La Revue des revues con­stitue avec le site Ent’revues un fond d’archives, un lieu où la mémoire de ce foi­son­nement offert par les pub­li­ca­tions péri­odiques est préservée. C’est égale­ment une revue des revues où l’ac­tu­al­ité des revues con­tem­po­raines est acces­si­ble, actu­al­isée, et qui per­met de con­stater que, quel que soit leur domaine de prédilec­tion, la vie de ces nom­breuses pub­li­ca­tions est riche et dynamique. Archives et recense­ments de ce qui paraît qu’il s’agisse de sor­ties ou de créa­tions de revues con­tem­po­raines, ou bien de ren­dre compte du des­tin d’autres dis­parues pour des raisons qui sont égale­ment abor­dées, car ces lieux que sont les revues trou­vent bien peu d’écho chez les libraires, en bib­lio­thèque ou dans d’autres revues… la Revue des revues et Ent’re­vues sont des out­ils pré­cieux de com­mu­ni­ca­tion et d’élab­o­ra­tion d’une pen­sée sur ces univers éphémères que sont les revues.

La Revue des revues des­sine un panora­ma diachronique et syn­chronique riche et essen­tiel pour que ne dis­parais­sent pas ces fils sig­nifi­ants venus représen­ter ce qu’est leur domaine de prédilec­tion, en enrichir la pen­sée théorique, et en restituer l’évolution. Pub­li­ca­tion papi­er, elle a longtemps été placée sous la houlette d’Olivier Cor­pet que nous regret­tons vive­ment, et a pour rédac­teur en chef André Chabin, accom­pa­g­né par François Bor­des, Bernard Con­dom­i­nas, Yves Chevre­fils Des­bi­olles, Erc Dussert, Jérôme Duwa, Claire Paul­han, Jacque­line Pluet-Despatin, Hugo Pradelle à la rédac­tion et Yan­nick Kéravec pour secré­taire de rédaction.

Des rubriques récur­rentes struc­turent l’ensem­ble et per­me­t­tent un accès clair au con­tenu : “Etudes et doc­u­ments”, qui met d’emblée l’accent sur le panora­ma dossier pro­posé, qu’il soit thé­ma­tique ou par­a­dig­ma­tique, des “Chroniques”, un chapitre con­sacré aux “Nou­velles revues”, un accès à d’“Autres pub­li­ca­tions et événe­ments”, et un dernière rubrique qui pro­pose  des entrées rapi­des vers l’ensem­ble et des éclairages sur les par­tic­i­pants, “Résumé, auteurs”.

La Revue des revues n°67, Mars 2022, 180 p., 60 illus­tra­tions n/b, ISSN : 0980–2797, ISBN : 978–2‑907702–85‑0, prix : 15,50 €.

Le numéro 67 du print­emps 2022 partage son som­maire entre Jean Daive, Michel Deguy, Roland Barthes et les petites revues, Mwa Vée, une revue cul­turelle Kanak que le lecteur peut décou­vrir, et un focus sur les revues con­sacrées au ciné­ma, avec deux arti­cles : “Les cahiers d’études de radio-télévi­sion” et la revue “1985, revue d’histoire du ciné­ma n°95″. Les Chroniques et les pages con­sacrées aux nou­velles revues com­plè­tent ce vol­ume agré­men­té par des doc­u­ments icono­graphiques de qual­ité, et qui don­nent à voir les unes des pub­li­ca­tions dont il est ques­tion, un plus très appré­cia­ble notam­ment pour la rubrique “Nou­velles revues”, car cela per­met d’en appréci­er la charte graphique, les lignes édi­to­ri­ales, et la diversité.

Le numéro 64 de cette revue trimestrielle suit le même modus operan­di bien qu’elle soit très dif­férente, car ce vol­ume est élaboré autour de la thé­ma­tique « Femme en revues ». La rubrique “Études et doc­u­ments” pro­pose une série d’articles écrits par des femmes sur des femmes revuistes. Le dernier arti­cle nous offre un “Por­trait de groupe avec femmes” impres­sion­nant qui per­met d’évaluer l’importance de la con­tri­bu­tion fémi­nine à la vie des revues, de leur créa­tion à leur chem­ine­ment, quel que soit le domaine concerné.

