Ara Alexandre Shishmanian, Orphée lunaire, Mi-graines

Par |2022-03-05T17:04:41+01:00 20 février 2022|Catégories : Ara Alexandre Shishmanian, Critiques|

Orphée lunaire, dernier opus d’Ara Alexan­dre Shish­man­ian, suit de près le Mi-graines paru aux édi­tions L’Echappée belle en 2021. Dis­par­ité séman­tique entre ces deux titres, mais on retrou­ve dans ces deux recueils la mar­que dis­tinc­tive de ce poète unique. 

Et c’est sans aucun doute cette acuité, cette lucid­ité à laque­lle rien n’échappe qui sert un style recon­naiss­able entre tous. Visée réflex­ive sur le lan­gage, et pos­ture supra-con­sciente, tis­sent des poèmes où le pro­pos bal­aie le prisme entier des exis­tences, et inter­roge sans con­ces­sion les pas­sages de cha­cun de nous.

Orphée lunaire con­voque une référence explicite et tutélaire. Mais le lyrisme d’Ara Alexan­dre Shish­man­ian qui s’inscrit dans le sil­lage de celui des roman­tiques, dés­abusés et lucides, atteint une moder­nité qui dépasse ses prédécesseurs. Ce recueil arrive après ces années d’épreuve plané­taire. Il dit, et demande. La fig­ure du poète devient agis­sante, mage qui prend place dans la cité et se saisit de ces paramètres socié­taux.  Cet hori­zon apoc­a­lyp­tique n’est pas subi, mais inter­rogé, trans­mué en énergie tran­scen­dante, tout comme le lan­gage est soumis à l’épreuve de la plume de cet énon­ci­a­teur droit et ascen­dant comme sa parole.

C’est grâce à une poésie agencée pour ren­vers­er les images, et les ouvrir telles des coupes béantes rem­plies du reflet des étoiles, qu’Ara Alexan­dre Shish­man­ian con­voque les arché­types qui sous-ten­dent notre conscience. 

Et pour com­pren­dre com­ment s’a­gen­cent ces couch­es séman­tiques suc­ces­sives, il faut plonger dans cette syn­taxe vagabonde, il faut suiv­re ce lex­ique para­chuté dans des champs inédits,  recevoir ces références tutélaires mis­es à l’épreuve du présent, et alors on arrive en terre poétique.

Ara Alexan­dre Shish­man­ian, Orphée lunaire, traduit du Roumain par Dana Shish­man­ian, et revu par l’au­teur, L’Har­mat­tan, Col­lec­tion Accent tonique — Poésie, Novem­bre 2021, 96 pages, 12,50€.

Cette langue est faite de musique, mais une musique per­cu­tante, puis­sante, à dou­ble, triples, mul­ti­ples niveaux, et qui con­voque pour finir les arché­types les plus enfouis en cha­cun de nous. 

 

la lune allumée dans la plus vielle nuit •
au-delà est un mot plus chaud que jamais •
l’au­to­mo­bile aux coquil­lages paris les étoiles •
décousues •
le train de la mort se dis­sout dans le Styx de mon sang •
je suis hadès — et je suis Mor­phée — et je chante l’enfer •
le man­teau du loin­tain engen­dre les bar­ques de l’énigme •
je nais le sph­ynx à la main — temps aux deux miroirs •
mais com­ment pour­raient-ils — les vam­pires des secondes,
dépos­er leurs images tels des œufs •
moi — bien. trop au-delà d’eux •
eux — bien trop en deçà de moi •

 

Le lex­ique tan­tôt usuel tan­tôt nour­ri de pier­res pré­cieuses est soumis aux bour­rasques syn­tax­iques et aux jeux avec l’e­space scrip­tur­al, pour créer le plus sou­vent des fig­ures de retourne­ment. Italiques, emploi d’un point qui clô­ture la plu­part des vers mais pas tous, chi­asme et anaphore, façon­nent une langue inédite et for­ment un ensem­ble qui mène l’ex­pres­sion  d’une poésie qui révèle, qui exhume, qui trans­mute la puis­sance sym­bol­ique des fig­ures archétypales.

Toute la dimen­sion du mythe d’Orphée est là, mais lunaire comme le dit le titre. Union des principes mas­culins et féminins, réc­on­cil­i­a­tion des polar­ités, dans un syn­chrétisme  tem­porel, artis­tique et con­ceptuel, car le poète ne cesse d’in­ter­pel­er la langue, Ara A Shish­man­ian actu­alise la guir­lande sécu­laire des sym­bol­es orphiques et offre au poème cet ultime point de bascule.

