Rémi Checchetto, Laissez-moi seul

Par |2020-04-21T07:52:00+02:00 21 avril 2020|Catégories : Critiques, Rémi Checchetto|

Ce trente-deux­ième ouvrage de l’au­teur de  Puise­ment dévide un traité de soli­tude à l’usage de celles et de ceux qui voient encore dans la poésie une manière de baume, expres­sif, où les mots, les vers, les rythmes jouent le rôle, avec les ques­tion­nements con­ti­nus, les adress­es à soi, qui puis­sent faire sens et offrir quelque consolation.

Il est un ressasse­ment qui fore plus loin encore le con­stat, l’ef­froi, les lentes et pré­cis­es descrip­tions d’un monde qui ne s’ap­privoise plus.

 

il y aura que la ville ne sera plus blot­tie ni endormie sous les guir­lan­des et les flonflons 

 

Le poète, « plein de larmes », sait, tout en sachant son con­traire. Ce mono­logue acide, lucide déroule une pen­sée vive, tou­jours aux aguets de ce qu’al­i­mente son soi pesant, décor­ti­quant les fragilités, les angoiss­es, et ses voeux (« lais­sez, lais­sez revenir ma mémoire, laisse reverdir ma mémoire, lais­sez-la me revêtir ») .

Le monde est  injuste , « où les bombes pleu­vent, où « l’on s’en­ferme en soi » pour ne pas trop pâtir de l’ex­térieur immonde auquel on expose tant de « victimes ».

Rémi Chec­chet­to, Lais­sez-moi seul, Lan­sk­ine, 2018, 40p., 12€.

Dans une langue qui péta­rade, use des répéti­tions, ques­tionne et vrille les réal­ités, Chec­chet­to fait de ce long poème, si peu ponc­tué, un man­i­feste de lib­erté, une flam­bée de cris quand l’in­sup­port­able s’im­pose à nous.

La force des mots, des images, du mou­ve­ment qui porte l’au­teur à creuser plus loin, emporte la lec­ture et la hisse à la ban­nière des grandes reven­di­ca­tions morales. « Pour remet­tre sa pen­sée en mou­ve­ment », qua­si mot de la fin.

 

Présentation de l’auteur

Rémi Checchetto

Textes

Rémi Chec­chet­to est un écrivain français, dra­maturge et poète né en 1962. Il écrit depuis plus de quinze ans en com­pag­nie avec des met­teurs en scènes, des comé­di­ens, des musi­ciens, des pho­tographes, des danseurs, des plas­ti­ciens , des éditeurs…

Poèmes choi­sis

Autres lec­tures

Rémi Checchetto, Laissez-moi seul

Ce trente-deux­ième ouvrage de l’au­teur de  Puise­ment dévide un traité de soli­tude à l’usage de celles et de ceux qui voient encore dans la poésie une manière de baume, expres­sif, où les mots, […]

mm

Philippe Leuckx

Né à Havay en 1955. Etudes de let­tres romanes.
Mem­bre de l’As­so­ci­a­tion des Ecrivains belges.
Cri­tique dans plusieurs revues et blogs (Jour­nal des poètes, Fran­coph­o­nie vivante, Bleu d’en­cre, poez­ibao, Les Belles Phras­es, revue Tex­ture…)

Prix Emma-Mar­tin 2011.

Auteur d’une trentaine de livres et pla­que­ttes de poésie : Une ombreuse soli­tude, Comme une épaule d’om­bres, Le fraudeur de poèmes, Le fleuve et le cha­grin, Touché cœur, Une espèce de tour­ment ?, Rome rumeurs nomades, Selon le fleuve et la lumière, Un pié­ton à Barcelone, Rome à la place de ton nom, D’enfances…

Aller en haut