France Burghelle Rey, Victoire

2018-02-04T18:01:16+01:00

 

Et elle s’in­tro­duit en moi pour enten­dre les cris écho sur la bastille elle croit en la vic­toire en pen­sant à l’ avenir

Dans l’at­tente je marche et cha­cun de mes pas repousse la fron­tière bien­tôt il n’y a plus d’om­bre midi est au soleil

De notre terre d’ac­cueil dont l’heure est à la paix je ferme alors l’écran court-cir­cuit dans l’or­di et passe à autre chose

Sci­ence-fic­tion que je hais j’avoue aimer l’avenir puisqu’il n’y a plus de guerre mais plein de beaux enfants

Nos filles les adoptent qui veu­lent vivre en Syrie aller jusqu’en Iraq et moi je me sou­viens j’é­tais jeune au Liban

Les com­bats ter­minés je ne reste pas couché retourne à mon moulin pour en tourn­er la roue il n’y a plus de poi­son dans l’eau de la rivière

Et celle de la pluie je n’en ai plus besoin car le sang ne pisse plus et les rues de nos villes sont calmes comme mon village

Chance de nos heures nou­velles nous jouons de nou­veau dans l’air de la paix nos mains for­ment des cer­cles et moi je me souviens

Je fab­rique un panier pour cueil­lir ma lavande couleur de vin­cent et forme un beau  bou­quet à l’odeur de la gloire

 

Quand ils m’ont regardé le jour de la vic­toire j’ai rangé mon car­net et j’ai sif­flé guil­laume c’é­tait l’heure de minuit

 

Je touche à l’im­pos­si­ble pas tué par la fatigue puis retourne à la vigne où j’emmène ces sol­dats qui ont gag­né la paix

Présentation de l’auteur

France Burghelle Rey

 

France Burghelle Rey est Paris, a enseigné les Let­tres clas­siques et vit actuelle­ment à Paris où elle écrit et pra­tique la cri­tique lit­téraire. Elle est mem­bre de l’As­so­ci­a­tion des Amis de Jean Cocteau et duP.E.N. Club français.

 

Plus de cent textes parus dans de nom­breuses revues et antholo­gies ain­si que plus de soix­ante-dix notes cri­tiques(Nou­velle Quin­zaine lit­téraire, Poez­ibao, Europe, La Cause lit­téraire, Place de la Sor­bonne, CCP, Recours au poème, Tex­ture, Tem­porel etc.). 

 Elle a écrit une quin­zaine de recueils dont Lyre en dou­ble paru aux édi­tions Inter­ven­tions àHaute voixen 2010 puis chez La PorteRévo­lu­tionen 2013 sui­v­ideComme un chapitre d’His­toireen 2014 et deRévo­lu­tion IIen 2016. Le Chant de l’en­fance(Prix Blaise Cen­drarsadultes)a été pub­lié aux édi­tions du Cygneen juil­let 2015, Petite antholo­gie, ( Con­fi­ance, Patiences et Les Tes­selles du jour )chezUnic­itéen 2017 et Après la foudrechez Bleu d’en­creen 2018. 

Les derniers textes aug­men­tés de L’En­fant et le dra­peau (à paraître chez Vaga­mun­do), nais­sance rédemptrice d’un ” ange ” dans un monde en déso­la­tion, veu­lent exprimer l’ex­pres­sion d’une néces­saire présence au monde en souf­france. Elle achève en 2017 un recueil encore inédit en trois par­ties sur le thème du lieu puis en 2018 com­mence un réc­it poétique.

 

Elle a col­laboré avec des pein­tres (Georges Badin) et la graveur Hélène Baumel pour un cer­tain nom­bre de livres d’artistes.

 

L’un des ses romans, le pre­mier,  L’Aven­ture, est pub­lié chez Unic­itéau print­emps 2018

 

http://france.burghellerey.over-blog.com/# :Un blog de plus de 27.000 pages de vues

 

 

 

France Burghelle Rey

Elle a écrit une dizaine de recueils  dont qua­tre sont pub­liés chez Encres Vives, coll. Encres Blanch­es : Odyssée en dou­ble, La Fiancée du silence, L’Or­pailleur, Le Bûch­er du phénix,  Lyre en dou­ble aux édi­tions Inter­ven­tions à Haute voix, 2010 et Révo­lu­tion chez La Porte,2013. Pour un texte du Chant de l’en­fance, inédit, elle a obtenu le prix Blaise Cen­drars et pour L’Un con­tre l’autre, Gegenüber, a été final­iste du prix Max-Pol Fouchet. 

Elle col­la­bore avec des pein­tres et notam­ment avec Georges Badin  pour des livres d’artistes.
http://france.burghellerey.over-blog.com/#

Notes cri­tiques dans de nom­breuses revues comme Place de la Sor­bonne, Recours au Poème, Lieux d’être, Cahiers du Sens, Ter­res de Femmes, Trace de poète, Lit­térales, Diérèse

 

Autres lec­tures

France Burghelle Rey, La maison loin de la mer

Que la joie soit ma demeure ! Le titre évac­ue un lieu (la mer) pour mieux met­tre en exer­gue l’objet de toute l’attention : la mai­son. C’est comme dans Autant en emporte le vent ; ce […]

Aller en haut