> France Burghelle Rey, Victoire

France Burghelle Rey, Victoire

2018-02-04T18:01:16+00:00

 

Et elle s’introduit en moi pour entendre les cris écho sur la bas­tille elle croit en la vic­toire en pen­sant à l’ ave­nir

Dans l’attente je marche et cha­cun de mes pas repousse la fron­tière bien­tôt il n’y a plus d’ombre midi est au soleil

De notre terre d’accueil dont l’heure est à la paix je ferme alors l’écran court-cir­cuit dans l’ordi et passe à autre chose

Science-fic­tion que je hais j’avoue aimer l’avenir puisqu’il n’y a plus de guerre mais plein de beaux enfants

Nos filles les adoptent qui veulent vivre en Syrie aller jusqu’en Iraq et moi je me sou­viens j’étais jeune au Liban

Les com­bats ter­mi­nés je ne reste pas cou­ché retourne à mon mou­lin pour en tour­ner la roue il n’y a plus de poi­son dans l’eau de la rivière

Et celle de la pluie je n’en ai plus besoin car le sang ne pisse plus et les rues de nos villes sont calmes comme mon vil­lage

Chance de nos heures nou­velles nous jouons de nou­veau dans l’air de la paix nos mains forment des cercles et moi je me sou­viens

Je fabrique un panier pour cueillir ma lavande cou­leur de vincent et forme un beau  bou­quet à l’odeur de la gloire

 

Quand ils m’ont regar­dé le jour de la vic­toire j’ai ran­gé mon car­net et j’ai sif­flé guillaume c’était l’heure de minuit

 

Je touche à l’impossible pas tué par la fatigue puis retourne à la vigne où j’emmène ces sol­dats qui ont gagné la paix

Présentation de l’auteur

France Burghelle Rey

France Burghelle Rey enseigne les lettres clas­siques. Elle est membre de l’Association des Amis de Jean Cocteau, du P.E.N. Club fran­çais.

La poé­sie semble bien son mode pri­vi­lé­gié d’expression car elle a tou­jours recher­ché la conci­sion et l’ellipse à la limite du silence.

Mais le besoin impé­ra­tif de musique, règle d’or, à son sens, de l’émotion poé­tique, explique la rédac­tion récente de ver­sets dans deux recueils inédits, Les Tesselles du jour et Patiences.

Textes parus et à paraître dans une ving­taine de revues.

 

France Burghelle Rey

Elle a écrit une dizaine de recueils  dont quatre sont publiés chez Encres Vives, coll. Encres Blanches : Odyssée en double, La Fiancée du silence, L’Orpailleur, Le Bûcher du phé­nix,  Lyre en double aux édi­tions Interventions à Haute voix, 2010 et Révolution chez La Porte,2013. Pour un texte du Chant de l’enfance, inédit, elle a obte­nu le prix Blaise Cendrars et pour L’Un contre l’autre, Gegenüber, a été fina­liste du prix Max-Pol Fouchet.   

Elle col­la­bore avec des peintres et notam­ment avec Georges Badin  pour des livres d’artistes.
http://​france​.bur​ghel​le​rey​.over​-blog​.com/#

Notes cri­tiques dans de nom­breuses revues comme Place de la Sorbonne, Recours au Poème, Lieux d’être, Cahiers du Sens, Terres de Femmes, Trace de poète, Littérales, Diérèse

 

Autres lec­tures

X