Ce blog enga­gé tient un cap ferme et défi­ni­tif, barre tenue par Didier Epsztajn. Au som­maire les rubriques qui ont fait leurs preuves : de notes de lec­ture, des articles qui évoquent les faits d’une socié­té qui a bien besoin de tels lieux pour retrou­ver le sens commun.

Parmi les articles récents, des titres qui laissent entre­voir la gra­vi­té des thé­ma­tiques évo­quées avec tou­jours un regard cri­tique : Justice pour les vic­times de l’amiante, Assassinats poli­tiques, fémi­ni­cides et spo­lia­tion : un aper­çu de la situa­tion en Colombie, Des notes colo­rées der­rière des por­traits en noir et blanc, Pour le droit à la gra­tui­té des soins de san­té publique pour toutes les popu­la­tions, D’autres solu­tions que l’annulation de la dette existent pour garan­tir un finan­ce­ment stable et pérenne, Des révol­tées contre le pou­be­lien supé­rieur ou l’androcapitalocène, Multiplier les pro­cès contre les agents cri­mi­nels du régime Assad, Manifeste pour la recon­nais­sance et la répa­ra­tion des crimes et dom­mages colo­niaux fran­çais en Algérie, Bolivie : les fémi­ni­cides der­rière la COVID, La sin­gu­la­ri­té est consti­tu­tive de l’humanité, Le hirak reprend à son compte les fon­da­men­taux de l’histoire révo­lu­tion­naire algé­rienne, La san­té men­tale au temps du coronavirus…

Une d’Entre les lignes entre les mots : https://​entre​les​li​gne​sen​tre​les​mots​.blog

A côté de ces sujets incon­tour­nables, le blog offre de belles pages sur la lit­té­ra­ture et sur la musique. Pour exemple dans la rubrique Jazz les pro­pos de Didier Epsztajn sur un très beau livre, Jazz por­traits, d’olivier Degen.

A sou­te­nir donc, à lire, et à enri­chir, Entre les lignes entre les mots est un espace sal­va­teur et néces­saire sur­tout en cette période où l’information se limite à un dis­cours conve­nu, au mieux, et mal­heu­reu­se­ment au silence, voire à la dés­in­for­ma­tion, la plu­part du temps.

mm

Carole Mesrobian

Carole Carcillo Mesrobian est poète, cri­tique lit­té­raire, revuiste et per­for­meuse. Elle publie en 2012 Foulées désul­toires aux Editions du Cygne, puis, en 2013, A Contre murailles aux Editions du Littéraire, où a paru, au mois de juin 2017, Le Sursis en consé­quence. En 2016, La Choucroute alsa­cienne paraît aux Editions L’âne qui butine, et Qomme ques­tions, de et à Jean-Jacques Tachdjian par Vanina Pinter, Carole Carcilo Mesrobian, Céline Delavaux, Jean-Pierre Duplan, Florence Laly, Christine Taranov,  aux Editions La chienne Edith. Elle est éga­le­ment l'auteure d'Aperture du silence (2018) et Ontogenèse des bris (2019), chez PhB Editions. Cette même année 2019 paraît A part l'élan, avec Jean-Jacques Tachdjian, aux Editions La Chienne, et Fem mal avec Wanda Mihuleac, aux édi­tions Transignum ; en 2020 dans la col­lec­tion La Diagonale de l'écrivain, Agencement du désert, paru chez Z4 édi­tions, et Octobre, un recueil écrit avec Alain Brissiaud paru chez PhB édi­tions. Elle par­ti­cipe aux antho­lo­gies Dehors (2016,Editions Janus), Apparaître (2018, Terre à ciel) De l'humain pour les migrants (2018, Editions Jacques Flamand) Esprit d'arbre, (2018, Editions pour­quoi viens-tu si tard), Le Chant du cygne, (2020, Editions du cygne), Le Courage des vivants (2020, Jacques André édi­teur), Anthologie Dire oui (2020, Terre à ciel), Voix de femmes, antho­lo­gie de poé­sie fémi­nine contem­po­raine, (2020, Plimay). Parallèlement paraissent des textes inédits ain­si que des cri­tiques ou entre­tiens sur les sites Recours au Poème, Le Capital des mots, Poesiemuzicetc., Le Littéraire, le Salon Littéraire, Décharge, Texture, Sitaudis, De l’art hel­vé­tique contem­po­rain, Libelle, L’Atelier de l'agneau, Décharge, Passage d'encres, Test n°17, Créatures , Formules, Cahier de la rue Ventura, Libr-cri­tique, Sitaudis, Créatures, Gare Maritime, Chroniques du ça et là, La vie mani­feste, Francopolis, Poésie pre­mière, L’Intranquille., le Ventre et l'oreille, Point contem­po­rain. Elle est l’auteure de la qua­trième de cou­ver­ture des Jusqu’au cœur d’Alain Brissiaud, et des pré­faces de Mémoire vive des replis de Marilyne Bertoncini et de Femme conserve de Bluma Finkelstein. Auprès de Marilyne ber­ton­ci­ni elle co-dirige la revue de poé­sie en ligne Recours au poème depuis 2016. Elle est secré­taire géné­rale des édi­tions Transignum diri­gées par Wanda Mihuleac.