans son expres­siv­ité (ponc­tu­a­tions expres­sives, élans lyriques syn­copés, …) où, le  temps  con­tem­platif croise  ses  lignes d’envergure avec  un présent act­if & vivant à l’aune  de l’ « énor­mité » de l’edifice, « mon­strueux mas­sif de/ pier­reries & d’absolu ». Cette cathé­drale fig­ure la vie ardem­ment et totale­ment tra­ver­sée par le poète J.-P. Klée, en ses flam­boy­ances (fer­veur & ful­gu­rances) fixées par l’Ecrire comme les pier­res par­lent en chaque cen­timètre cube ray­on­nant du « plus haut mon­u­ment du monde ». L’écriture de J.-P. Klée est à l’instar de sa « cathé­drale virtuelle » (archi­tex­ture in progress) édi­fiée « à coups de burin et de folie », « prodi­ge d’invention, de puis­sance et de grâce rose qu’il faut voir(qu’il faut« lire », con­cer­nant l’Oeuvre « énau­rme » de Jean-Paul Klée) pour le croire et dont aucun mot ne pour­rait jamais ren­dre compte… » Pos­ture névralgique/stratégique/épique para­doxale donc que d’écrire cette Kathé­dralí, de même que nous jubilons à nous (é-)mouvoir dans ses hautes lignes de mots mon­tés sur intel­li­gence fine, fan­taisie, diver­ga­tions, dans la lumière démen­tielle (démen­cielle) de ses « chevaux du JOUR (qui) monte(nt) par­mi la/banal­ité du Ciel ».

La beauté goth­ique qu’est la cathé­drale de Stra­bourg, mer­veille de grâce rose, fine fleur de pierre éle­vant ses racines comme celles d’une human­ité spir­ituelle, visant la cime ver­tig­ineuse, cher­chant  le ciel de ses « yeux de pierre » par vit­raux et ver­rières, cristallise un vœu pieux for­mulé depuis que l’Homme “civil­isé” existe : qu’advienne un human­isme au coeur du monde comme rosace de ses bifur­ca­tions. Monde éboulé dans sa genèse dans des ravins de pertes en hommes tués à la tâche de la con­struc­tion de ses cathé­drales métaphoriques ; éboulé dans ses mas­sacres : « (…) mais d’issi-là (hélas),/quels mas­sacres nous saisiront & quels/nou­veaux bom­bardiers fer­ont-ils/saign­er LE CIEL encore une fois ?… » …  mais monde relevé par les prières de mains orantes tou­jours à l’oeuvre pour que demeure, vierge, le palimpses­te de son écri­t­ure fon­da­trice, cyclique, rédemptrice, de « l’encre-ci » d’un poète-là, vivant par­mi la pluie et le beau temps pour en jouer la vie aus­si vraie qu’elle se vit absolue, dans l’éternité d’écrire ; 

Jean-Paul KLÉE, Kathé­dralí„ édi­tions Ander­sen, 2018

relevé par la force éblouis­sante mys­térieuse d’une voix dressée depuis l’autel mod­érée d’une foi intacte en l’Homme ‑voix non pas tournée inté­grale­ment vers la foi religieuse (d’ailleurs le poète s’interroge : « Nous sauveront-ils ces/Empereurs à cheval que notre sou­venir/ne nomme plus ? »), ni voix totale­ment tournée vers le bruit du monde (que Klée appelle ailleurs en ses coauacs historiques/humanitaires : « mer­doy­ance », en réso­nance peut-être avec ces déchets-rejets-déchets en ce monde-ci con­tem­po­rain si lux­u­ri­ants…), mais voix ver­sée dans le poème de l’éternité, « nour­ri­t­ure d’ambroisie » don­nant jou­vence à la parole :

 

                                                                       (…)                          –Bien­tôt le temps
                                                                      me fera-t-il défaut & la vue se brou-
                                                                      illera, les genoux con­casseront (mais
                                                                     ma parole restera
                                                                     jusqu’au dernier jour)

 

