Marie-Christine MASSET, L’oiseau rouge

Par |2021-04-21T06:28:32+02:00 20 avril 2021|Catégories : Critiques, Marie-Christine Masset|

Couleur du coeur, du fer, de la terre, du sable, le rouge inonde ce recueil sous la ban­nière de « l’oiseau » rouge aussi.

Le rouge étreint, brûle, sym­bole de cri, de sang ver­sé, de guerre, de blessure, d’ « aube » « dans la chair enne­mie ». Le feu cou­ve sou­vent, éclaire, rougeoie ; les hommes sont à sa mer­ci. Sous le feu, la force ; les étin­celles, telles des poèmes qui regor­gent d’én­ergie et de souf­fle. Dans une lente tra­ver­sée des élé­ments et des paysages, l’oiseau aus­si est ressource vive :

Ce jour où j’ai rencontré
cet oiseau rouge sur unepierre,
j’ai sen­ti que le bleu du ciel
m’of­frait comme un voile
pour m’en­velop­per ou me faire partir.

Marie-Chris­tine MASSET, L’Oiseau rouge, Oxy­bia Edi­tions, 2020, 196p., 15 euros. Recueil bilingue français-anglais, avec des tra­duc­tions d’An­drea Moorhead.

 Par­fois, « un immense bûcher/ célèbre le retour/ de l’autre monde ».  Pein­tures, traces, reliefs, signes : la vie sur­monte le désert et la vio­lence. Le poème prime et sig­nale les ouvertures.

Marie-Chris­tine Mas­set, en des poèmes très con­trôlés, sait « lever le souf­fle d’un chant » ou don­ner mémoire à « la rencontre ».

Jouant de toutes les couleurs, bleu, noir, ocre, le livre est une épopée de ce qui naît, vit, meurt, entre terre et ciel, là où « vien­nent boire/ des oiseaux/ que nul ne voit », sauf la poète, apte à égren­er les sables du rêve ou du « silence après la pluie ».

Aux paysages par­fois exo­tiques la poète mêle les médi­ta­tions naturelles sur « l’eau, les reflets des feuilles » ou « la lumière/ de l’autre côté du monde ».

Présentation de l’auteur

Marie-Christine Masset

Marie-Chris­­tine Mas­set est née à Ruf­fec en Char­ente en 1961. Après avoir vécu au Maroc et en Suède, elle a longtemps habité près des Cévennes à Saint-Jean-de Buèges. Elle vit à présent à Mar­seille où elle enseigne les Lettres.

Bibliographie

  • Dia­clase de nuit, Hors Jeu Edi­tions, 1994
  • Parole Brûlée, L’arbre à parole, Bel­gique, 1995
  • L’Embrasée, Edi­tions Jacques Bré­mond, 1998, prix Ilar­ie Voronca
  • Le seul oiseau ou le secret des Cévennes, Edi­tion Lacour Ollé, Nîmes, 2005
  • Ile de ma nuit, Encre Vive, 2006
  • Et pour­tant elle tourne, L’Harmattan, 2007
  • Vis­age de poésie, antholo­gie, Jacques Basse, Edi­tions Raphaël de Sur­tis, 2009
  • Yarraan, La Porte, 2012
  • Terre de Femmes, antholo­gie poé­tique , Angèle Paoli, Ter­res de femmes, 2012
  • Une fleur jaune dans la mon­tagne, L’Harmattan, 2012
  • Livres d’artiste avec Joëlle Jour­dan, pho­tographe et plasticienne 
    • Entre feu et cris, 2007
    • Trêve lumineuse, 2008
    • Partage des eaux, Edi­tions Trou­vailles, 2008
    • Eau Con­stel­lée, 2009
Marie-Christine Masset

Autres lec­tures

Marie-Christine MASSET, L’oiseau rouge

Couleur du coeur, du fer, de la terre, du sable, le rouge inonde ce recueil sous la ban­nière de « l’oiseau » rouge aus­si. Le rouge étreint, brûle, sym­bole de cri, […]

mm

Philippe Leuckx

Né à Havay en 1955. Etudes de let­tres romanes.
Mem­bre de l’As­so­ci­a­tion des Ecrivains belges.
Cri­tique dans plusieurs revues et blogs (Jour­nal des poètes, Fran­coph­o­nie vivante, Bleu d’en­cre, poez­ibao, Les Belles Phras­es, revue Tex­ture…)

Prix Emma-Mar­tin 2011.

Auteur d’une trentaine de livres et pla­que­ttes de poésie : Une ombreuse soli­tude, Comme une épaule d’om­bres, Le fraudeur de poèmes, Le fleuve et le cha­grin, Touché cœur, Une espèce de tour­ment ?, Rome rumeurs nomades, Selon le fleuve et la lumière, Un pié­ton à Barcelone, Rome à la place de ton nom, D’enfances…

Aller en haut