Créée par Nan­cy R. Lange, cette revue numérique et papi­er pub­liée par Les édi­tions Femmes de parole et les Edi­tions du Cygne s’a­dosse aux ses­sions des ren­con­tres inter­na­tionales de poésie fémi­nine dif­fusées sur Zoom et relayées sur d’autres vecteurs de diffusion. 

Cette revue revue poé­tique et inter­cul­turelle inter­na­tionale est “pro­duite en ver­sion numérique et en ver­sion imprimée et tirée à 500 exem­plaires, à rai­son de trois numéros par année. Elle est pub­liée par Les édi­tions Femmes de parole, un organ­isme sans but lucratif fondé en 2021 par Nan­cy R. Lange et basé à Laval, au Québec. La revue ne reçoit aucune sub­ven­tion gou­verne­men­tale pour l’instant

Chaque numéro présente une sec­tion Passerelles où deux duos d’autrices du Québec, jumelés à deux duos d’ailleurs, offrent des poèmes de leur cru ain­si qu’un texte explo­rant la trace de l’écriture de l’autrice que cha­cune a choisie, dans la sienne. Une deux­ième sec­tion inti­t­ulée Échos et réso­nance  regroupe des textes de femmes et d’hommes qui ren­dent hom­mage à une poète décédée, sous forme de com­men­taires ou de textes inspirés par son œuvre.  Les textes pub­liés sont pro­duits sur invi­ta­tion sauf pour les numéros spé­ci­aux pour lesquels un appel de textes sera lancé. Il est à not­er que l’orthographe des textes est uni­formisée par la réviseure pro­fes­sion­nelle lors de la révi­sion des textes”.

Une pub­li­ca­tion placée sous le signe de ren­con­tres, de partage, pour des voix féminines venues du monde entier. Ain­si dans le pre­mier numéro, Voix vis­i­bles,  un som­maire où se ren­con­trent des noms de tous les horizons : 

Femmes der parole n°1, Voix vis­i­bles, Les édi­tions Femmes de parole et les Edi­tions du Cygne, août 2021, 117  pages, 17 € pour la France, abon­nement sur femmesdeparole.org

Nan­cy R. Lange, la direc­trice fon­da­trice de ce fes­ti­val mon­di­al, Cécile Ouh­mani, Brigitte Gyr, Marie-Hélène Mont­petit, Nicole Brossard, Sophie Bras­sart, Hélène Fres­nel, Maëlle Dupon, Clau­dine Bertrand, Annie Molin-Vasseur, Louky Bersianik & Claire Varin (cor­re­spon­dances), Gaë­tan Dostie, France Théoret, Annie Lan­dre­ville, Aimée Dan­dois-Par­adis, Olderin Salmeron, Anna Louise E. Fontaine, Catrine Godin, Mar­guerite Morin, Angeli­na Guo, Mar­co Geof­froy, Stéphane Despatie, Corinne Chevari­er, Geneviève-Anaïs Proulx, Mireille Cliche, Duck­ens Char­i­ta­ble et Fab­rice Koffy.

D’autres numéros, parus en 2021 et 2022, sont venus enrichir cette toute jeune revue qui n’est pas qu’une revue, mais un sup­port pal­pa­ble de ce mou­ve­ment ini­tié par Nan­cy R. Lange, con­sid­érable et si néces­saire à notre époque où l’hu­main sem­ble pren­dre le chemin de la haine plutôt que de la fra­ter­nité. Vio­lence et grâce, juste­ment, met en lumière la con­di­tion fémi­nine qui au-delà des fron­tières témoigne des jougs ances­traux qui pèsent encore sur les femmes. La rubrique Echos et réso­nance est placée sous les aus­pices d’Anne Hébert à qui un hom­mage est ren­du par Marie-Andrée Lam­on­tagne, Marie-Pierre Gen­est, Louise Des­jardins, Lin­da Dion, Mario Cho­lette, Monique Pariseau, Catrine Godin, Lyne Richard, Guy Mar­champs, François Godin, France Bon­neau, Jean Perron. 

La pre­mière par­tie de cette belle pub­li­ca­tion, Passerelles,  croise ver­sions orig­i­nales anglais­es et leur tra­duc­tion, témoignage de la dimen­sion inter­na­tionale si besoin était de l’ensem­ble, et de la volon­té de Nan­cy R. Lange, sans cesse réaf­fir­mée, qui guide ses pas et ses choix depuis tou­jours : réu­nir, porter une parole de paix, lut­ter, surtout, con­tre la vio­lence, quelle que soit sa nature, son lieu, sa langue. Se croisent Penn Kemp (Ont.) Sharon The­sen (C. B.), Mireille Cliche (Qc.), Cather­ine Fortin (Qc.), Erin Din­gle (Alb.), Sheri D. Wil­son (Alb.), Aspa­sia Wor­l­it­sky (Qc.), Nan­cy R. Lange.

