Le n°6 de la revue Voix reste fidèle aux précé­dentes édi­tions. Une tenue sobre et apaisante, grâce au for­mat A4 et à une cou­ver­ture déli­cate vio­let pas­tel, où une typogra­phie fine et élé­gante ren­seigne le lecteur sur les con­tenus pro­posés. Des illus­tra­tions déployées sur un papi­er glacé, et un espace scrip­tur­al où les impres­sions sont présen­tées de manière aérée et légère.

Ce numéro, porté par l’association « Le buf­fet lit­téraire » qui est présidée par François Min­od, reste sur sa ligne édi­to­ri­ale : lit­téraire et artis­tique. Cette fois-ci encore l’intitulé de ce vol­ume, « Solos, duos, ailleurs & cri­tiques » énonce claire­ment ces choix qui sont motivés par le désir de créer un syn­crétisme artis­tique et culturel.

Une pléi­ade de poètes comme Claude Ber, Mar­i­lyne Bertonci­ni, Danièle Corre, Danièle Beghe, Anny Pelouze, François Min­od, Mireille Diaz-Flo­ri­an, Georges de Rivas, Luc Vidal… pour les voix française, côtoient des voix ital­i­ennes en les per­son­nes de cinq poètes ital­iens, un dossier porté et présen­té par Mar­i­lyne Bertonci­ni qui après nous avoir per­mis de lire des poètes anglo­phones (je pense notam­ment à Gili Haï­movitch et à Soleil hési­tant que les lecteurs fran­coph­o­nes peu­vent décou­vrir grâce à son tra­vail) est égale­ment la tra­duc­trice des poèmes et  nous offre de relire ou de décou­vrir des voix nova­tri­ces de la poésie ital­i­enne : Danièle Beghè, Lucas Ari­ano, Alessan­dro Rivali, Gian­car­lo Baroni, Rober­to Mosi.

A ces pages qui offrent toute lat­i­tude à la poésie de déploy­er ses mul­ti­ples hori­zons séman­tiques se joignent des notes cri­tiques, ain­si qu’une rubrique, « Parole à », qui pour ce numéro 6 est don­née à Patrick Quil­li­er. Ses pro­pos font écho aux édi­tos, et inter­ro­gent sur la place et la néces­sité d’une parole poé­tique dans le monde d’aujourd’hui.

Revue Voix n°6, 3ème trimestre 2021, 78 pages, 13 €.

Un vol­ume qui ne fait pas l’économie de moyens, qu’il s’agisse des con­tenus ou de la tenue, qui en fait un lieu où on aime se ren­dre, et retourner.

mm

Carole Mesrobian

Car­ole Car­cil­lo Mes­ro­bian est poète, cri­tique lit­téraire, revuiste, per­formeuse, éditrice et réal­isatrice. Elle pub­lie en 2012 Foulées désul­toires aux Edi­tions du Cygne, puis, en 2013, A Con­tre murailles aux Edi­tions du Lit­téraire, où a paru, au mois de juin 2017, Le Sur­sis en con­séquence. En 2016, La Chou­croute alsa­ci­enne paraît aux Edi­tions L’âne qui butine, et Qomme ques­tions, de et à Jean-Jacques Tachd­jian par Van­i­na Pin­ter, Car­ole Car­ci­lo Mes­ro­bian, Céline Delavaux, Jean-Pierre Duplan, Flo­rence Laly, Chris­tine Tara­nov,  aux Edi­tions La chi­enne Edith. Elle est égale­ment l’au­teure d’Aper­ture du silence (2018) et Onto­genèse des bris (2019), chez PhB Edi­tions. Cette même année 2019 paraît A part l’élan, avec Jean-Jacques Tachd­jian, aux Edi­tions La Chi­enne, et Fem mal avec Wan­da Mihuleac, aux édi­tions Tran­signum ; en 2020 dans la col­lec­tion La Diag­o­nale de l’écrivain, Agence­ment du désert, paru chez Z4 édi­tions, et Octo­bre, un recueil écrit avec Alain Bris­si­aud paru chez PhB édi­tions. nihIL, est pub­lié chez Unic­ité en 2021, et De nihi­lo nihil en jan­vi­er 2022 chez tar­mac. A paraître aux édi­tions Unic­ité, L’Ourlet des murs, en mars 2022. Elle par­ticipe aux antholo­gies Dehors (2016,Editions Janus), Appa­raître (2018, Terre à ciel) De l’hu­main pour les migrants (2018, Edi­tions Jacques Fla­mand) Esprit d’ar­bre, (2018, Edi­tions pourquoi viens-tu si tard), Le Chant du cygne, (2020, Edi­tions du cygne), Le Courage des vivants (2020, Jacques André édi­teur), Antholo­gie Dire oui (2020, Terre à ciel), Voix de femmes, antholo­gie de poésie fémi­nine con­tem­po­raine, (2020, Pli­may). Par­al­lèle­ment parais­sent des textes inédits ain­si que des cri­tiques ou entre­tiens sur les sites Recours au Poème, Le Cap­i­tal des mots, Poe­siemuz­icetc., Le Lit­téraire, le Salon Lit­téraire, Décharge, Tex­ture, Sitaud­is, De l’art helvé­tique con­tem­po­rain, Libelle, L’Atelier de l’ag­neau, Décharge, Pas­sage d’en­cres, Test n°17, Créa­tures , For­mules, Cahi­er de la rue Ven­tu­ra, Libr-cri­tique, Sitaud­is, Créa­tures, Gare Mar­itime, Chroniques du ça et là, La vie man­i­feste, Fran­copo­lis, Poésie pre­mière, L’Intranquille., le Ven­tre et l’or­eille, Point con­tem­po­rain. Elle est l’auteure de la qua­trième de cou­ver­ture des Jusqu’au cœur d’Alain Bris­si­aud, et des pré­faces de Mémoire vive des replis de Mar­i­lyne Bertonci­ni et de Femme con­serve de Bluma Finkel­stein. Auprès de Mar­i­lyne bertonci­ni elle co-dirige la revue de poésie en ligne Recours au poème depuis 2016. Elle est secré­taire générale des édi­tions Tran­signum, dirige les édi­tions Oxy­bia crées par régis Daubin, et est con­cep­trice, réal­isatrice et ani­ma­trice de l’émis­sion et pod­cast L’ire Du Dire dif­fusée sur radio Fréquence Paris Plurielle, 106.3 FM.