Jouant de l’entre-deux des choses, du temps sus­pendu, des phas­es tran­si­toires, des rap­pels, entre rhé­torique assumée (cette langue qui par­fois claironne ses trou­vailles), l’épaisse écorce de la langue (rugueuse, très sig­nifi­ante, très allitérante, comme une pâte ter­ri­enne qui a des assis­es), et la stricte volon­té d’asseoir ses aveux, le poète Doms signe ici, après deux beaux recueils très pro­fonds sur un retour à soi dans l’âge venu (au Tail­lis Pré et à L’herbe, déjà), un lourd vol­ume, qu’allègent toute­fois les gouach­es tachistes, très vibrantes et col­orées de Roger Bertemes (datant de 1979 et 2005).

L’aveu, très strict, demande rigueur, pré­ci­sion, et, en matière d’énoncé de soi, une dis­ci­pline de langue : neuf sec­tions de poèmes, une dis­po­si­tion des stro­phes, un style ten­du, tenu à l’essentiel, à l’ellipse, à la reprise des motifs, aux références mythologiques, aux images et ter­mes rares. Le vers dom­sien se recon­naît sans erreur : l’énoncé un brin pavésien (dans le con­stat moral de soi et du monde), l’altière beauté (un ton un brin pré­cieux) des mes­sages et de la découpe du vers.

 

J’ai sou­venir : la grand-vague annon­cée par l’horizon, le typhon à bal­ay­er vos plages, et au-delà. Croulent les châteaux de sable et crèvent les crabes de l’empire ! Espoir, en quiète coquille ! J’en vis encore, aveuglément !

Mais qui dévoya le vent ?…

 

La langue sonne, pleine d’échos, de retenue, de maîtrise. Pour dire l’essentiel : ce que le temps a don­né, a repris ; ce que « le poète paysan » a retenu ; ce qu’il con­vient de dire sans « revendi­quer » ; ce qu’il s’agit de con­quérir de soi, sans ambages. Et, dans la lignée d’un Chavée tenu d’identifier son je, le poète Doms s’assigne le devoir de décrire sa  lib­erté, de dérouler ses préférences ou ses rejets (« Je ne chéris pas la mer »), de se révéler « têtu, colère sous la bogue studieuse », sans une once de complaisance.

Les images très belles, très pures, très nettes dessi­nent « l’hôte farouche en fuite dans l’ombre », « passeur des temps que mon temps a passés, sim­ple logeur de ses fasci­nants », dont « seul s’allège le cœur », dont « ton désir est le seul voyage ».

La nudité des aveux (« j’ai mal au soleil qui tombe », la vérité des con­stats (« d’autres imbus de vivre »), la belle descrip­tion d’un soi vieil­li, tou­jours près de rebondir (« Mais le marcheur mati­nal s’ébroue la tête aux odeurs du monde ») font de ce livre un témoignage vibrant sur les pertes et prof­its du grand âge, et donc une forte leçon de vie.

 

mm

Philippe Leuckx

Né à Havay en 1955. Etudes de let­tres romanes.
Mem­bre de l’As­so­ci­a­tion des Ecrivains belges.
Cri­tique dans plusieurs revues et blogs (Jour­nal des poètes, Fran­coph­o­nie vivante, Bleu d’en­cre, poez­ibao, Les Belles Phras­es, revue Tex­ture…)

Prix Emma-Mar­tin 2011.

Auteur d’une trentaine de livres et pla­que­ttes de poésie : Une ombreuse soli­tude, Comme une épaule d’om­bres, Le fraudeur de poèmes, Le fleuve et le cha­grin, Touché cœur, Une espèce de tour­ment ?, Rome rumeurs nomades, Selon le fleuve et la lumière, Un pié­ton à Barcelone, Rome à la place de ton nom, D’enfances…