Jea­nine Baude nous a quit­tés hier, dans le silence de cet entre deux week-ends de fêtes. Elle était poète, cri­tique, voyageuse et femme libre et bril­lante comme une comète tombée sur la terre.

X

J’aurai fumé beau­coup comme fait l’amour, ten­du l’arc sur la dérive, les cathé­drales, les con­certs, suivi le marin, son rafiot. Les vagues m’appartiennent. La bon­té se chante sur le noir pas­sage, les vit­raux, le ver­tige, le nez du vent, la couleur, la camarde obser­vant semaine après semaine cette cadence, le palud­isme peut-être ou la peste, ce fut la joie. 

Le Chant de Man­hat­tan, Seghers, Poésie, 2006

Poète et cri­tique, née le 18 octo­bre 1946 à Eyguières dans les Bouch­es du Rhône Jea­nine Baude après un D.E.A de Let­tres Mod­ernes (Aix-en-Provence U1) occupe un poste de D.R.H. dans une entre­prise privée pen­dant plus de vingt années à Paris. Elle est orig­i­naire des Alpilles, et “a suivi la route des rocs d’est en ouest et revient depuis Saint-Rémy de Provence et Cas­sis, des Hautes-Tatras à la Pointe de Pern, d’Ouessant à New York sur le lieu de houle intime : le poème“1. Elle aime à dire « J’écris avec mon corps, je marche avec mon esprit » ou bien « Je com­mets le délit d’écriture ».

Elle laisse de mag­nifiques recueils comme Le Chant de Man­hat­tan, Seghers, 2006, L’Adresse à la voix, Rougerie, 2003, Ile Corps 0céan, co-édi­tion L’Arbre à Paroles-Écrits des Forges-Phi, (Belgique,Canada, Lux­em­bourg) col­lec­tion l’Orange Bleue, 2001, Incar­nat Désir, Rougerie, 1998, Océan, Rougerie, 1995, C’était un paysage, Rougerie, 1992 (Prix Antonin Artaud 1993), Oues­sanes, Sud, 1989… 

Jea­nine Baude, Poème n°4,  (poème, extrait de Oui, par l’au­teure) 18ème Fes­ti­val DécOU­VRIR, édi­tion numérique, chaque mer­cre­di du 3 juin au 2 sep­tem­bre En parte­nar­i­at avec France 3 Nou­velle Aquitaine.

Des réc­its et textes en prose : New York is New York, Ter­tium Édi­tions (ex Édi­tions du Laquet) 2006, Colette à Saint-Tropez, Lan­gage et volup­té, Images en Manœu­vre Édi­tions, 2004, Venise Venezia Venes­sia, Édi­tions du Laquet, 2001 (Réédi­tion en 2002) et Venise Idylle, Rap­port d’étape, Venise, 2002. Ses essais comme Andrea Zan­zot­to, Revue H.i.e.m.s n° 9, 2002, L’insoutenable légéreté du poème, (4 poètes slo­vaques, Turan, Bielik, Zbrúz, Lit­vak) Revue L’Arbre à paroles n° 109, Bel­gique, 2000, Minéral Min­i­mal, Revue Sud n° 110–111, 1995 ou Cor­re­spon­dance René Char — Jean Bal­lard 1935–1970, pré­facée et annotée, Rougerie 1993 ouvrent des per­spec­tives inédites sur le lan­gage et sa mise en œuvre par­ti­c­ulière chez les poètes abordés. 

A côté de livres d’artiste comme par exem­ple Le Fleuve trop longtemps, avec Maya Bois­gal­lays, Édi­tions Tran­signum, 2005, Le Bol du matin, avec Serge Plagnol, Édi­tions Tipaza, 2003 , Ompha­los, avec Dominique Romey­er, Édi­tions Nan’Nigi, 2002, Un Bleu d’équinoxe et Labi­ales, avec Michel Car­lin et Jean-Paul Chague, Édi­tions A.B. 2001, Hiéro­glyphes, avec Jacques Clauzel, Édi­tions À Tra­vers, 2000, elle col­la­bore à de nom­breuses revues européennes et étrangères. 

Mem­bre du comité d’édition de la revue Sud de 1992 à 1997, mem­bre du comité de rédac­tion de la revue L’Arbre à paroles, de nom­breux extraits de ses œuvres ont été traduits en anglais, italien,biélorusse et slovaque…

De nom­breuses pub­li­ca­tions en revue et uni­ver­si­taires lui ont été con­sacrées : en 1995  paraît un arti­cle dans une pub­li­ca­tion de la Dal­housie Uni­ver­si­ty, Hal­i­fax, N.S. Cana­da par Michaël Bish­op, Con­tem­po­rary French Poets, vol­ume II, “ from Hyvrard and Baude to Eti­enne and Albi­ach” Atlanta, Édi­tions Rodopi ; en 1997 une arti­cle dans P.N. Review (Man­ches­ter, Angleterre), Ocean­ic Feel­ings par Roger Lit­tle (Uni­ver­si­ty Trin­i­ty Col­lege, Dublin, Irlande) ; en 2006 Elle en île, dossier lit­téraire autour de l’œuvre de J.B., Revue Décharge n° 128, et en 2003 dans la revue Lit­téréal­ité, Toron­to, Cana­da, paraît une inter­view avec John Stout (Uni­ver­sité de Mac Mas­ter, Hamil­ton, Canada).

