> France Burghelle Rey, Combat

France Burghelle Rey, Combat

2018-02-04T18:00:44+00:00

 

Pas de ven­danges dans nos villes mais pour la paix des chants des morts à ramas­ser et nous mouillons nos lèvres pour pou­voir bien sif­fler

 

A défaut de nos cloches quand nous tirions leurs cordes je chante même si rauque est ma voix comme le cœur est usé

 

Car demain chante aus­si tracts sur la bas­tille pétards sur la place voi­ci nos villes brû­lantes quand août enfin est là

 

Guillaume coupe le cou au soleil vincent des­sine le ciel tous les deux prennent les armes je n’ai plus mal sans mon vil­lage

 

J’ai bien fait de ran­ger mes ifs et mon vélo et marche et crie dans la pous­sière de ce nou­veau midi

 

Et je vais de l’avant avec mes cou­leurs elles coulent du pin­ceau sur des affiches qui font beau­coup de bruit

 

Ni aveugles ni muets nous n’avons plus cette peur de tom­ber dans la neige comme est tom­bé Robert Walser

 

Au-des­sus de nos têtes il y a cette lumière bleue fête de nos mémoires nous nous sou­ve­nons déjà au pas au pas cama­rades à l’unisson mar­chons

 

Pavés des grands bou­le­vards où nous ouvrons nos bouches pour ces enfants qui écou­te­ront un jour

 

L’histoire de notre Histoire loin des petites rues nous usons nos semelles pour y cla­mer nos grandes idées

 

Avant le cré­pus­cule que je mérite j’attends cette nuit depuis l’âge de quinze ans il a sui­vi la même route je pense le savoir

Présentation de l’auteur

France Burghelle Rey

France Burghelle Rey enseigne les lettres clas­siques. Elle est membre de l’Association des Amis de Jean Cocteau, du P.E.N. Club fran­çais.

La poé­sie semble bien son mode pri­vi­lé­gié d’expression car elle a tou­jours recher­ché la conci­sion et l’ellipse à la limite du silence.

Mais le besoin impé­ra­tif de musique, règle d’or, à son sens, de l’émotion poé­tique, explique la rédac­tion récente de ver­sets dans deux recueils inédits, Les Tesselles du jour et Patiences.

Textes parus et à paraître dans une ving­taine de revues.

 

France Burghelle Rey

Elle a écrit une dizaine de recueils  dont quatre sont publiés chez Encres Vives, coll. Encres Blanches : Odyssée en double, La Fiancée du silence, L’Orpailleur, Le Bûcher du phé­nix,  Lyre en double aux édi­tions Interventions à Haute voix, 2010 et Révolution chez La Porte,2013. Pour un texte du Chant de l’enfance, inédit, elle a obte­nu le prix Blaise Cendrars et pour L’Un contre l’autre, Gegenüber, a été fina­liste du prix Max-Pol Fouchet.   

Elle col­la­bore avec des peintres et notam­ment avec Georges Badin  pour des livres d’artistes.
http://​france​.bur​ghel​le​rey​.over​-blog​.com/#

Notes cri­tiques dans de nom­breuses revues comme Place de la Sorbonne, Recours au Poème, Lieux d’être, Cahiers du Sens, Terres de Femmes, Trace de poète, Littérales, Diérèse

 

Autres lec­tures

Sommaires