Con­fi­dences” d’un livre-fon­da­teur, cette ” bible” de Jean-Paul Klée réen­fante le poète en même temps qu’il déroule le par­chemin d’une Human­ité vue dans son dédale de clairs-obscurs, de « mas­sacres », de faits tis­sés déroulés dans la grande tapis­serie du monde et sous nos yeux, comme les « yeux de pierre » d’une cathé­drale peu­vent garder traces/stigmates/cicatrices du temps qui passe, tra­ver­sé par les Hommes. En même temps qu’il réen­gen­dre le Livre des livres en le réécrivant en ses artères, ses veines, en quelques évangiles revis­ités de pseu­dos-saints, à l’assaut impétueux d’aller y voir sans jamais en finir, puisque l’Arbre en sa sève de sur­vivance approche à la cime ce qu’il aspire sans fin à touch­er : l’originelle éternité….

 

mm

Murielle Compère-Demarcy

‣Je marche— poème marché/compté à lire à voix haute et dédié à Jacques DARRAS, éd. Encres Vives, 2014 ‣L’Eau-Vive des falais­es, éd. Encres Vives, 2014 ‣Coupure d’élec­tric­ité, éd. du Port d’At­tache, 2015 ‣La Falaise effritée du Dire, éd. du Petit Véhicule, Cahi­er d’art et de lit­téra­tures n°78 Chien­dents, 2015 ‣Trash fragilité (faux soleils & drones d’ex­is­tence), éd. du Cit­ron Gare, 2015 ‣Un cri dans le ciel, éd. La Porte, 2015 ‣Je Tu mon AlterÉ­goïste, éd. de l’Ecole Poly­tech­nique, Paris, 5e, 2016 ‣Sig­naux d’ex­is­tence suivi de La Petite Fille et la Pluie, éd. du Petit Véhicule, coll. de La Galerie de l’Or du Temps ; 2016 ‣Co-écri­t­ure du Chien­dents n°109 Il n’y a pas d’écri­t­ure heureuse, avec le poète-essay­iste Alain MARC, éd. du Petit Véhicule ; 2016 ‣Le Poème en marche suivi par Le Poème en résis­tance, éd. du Port d’Attache ; 2016 ‣Dans la course, hors cir­cuit, éd. Tar­mac, coll. Car­nets de Route ; 2017 ; réédi­tion aug­men­tée en 2018 ‣ Poème-Passe­port pour l’Exil, avec le poète et pho­tographe (“Poé­togra­phie”) Khaled YOUSSEF éd. Corps Puce, coll. Lib­erté sur Parole ; mai 2017 ‣ Nantes-Napoli, français-ital­iano tra­duc­tions de Nun­zia Amoroso, éd. du Petit Véhicule, Cahi­er d’art et de lit­téra­tures n°121, vol.2, Chien­dents, 2017 ‣ … dans la danse de Hurle-Lyre & de Hurlevent…, éd. Encres Vives, coll. Encres Blanch­es n°718, mai 2018 ‣ L’Oiseau invis­i­ble du Temps, éd. Hen­ry, coll. La Main aux poètes ; octo­bre 2018 ‣ Ate­lier Cau­da, clap ! et Illus­tra­tions in Pein­dre de Jacques Cau­da, éd. Tar­mac ; novem­bre 2018 [Trilo­gie Jacques Cau­da : LA TE LI ER et LES BERTHES, Z4 Edi­tions + PEINDRE, éd. Tar­mac] ‣ Alchimiste du soleil pul­vérisé, poème à Antonin Artaud, Z4 édi­teur, coll. « La diag­o­nale de l’écrivain » ; jan­vi­er 2019 ‣ Fenêtre ouverte sur la poésie de Luc Vidal, éd. du Petit Véhicule, coll « La Galerie de l’Or du Temps » ; 2019 ‣ Dans les Lan­des de Hurle-lyre, Z4 Edi­tions ; 2019 ‣ L’écorce rouge suivi de Prière pour Notre-Dame de Paris et de Hurlement, Z4 