La Revue des revues représente un lieu incon­tourn­able dans l’univers des revues, ces lais­sées pour compte qui bien sou­vent sont des espaces essen­tiels parce que dédiés à des posi­tion­nements indépen­dants. Elles garan­tis­sent en effet la lib­erté de pro­pos, des axes de lec­ture sur une dis­ci­pline qu’elles per­me­t­tent de con­sid­ér­er sous des angles bien sou­vent inédits, et sont égale­ment l’endroit où un fer­ment créatif nova­teur trou­ve écho. Somme et lieu de réflex­ion, Ent’revues et La Revue des revues met­tent en lumière le long chem­ine­ment mené par ces pub­li­ca­tions péri­odiques bien sou­vent mal­menées par l’économie du livre, et pour cer­taines vouées à une exis­tence de courte durée. Ain­si ne tombent-elles pas dans l’oubli. Mieux encore, grâce à ce fab­uleux tra­vail de recense­ment, de mise en exer­gue et de réflex­ion, on se rend compte que cha­cune con­tribue à l’élaboration d’un ensem­ble de pub­li­ca­tions qui témoignent des pen­sées et les courants d’une époque et leur offrent la pos­si­bil­ité de s’inventer.

mm

Carole Mesrobian

Car­ole Car­cil­lo Mes­ro­bian est poète, cri­tique lit­téraire, revuiste, per­formeuse, éditrice et réal­isatrice. Elle pub­lie en 2012 Foulées désul­toires aux Edi­tions du Cygne, puis, en 2013, A Con­tre murailles aux Edi­tions du Lit­téraire, où a paru, au mois de juin 2017, Le Sur­sis en con­séquence. En 2016, La Chou­croute alsa­ci­enne paraît aux Edi­tions L’âne qui butine, et Qomme ques­tions, de et à Jean-Jacques Tachd­jian par Van­i­na Pin­ter, Car­ole Car­ci­lo Mes­ro­bian, Céline Delavaux, Jean-Pierre Duplan, Flo­rence Laly, Chris­tine Tara­nov,  aux Edi­tions La chi­enne Edith. Elle est égale­ment l’au­teure d’Aper­ture du silence (2018) et Onto­genèse des bris (2019), chez PhB Edi­tions. Cette même année 2019 paraît A part l’élan, avec Jean-Jacques Tachd­jian, aux Edi­tions La Chi­enne, et Fem mal avec Wan­da Mihuleac, aux édi­tions Tran­signum ; en 2020 dans la col­lec­tion La Diag­o­nale de l’écrivain, Agence­ment du désert, paru chez Z4 édi­tions, et Octo­bre, un recueil écrit avec Alain Bris­si­aud paru chez PhB édi­tions. nihIL, est pub­lié chez Unic­ité en 2021, et De nihi­lo nihil en jan­vi­er 2022 chez tar­mac. A paraître aux édi­tions Unic­ité, L’Ourlet des murs, en mars 2022. Elle par­ticipe aux antholo­gies Dehors (2016,Editions Janus), Appa­raître (2018, Terre à ciel) De l’hu­main pour les migrants (2018, Edi­tions Jacques Fla­mand) Esprit d’ar­bre, (2018, Edi­tions pourquoi viens-tu si tard), Le Chant du cygne, (2020, Edi­tions du cygne), Le Courage des vivants (2020, Jacques André édi­teur), Antholo­gie Dire oui (2020, Terre à ciel), Voix de femmes, antholo­gie de poésie fémi­nine con­tem­po­raine, (2020, Pli­may). Par­al­lèle­ment parais­sent des textes inédits ain­si que des cri­tiques ou entre­tiens sur les sites Recours au Poème, Le Cap­i­tal des mots, Poe­siemuz­icetc., Le Lit­téraire, le Salon Lit­téraire, Décharge, Tex­ture, Sitaud­is, De l’art helvé­tique con­tem­po­rain, Libelle, L’Atelier de l’ag­neau, Décharge, Pas­sage d’en­cres, Test n°17, Créa­tures , For­mules, Cahi­er de la rue Ven­tu­ra, Libr-cri­tique, Sitaud­is, Créa­tures, Gare Mar­itime, Chroniques du ça et là, La vie man­i­feste, Fran­copo­lis, Poésie pre­mière, L’Intranquille., le Ven­tre et l’or­eille, Point con­tem­po­rain. Elle est l’auteure de la qua­trième de cou­ver­ture des Jusqu’au cœur d’Alain Bris­si­aud, et des pré­faces de Mémoire vive des replis de Mar­i­lyne Bertonci­ni et de Femme con­serve de Bluma Finkel­stein. Auprès de Mar­i­lyne bertonci­ni elle co-dirige la revue de poésie en ligne Recours au poème depuis 2016. Elle est secré­taire générale des édi­tions Tran­signum, dirige les édi­tions Oxy­bia crées par régis Daubin, et est con­cep­trice, réal­isatrice et ani­ma­trice de l’émis­sion et pod­cast L’ire Du Dire dif­fusée sur radio Fréquence Paris Plurielle, 106.3 FM.