Femmes de parole n°2, vio­lence et grâce, Les édi­tions Femmes de parole et les Edi­tions du Cygne, août 2021, 134 pages, 17 € pour la France, abon­nement sur femmesdeparole.org

Un troisième vol­ume pour­suit cette vaste entre­prise, Résilience et dépasse­ment, avec un hom­mage à Anne-Marie Alon­zo, et des Passerelles qui croisent des voix poé­tiques du Québec, du Man­i­to­ba français, des ter­ri­toires du Nord-Ouest et d’Al­ber­ta. A sig­naler enfin, le très beau niveau graphique, et les visuels, qui ponctuent les chapitres et sont soutenus par des cita­tions, pour ces deux derniers numéros, d’Anne Hébert et d’Anne-Marie Alonzo. 

A suiv­re, à soutenir, à pro­téger ! Enfin, mer­ci à Nan­cy R. Lange,et  à l’équipe édi­to­ri­ale,  Mireille Cliche, Maëlle Dupon, Catrine Godin, Annie Molin Vasseur, Shana Plante-Paque­tte, Julie Le Roy, Émi­lie Saunier, Ale­jan­dro Natan, Corinne Prince, sans oubli­er les édi­tions du Cygne, Patrice Kanoz­sai, qui sou­tient tou­jours ces voix du monde, afin qu’il ne ressem­ble pas à ce qu’il est en train de devenir ! 

Femmes de parole n°3, rési­dence et dépasse­ment, Les édi­tions
Femmes de parole et les Edi­tions du
Cygne, novem­bre 2021, 
113 pages, 17 € pour la France, abon­nement sur femmesdeparole.org

mm

Carole Mesrobian

Car­ole Car­cil­lo Mes­ro­bian est poète, cri­tique lit­téraire, revuiste, per­formeuse, éditrice et réal­isatrice. Elle pub­lie en 2012 Foulées désul­toires aux Edi­tions du Cygne, puis, en 2013, A Con­tre murailles aux Edi­tions du Lit­téraire, où a paru, au mois de juin 2017, Le Sur­sis en con­séquence. En 2016, La Chou­croute alsa­ci­enne paraît aux Edi­tions L’âne qui butine, et Qomme ques­tions, de et à Jean-Jacques Tachd­jian par Van­i­na Pin­ter, Car­ole Car­ci­lo Mes­ro­bian, Céline Delavaux, Jean-Pierre Duplan, Flo­rence Laly, Chris­tine Tara­nov,  aux Edi­tions La chi­enne Edith. Elle est égale­ment l’au­teure d’Aper­ture du silence (2018) et Onto­genèse des bris (2019), chez PhB Edi­tions. Cette même année 2019 paraît A part l’élan, avec Jean-Jacques Tachd­jian, aux Edi­tions La Chi­enne, et Fem mal avec Wan­da Mihuleac, aux édi­tions Tran­signum ; en 2020 dans la col­lec­tion La Diag­o­nale de l’écrivain, Agence­ment du désert, paru chez Z4 édi­tions, et Octo­bre, un recueil écrit avec Alain Bris­si­aud paru chez PhB édi­tions. nihIL, est pub­lié chez Unic­ité en 2021, et De nihi­lo nihil en jan­vi­er 2022 chez tar­mac. A paraître aux édi­tions Unic­ité, L’Ourlet des murs, en mars 2022. Elle par­ticipe aux antholo­gies Dehors (2016,Editions Janus), Appa­raître (2018, Terre à ciel) De l’hu­main pour les migrants (2018, Edi­tions Jacques Fla­mand) Esprit d’ar­bre, (2018, Edi­tions pourquoi viens-tu si tard), Le Chant du cygne, (2020, Edi­tions du cygne), Le Courage des vivants (2020, Jacques André édi­teur), Antholo­gie Dire oui (2020, Terre à ciel), Voix de femmes, antholo­gie de poésie fémi­nine con­tem­po­raine, (2020, Pli­may). Par­al­lèle­ment parais­sent des textes inédits ain­si que des cri­tiques ou entre­tiens sur les sites Recours au Poème, Le Cap­i­tal des mots, Poe­siemuz­icetc., Le Lit­téraire, le Salon Lit­téraire, Décharge, Tex­ture, Sitaud­is, De l’art helvé­tique con­tem­po­rain, Libelle, L’Atelier de l’ag­neau, Décharge, Pas­sage d’en­cres, Test n°17, Créa­tures , For­mules, Cahi­er de la rue Ven­tu­ra, Libr-cri­tique, Sitaud­is, Créa­tures, Gare Mar­itime, Chroniques du ça et là, La vie man­i­feste, Fran­copo­lis, Poésie pre­mière, L’Intranquille., le Ven­tre et l’or­eille, Point con­tem­po­rain. Elle est l’auteure de la qua­trième de cou­ver­ture des Jusqu’au cœur d’Alain Bris­si­aud, et des pré­faces de Mémoire vive des replis de Mar­i­lyne Bertonci­ni et de Femme con­serve de Bluma Finkel­stein. Auprès de Mar­i­lyne bertonci­ni elle co-dirige la revue de poésie en ligne Recours au poème depuis 2016. Elle est secré­taire générale des édi­tions Tran­signum, dirige les édi­tions Oxy­bia crées par régis Daubin, et est con­cep­trice, réal­isatrice et ani­ma­trice de l’émis­sion et pod­cast L’ire Du Dire dif­fusée sur radio Fréquence Paris Plurielle, 106.3 FM.