Et que l’on ne s’imagine pas que dans Mi-graines recueil qui précède l’Orphée lunaire, pub­lié  fin 2021, cette inten­sité soit moin­dre. Le titre des­sine un hori­zon d’attente placé sous le signe de l’humour à cause du jeu de mots. Et toute la poésie d’Ara Alaxan­dre Shish­man­ian est rem­plie d’humour, mais aus­si de grav­ité. Une sorte de struc­ture antithé­tique qui sous-tend l’œuvre et les recueils, qui oscil­lent entre un lyrisme qui place l’être face à l’espace infi­ni de sa dimen­sion augu­rale, et la présence d’un sujet pen­sant, qui adopte une pos­ture spécu­laire pour inter­roger le lan­gage, fouiller toutes ses dimen­sions, avec intel­li­gence, humour, amour, et clair­voy­ance. Ici aus­si le poète n’ignore rien de la puis­sance sonore des mots, ni de ce qu’ils recè­lent de traces qui réson­nent en cha­cun de nous de manière dif­férente. Livre de la con­science de la con­science, cette dimen­sion spécu­laire ne quitte pas la langue d’Ara Alexan­dre Shish­man­ian qui sans cesse ouvre des tiroirs séman­tiques, étage le verbe, addi­tionne les silences.

 

le mangeur d’outils

je m’évertue à manger mes outils •

les out­ils de fer, de bronze et de pierre -

d’os — d’ar­gent et d’or •

les out­ils de temps et les out­ils de syllabes -

les out­ils d’e­space et les out­ils de pensée •

les out­ils de sen­sa­tion et les out­ils d’esprit -

les out­ils de migraine et les out­ils de néant •

et — l’outil moi-même — le mangeur d’outils •

Ara Alexan­dre Shish­man­ian, Mi-graines, cou­ver­ture, Le trône et la lyre, dessin de Dana Shish­man­ian, L’échap­pée belle édi­tion, col­lec­tion Ouvre-boîtes POESIE, 85 pages, 15 €.

Le lan­gage est le ter­ri­toire d’Ara Alexan­dre Shish­man­ian, mais il n’y reste pas, il demeure dans les sphères arché­typ­ales. Et lorsqu’il se saisit des mots, il se pro­duit alors un événe­ment, une trans­mu­ta­tion alchim­ique que peu parvi­en­nent à ren­dre effi­ciente, la poésie.

Présentation de l’auteur

Ara Alexandre Shishmanian

Né à Bucarest en 1951, diplômé de la fac­ulté de langues romanes, clas­siques et ori­en­tales, avec une thèse sur le Sac­ri­fice védique, opposant au régime com­mu­niste, Ara Alexan­dre Shish­man­ian a quit­té défini­tive­ment la Roumanie en 1983. Poète et his­to­rien des reli­gions, il est l’auteur de plusieurs études sur l’Inde védique et la Gnose, parues dans des pub­li­ca­tions de spé­cial­ité en Bel­gique, France, Ital­ie, Roumanie, États-Unis (dont les actes du col­loque « Psy­chan­odia » qu’il a organ­isé à Paris sous l’égide de l’INALCO en mémoire de I. P. Cou­liano, dis­ci­ple de Mircea Eli­ade : Ascen­sion et hypostases ini­ti­a­tiques de l’âme. Mys­tique et escha­tolo­gie à tra­vers les tra­di­tions religieuses, 2006, et le pre­mier numéro d’une pub­li­ca­tion péri­odique : Les cahiers Psy­chan­odia, I, 2011 ; ces deux pub­li­ca­tions sont éditées par l’Association « Les amis de I. P. Cou­liano » qu’il a créée en 2005).

Il est égale­ment l’auteur de 18 vol­umes de poèmes parus en Roumanie depuis 1997 : Priviri / Regards, Ochi­ul Orb / L’oeil aveu­gle, Tirezi­a­da / La tirési­ade, regroupés dans Trip­tic / Trip­tyque (2001, éd. Cartea românească), le cycle Migrene / Migraines, I‑VI (2003–2017), le cycle Absenţe / Absences, I‑IV (2008–2011), et enfin Neştiute / Mécon­nues, I‑V (2012, 2014, 2015, 2018).

Deux vol­umes de poèmes traduits en français par Dana Shish­man­ian sont parus aux édi­tions L’Harmattan, dans la col­lec­tion Accent tonique : Fenêtre avec esseule­ment (2014), et Le sang de la ville (2016), les deux plusieurs fois recen­sés dans des revues lit­téraires français­es (dont Recours au poème).

Autres lec­tures

Ara Alexandre Shishmanian, Fenêtre avec esseulement

His­to­rien des reli­gions, auteur de plusieurs études sur l’Inde Védique et la Gnose, Ara Shish­man­ian a égale­ment organ­isé, puis édité avec son épouse, Dana, les actes d’un col­loque sur la mys­tique escha­tologique à tra­vers les reli­gions mais aus­si de 14 vol­umes de poèmes parus en Roumanie depuis 1997.

