Marie-Christine Masset, Figura

Par |2019-06-03T13:45:47+02:00 4 juin 2019|Catégories : Marie-Christine Masset, Poèmes|

Figura

 

Elle est apparue
une nuit d’été.
Cer­tains la voulaient claire,
d’autres invisible.
Elle déplaçait sans effort
les monts et les roches.
Elle ressemblait
aux jambes écartées
des femmes en couches.
Désir­er l’attraper
comme on serre dans ses mains
un pois­son frétillant
était signe de vie.
Ni feu
ni air
ni terre
ni eau
mais à son approche,
la plus petite des herbes
vibrait.
Les nuits d’été,
on pou­vait enten­dre de loin,
nos rêves crépiter en elle.
Per­son­ne ne répé­tait rien à personne.
(Seul ce qui par­le dans le secret
invite le poème en partage).

 

Viens, dit-il

Eclairé par la lune,
un arbre dans la nuit,
ouvre un passage.

«Viens, dit-il, je suis ton œil et ta main,
tu ver­ras, tu toucheras. 

 Hier, des hommes et des femmes ont lancé
dans la mer une pous­sière rouge,
soleil et sang séché,
un peu de ta mémoire, c’est vrai.

 Repren­dre les paroles
de la chan­son engloutie
t’aurait noyée.

 Il n’est que le vent
pour bercer mes feuilles,
et mes rêves, je te le promets,
seront les tiens.»

 

 

 

 

 

 

Aller à l’autre

Une île au milieu du fleuve
affronte la mangrove-araignée.
Ce qui sem­blait impos­si­ble étreinte
calme les oiseaux cachés.
Quand la lune éclaire les paysages,
sur les feuilles des palétuviers,
d’étranges lignes de feu tissent
des chants mêlés d’air et de terre.
Nous, peut-être, et ce que nous serons
dans l’abandon con­sen­ti de nos rives.

 

Partition nocturne

Juste après son départ,
le fond des herbes a rougi.
Ce n’était pas le signe
d’un oubli ou d’un adieu.
(Cer­tains paysages se replient
en cas de silence).

Quand, fos­sil­isés, les mots
n’ont plus de résonnances,
ce qui se terre dans les visages
est un gouffre
où le masque du temps
a figé une histoire
impos­si­ble à effleurer.

Si une nuit d’orage,
elle s’anime et engloutit
jusqu’à son reflet,
une pluie mêlée de clarté
écartera les herbes.

Il fera bon revenir
marcher entre les brins
comme entre les notes
d’une musique nouvelle.

 

 

à Olivi­er Sigrist

 

Autre vision du feu

.

Tu lis sur le sable
un vent qui s’annonce,
et pour­tant tu te réjouis
de n’avoir plus à compter
les étoiles dans le ciel
pour chas­s­er les prédateurs.

Il est des tem­pêtes aimées
comme l’eau claire.

Elles aigu­isent ta voix,
effacent tes traces et
celles des bêtes sauvages,
te don­nent assez de nuit
pour rêver, et de jour,
pour après elles,
démêler les herbes
comme on tresse
sa destinée.

 

 

à Jean Jou­bert, I M

 

 

Cette histoire

 

Et si la vie n’avait elle-même
qu’une vie et le savait,
que ferait-elle de tout ce bleu
qui inonde le monde
ou de cette glace
qui attend que nous apprenions
tous à parler ?

Se perdrait-elle à ralentir
le cours des fleuves,
comme on le fait parfois,
avant de désigner
dans la langue des rêves
ces ombres qui affo­lent nos déserts ?

Peut-être nous ferait-elle deviner
cette his­toire plus douce
que toutes les autres
qui crisse dans les sables
mais ne s’écrit pas ?
Cette his­toire où les forêts
exis­tent avant les arbres
et l’avenir avant la vie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Présentation de l’auteur

Marie-Christine Masset

Marie-Chris­­tine Mas­set est née à Ruf­fec en Char­ente en 1961. Après avoir vécu au Maroc et en Suède, elle a longtemps habité près des Cévennes à Saint-Jean-de Buèges. Elle vit à présent à Mar­seille où elle enseigne les Lettres.

Bibliographie

  • Dia­clase de nuit, Hors Jeu Edi­tions, 1994
  • Parole Brûlée, L’arbre à parole, Bel­gique, 1995
  • L’Embrasée, Edi­tions Jacques Bré­mond, 1998, prix Ilar­ie Voronca
  • Le seul oiseau ou le secret des Cévennes, Edi­tion Lacour Ollé, Nîmes, 2005
  • Ile de ma nuit, Encre Vive, 2006
  • Et pour­tant elle tourne, L’Harmattan, 2007
  • Vis­age de poésie, antholo­gie, Jacques Basse, Edi­tions Raphaël de Sur­tis, 2009
  • Yarraan, La Porte, 2012
  • Terre de Femmes, antholo­gie poé­tique , Angèle Paoli, Ter­res de femmes, 2012
  • Une fleur jaune dans la mon­tagne, L’Harmattan, 2012
  • Livres d’artiste avec Joëlle Jour­dan, pho­tographe et plasticienne 
    • Entre feu et cris, 2007
    • Trêve lumineuse, 2008
    • Partage des eaux, Edi­tions Trou­vailles, 2008
    • Eau Con­stel­lée, 2009
Marie-Christine Masset

Autres lec­tures

Marie-Christine MASSET, L’oiseau rouge

Couleur du coeur, du fer, de la terre, du sable, le rouge inonde ce recueil sous la ban­nière de « l’oiseau » rouge aus­si. Le rouge étreint, brûle, sym­bole de cri, […]

Aller en haut