Lec­ture de poésie fémi­nine afghane.

“Nous, femmes poètes, nous n’avons d’armes que nos mots, de moyens de résis­tance et de lib­erté de parole que par nos poèmes, le plus souvent”.

Pour soutenir dans un élan sol­idaire les femmes afghanes qui sont, depuis longtemps déjà mais par­ti­c­ulière­ment dans le con­texte actuel, réduites au silence dans leur pays, nous souhaitons faire enten­dre leurs voix : 

des lan­days de femmes pach­tounes exilées ou appar­tenant au cer­cle lit­téraire clan­des­tin de Kaboul, le Mir­man Baheer, aux poèmes en dari de femmes sou­vent assas­s­inées d’avoir écrit comme Nadia Anju­man à qui Atiq Rahi­mi a dédié son livre Syn­gué sabour. Pierre de patience. Pour que sur la scène emblé­ma­tique de la Mai­son de la Poésie, toutes accueil­lies, nous puis­sions dire la force qui nous unit en poésie à tra­vers le monde, un ensem­ble de femmes dix-huit poètes français­es s’est con­sti­tué autour d’Husnia Anwari, jour­nal­iste fran­co-afghane et poétesse fémin­iste, et Bel­gheis Alavi, enseignante chercheuse à l’Institut nation­al des langues et civil­i­sa­tions ori­en­tales, qui liront sur scène accom­pa­g­nées au rubâb par le musi­cien Ken­go Saito.

Man­i­fes­ta­tion à l’initiative de Maud Thiria, organ­isée avec l’aide de Séver­ine Dau­court, qui se déroulera à la Mai­son de la Poésie, le dimanche 19 sep­tem­bre à 17 heures.

Et le lien vers la réser­va­tion : https://www.maisondelapoesieparis.com/events/poe­sie-fem­i­nine-afghane/