Ara Alexandre Shishmanian, Les Non-êtres imaginaires

Avouons-le : il s’ag­it, à pre­mière vue, d’un livre dif­fi­cile, éru­dit, qui fait appel, entre autres, à des auteurs majeurs tels Borges, Poe, Kaf­ka, Novalis, Rilke… Ce d’au­tant que nous sommes face à […]

Ara Alexandre Shishmanian, Orphée lunaire, Mi-graines

Orphée lunaire, dernier opus d’Ara Alexan­dre Shish­man­ian, suit de près le Mi-graines paru aux édi­tions L’Echappée belle en 2021. Dis­par­ité séman­tique entre ces deux titres, mais on retrou­ve dans ces deux recueils la […]

mm

Carole Mesrobian

Car­ole Car­cil­lo Mes­ro­bian est poète, cri­tique lit­téraire, revuiste, per­formeuse, éditrice et réal­isatrice. Elle pub­lie en 2012 Foulées désul­toires aux Edi­tions du Cygne, puis, en 2013, A Con­tre murailles aux Edi­tions du Lit­téraire, où a paru, au mois de juin 2017, Le Sur­sis en con­séquence. En 2016, La Chou­croute alsa­ci­enne paraît aux Edi­tions L’âne qui butine, et Qomme ques­tions, de et à Jean-Jacques Tachd­jian par Van­i­na Pin­ter, Car­ole Car­ci­lo Mes­ro­bian, Céline Delavaux, Jean-Pierre Duplan, Flo­rence Laly, Chris­tine Tara­nov,  aux Edi­tions La chi­enne Edith. Elle est égale­ment l’au­teure d’Aper­ture du silence (2018) et Onto­genèse des bris (2019), chez PhB Edi­tions. Cette même année 2019 paraît A part l’élan, avec Jean-Jacques Tachd­jian, aux Edi­tions La Chi­enne, et Fem mal avec Wan­da Mihuleac, aux édi­tions Tran­signum ; en 2020 dans la col­lec­tion La Diag­o­nale de l’écrivain, Agence­ment du désert, paru chez Z4 édi­tions, et Octo­bre, un recueil écrit avec Alain Bris­si­aud paru chez PhB édi­tions. nihIL, est pub­lié chez Unic­ité en 2021, et De nihi­lo nihil en jan­vi­er 2022 chez tar­mac. A paraître aux édi­tions Unic­ité, L’Ourlet des murs, en mars 2022. Elle par­ticipe aux antholo­gies Dehors (2016,Editions Janus), Appa­raître (2018, Terre à ciel) De l’hu­main pour les migrants (2018, Edi­tions Jacques Fla­mand) Esprit d’ar­bre, (2018, Edi­tions pourquoi viens-tu si tard), Le Chant du cygne, (2020, Edi­tions du cygne), Le Courage des vivants (2020, Jacques André édi­teur), Antholo­gie Dire oui (2020, Terre à ciel), Voix de femmes, antholo­gie de poésie fémi­nine con­tem­po­raine, (2020, Pli­may). Par­al­lèle­ment parais­sent des textes inédits ain­si que des cri­tiques ou entre­tiens sur les sites Recours au Poème, Le Cap­i­tal des mots, Poe­siemuz­icetc., Le Lit­téraire, le Salon Lit­téraire, Décharge, Tex­ture, Sitaud­is, De l’art helvé­tique con­tem­po­rain, Libelle, L’Atelier de l’ag­neau, Décharge, Pas­sage d’en­cres, Test n°17, Créa­tures , For­mules, Cahi­er de la rue Ven­tu­ra, Libr-cri­tique, Sitaud­is, Créa­tures, Gare Mar­itime, Chroniques du ça et là, La vie man­i­feste, Fran­copo­lis, Poésie pre­mière, L’Intranquille., le Ven­tre et l’or­eille, Point con­tem­po­rain. Elle est l’auteure de la qua­trième de cou­ver­ture des Jusqu’au cœur d’Alain Bris­si­aud, et des pré­faces de Mémoire vive des replis de Mar­i­lyne Bertonci­ni et de Femme con­serve de Bluma Finkel­stein. Auprès de Mar­i­lyne bertonci­ni elle co-dirige la revue de poésie en ligne Recours au poème depuis 2016. Elle est secré­taire générale des édi­tions Tran­signum, dirige les édi­tions Oxy­bia crées par régis Daubin, et est con­cep­trice, réal­isatrice et ani­ma­trice de l’émis­sion et pod­cast L’ire Du Dire dif­fusée sur radio Fréquence Paris Plurielle, 106.3 FM.
Aller en haut