Edi­tions, coll. « Les 4 saisons » ; févri­er 2020 ‣ Voy­age Grand-Tour­nesol, Murielle Com­père-Demar­cy (MCDem.) / Khaled Youssef, avec la par­tic­i­pa­tion de Basia Miller, Pré­face de Chiara De Luca, éd. Z4 édi­tions ; sep­tem­bre 2020 Pub­li­ca­tions en revues : Nunc, Les Cahiers de Tin­bad, Cahiers inter­na­tionaux lit­téraires Phoenix, FPM-Fes­ti­val Per­ma­nent des Mots, Poésie/première, Ver­so, Décharge, Tra­ver­sées, Trac­tion-Bra­bant, La Passe, Mille et Un poètes (avec « Lignes d’écriture » des édi­tions Corps Puce), Nou­veaux Dél­its, Microbes, Comme en poésie, Poésie/Seine, Cabaret, Revue Con­cer­to pour marées et silence, Revue Méninge, … ; sur espaces numériques Pos­si­bles revue men­su­elle de poésie en ligne dirigée par Pierre Per­rin (n°36, n°44, n°47), Recours au poème, Terre à ciel, lelitteraire.com, Sitaudis.fr, Lev­ure lit­téraire, Le Cap­i­tal des Mots, Poésie en lib­erté, Ce qui reste, poe­siemusik, … Antholo­gies : “Sans abri”, éd. Janus, 2016 ; “Au Fes­ti­val de Con­cèze”, éd. Comme en Poésie, 2017 ; Poésie en lib­erté (antholo­gie numérique pro­gres­sive) en 2017 et 2018 ; “Tis­serands du monde”, Mai­son de la Poésie du Velay-Forez, 2018 ; citée dans Poésie et chan­son, stop aux a pri­ori ! de Matthias Vin­cenot, aux édi­tions For­tu­na (2017), … Rédac­trice à La Cause Lit­téraire, écrit des notes de lec­ture pour La Revue Lit­téraire (éd. Léo Scheer), Les Cahiers de Tin­bad, Tra­ver­sées, les Cahiers inter­na­tionaux de créa­tion lit­téraire Phoenix, Revues en ligne Poez­ibao, Recours au Poème en tant que con­tributrice régulière, Ter­res de femmes, Terre à ciel, Sitaudis.fr, Tex­ture, Zone Cri­tique, Lev­ure Lit­téraire, … Lec­tures publiques : Mai­son de la Poésie à Amiens ; Marché de la Poésie, Paris,6e ; Salon de la Revue (Hall des Blancs-Man­teaux dans le Marais, Paris 4e) ; dans le cadre des Mardis lit­téraires de Jean-Lou Guérin, Place Saint-Sulpice (Paris, 6e) ; Fes­ti­val 0 + 0 de la Butte-aux-Cailles, Paris 4e ; #Melt­ing Poètes à la Galerie de l’Entrepôt (Paris, 14e) ; auteure invitée aux Fes­ti­val de Mont­meyan (Haut-Var) [août 2016 + août 2018] ; au Fes­ti­val Le Mitan du Chemin à Camp-la-Source en avril 2017 /[Région PACA] ; au Fes­ti­val DécOU­VRIR-Con­cèze (Cor­rèze) en août 2018 ; poète invitée à L’Agora, Paris 14e pour une Lec­ture musi­cale & poé­tique – Soirée André Prod­homme (poète) & Alain Chapelain (musi­cien-poète), … Invitée du “Mer­cre­di du poète” ani­mé par Bernard Fournier, le 28 févri­er 2018, au François Cop­pée — 1, Bd de Mont­par­nasse, Paris 6e- présen­tée par Jacques Dar­ras. Lue par le comé­di­en Jacques Bon­naf­fé le 24.01.2017 sur France Cul­ture : https://www.franceculture.fr/emissions/jacques-bonnaffe-lit-la-poesie/courriers-papillons-24-jour-deux-poemes-de-front Son blog “Poésie en relec­tures” est ici : http://www.mcdem.simplesite.com