Jea­nine Baude par­le de son recueil Juste une pierre noire, paru aux Édi­tions Bruno Doucey en 2010. Edi­tions Bruno Doucey.

Jeanine Baude sur Recours au poème

Poèmes

Le Chant de Man­hat­tan (3 extraits)

Café lit­téraire de La Rumeur libre n°1, Jea­nine Baude, Juin 2021.

Cap­sule du Café lit­téraire de La Rumeur libre, Jea­nine Baude lit des extraits du recueil  Les Ros­es bleues de Ravens­brück, le 3 juin 2021.

mm

Carole Mesrobian

Car­ole Car­cil­lo Mes­ro­bian est poète, cri­tique lit­téraire, revuiste, per­formeuse, éditrice et réal­isatrice. Elle pub­lie en 2012 Foulées désul­toires aux Edi­tions du Cygne, puis, en 2013, A Con­tre murailles aux Edi­tions du Lit­téraire, où a paru, au mois de juin 2017, Le Sur­sis en con­séquence. En 2016, La Chou­croute alsa­ci­enne paraît aux Edi­tions L’âne qui butine, et Qomme ques­tions, de et à Jean-Jacques Tachd­jian par Van­i­na Pin­ter, Car­ole Car­ci­lo Mes­ro­bian, Céline Delavaux, Jean-Pierre Duplan, Flo­rence Laly, Chris­tine Tara­nov,  aux Edi­tions La chi­enne Edith. Elle est égale­ment l’au­teure d’Aper­ture du silence (2018) et Onto­genèse des bris (2019), chez PhB Edi­tions. Cette même année 2019 paraît A part l’élan, avec Jean-Jacques Tachd­jian, aux Edi­tions La Chi­enne, et Fem mal avec Wan­da Mihuleac, aux édi­tions Tran­signum ; en 2020 dans la col­lec­tion La Diag­o­nale de l’écrivain, Agence­ment du désert, paru chez Z4 édi­tions, et Octo­bre, un recueil écrit avec Alain Bris­si­aud paru chez PhB édi­tions. nihIL, est pub­lié chez Unic­ité en 2021, et De nihi­lo nihil en jan­vi­er 2022 chez tar­mac. A paraître aux édi­tions Unic­ité, L’Ourlet des murs, en mars 2022. Elle par­ticipe aux antholo­gies Dehors (2016,Editions Janus), Appa­raître (2018, Terre à ciel) De l’hu­main pour les migrants (2018, Edi­tions Jacques Fla­mand) Esprit d’ar­bre, (2018, Edi­tions pourquoi viens-tu si tard), Le Chant du cygne, (2020, Edi­tions du cygne), Le Courage des vivants (2020, Jacques André édi­teur), Antholo­gie Dire oui (2020, Terre à ciel), Voix de femmes, antholo­gie de poésie fémi­nine con­tem­po­raine, (2020, Pli­may). Par­al­lèle­ment parais­sent des textes inédits ain­si que des cri­tiques ou entre­tiens sur les sites Recours au Poème, Le Cap­i­tal des mots, Poe­siemuz­icetc., Le Lit­téraire, le Salon Lit­téraire, Décharge, Tex­ture, Sitaud­is, De l’art helvé­tique con­tem­po­rain, Libelle, L’Atelier de l’ag­neau, Décharge, Pas­sage d’en­cres, Test n°17, Créa­tures , For­mules, Cahi­er de la rue Ven­tu­ra, Libr-cri­tique, Sitaud­is, Créa­tures, Gare Mar­itime, Chroniques du ça et là, La vie man­i­feste, Fran­copo­lis, Poésie pre­mière, L’Intranquille., le Ven­tre et l’or­eille, Point con­tem­po­rain. Elle est l’auteure de la qua­trième de cou­ver­ture des Jusqu’au cœur d’Alain Bris­si­aud, et des pré­faces de Mémoire vive des replis de Mar­i­lyne Bertonci­ni et de Femme con­serve de Bluma Finkel­stein. Auprès de Mar­i­lyne bertonci­ni elle co-dirige la revue de poésie en ligne Recours au poème depuis 2016. Elle est secré­taire générale des édi­tions Tran­signum, dirige les édi­tions Oxy­bia crées par régis Daubin, et est con­cep­trice, réal­isatrice et ani­ma­trice de l’émis­sion et pod­cast L’ire Du Dire dif­fusée sur radio Fréquence Paris Plurielle, 106.3 FM.