En de brefs poèmes ciselés en vers brefs eux aus­si, autour des thèmes prég­nants de la brûlure, du tour­ment, le poète sait tir­er par­ti – et donc, for­cé­ment son épin­gle d’un jeu qui serait trop ordi­naire – des apho­rismes qui cin­g­lent (« on n’apprend pas la solitude/ on l’endure/ ou on l’œuvre »), des « banal­ités » appar­entes qui cachent des mor­sures ou des man­ques, et surtout des inter­pel­la­tions à cet « ami »  auquel les textes sont adressés, comme des invites à mieux vivre ?

Une lec­ture pour­rait s’enhardir à trou­ver la réponse à ce « feu » qui brûle en chaque texte dans un extrait de la sec­onde par­tie du livre « Sans » : n’est-ce pas un apo­logue qui pro­pose, mine de rien, sous le cou­vert d’un per­son­nage presque anonyme, man­quant pour tout dire :

Sans

joue avec le feu

sue et pense la danse

des flammes

Les bor­ds, les bouts, les lim­ites ordon­nent une poésie qui touche, sur­prend par ses fauss­es douceurs, ses rosseries envers soi, qui sait dire sans forcer le poids de l’enfance amère, les murs au-delà des mots, le « jardin » dont il aime la terre.

J’ai gran­di ailleurs trop longtemps

pour  dés­ap­pren­dre l’alphabet du sable 

ou

la nuit

a con­quis ses territoires

Cette poésie, qui se tient « juste au bord », dans une élé­gance rare tis­sée de sobriété et de justesse du verbe (par­fois jusqu’à la blessure), ques­tionne, happe la brièveté du monde, ce « feu/ qu’on a mis un temps fou/ à faire vivre — / pour qu’il n’en finisse plus/ de mourir ? ».

 

 

mm

Philippe Leuckx

Né à Havay en 1955. Etudes de let­tres romanes.
Mem­bre de l’As­so­ci­a­tion des Ecrivains belges.
Cri­tique dans plusieurs revues et blogs (Jour­nal des poètes, Fran­coph­o­nie vivante, Bleu d’en­cre, poez­ibao, Les Belles Phras­es, revue Tex­ture…)

Prix Emma-Mar­tin 2011.

Auteur d’une trentaine de livres et pla­que­ttes de poésie : Une ombreuse soli­tude, Comme une épaule d’om­bres, Le fraudeur de poèmes, Le fleuve et le cha­grin, Touché cœur, Une espèce de tour­ment ?, Rome rumeurs nomades, Selon le fleuve et la lumière, Un pié­ton à Barcelone, Rome à la place de ton nom, D’enfances…